Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Pourquoi Dieu se marre devant la foi des hommes, essai,
Christophe Jacob, Fondation littéraire Fleur de Lys

Exemplaire numérique gratuit

 

 

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Pourquoi Dieu se marre

devant la foi des hommes
La Philosophie Métaconsciente

Christophe Jacob,

Essai, Montréal,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

2007, 180 pages.

ISBN 978-2-89612-224-0

 

Exemplaire numérique gratuit

 

 

Résumé

 

« Pourquoi Dieu se marre devant la foi des hommes » est un ouvrage drôle et insolent, sur le regard qu’ose porter le grand créateur devant la foi des hommes. Comprendre et accepter le fait que l’homme se soit trompé de foi est l’hypothèse audacieuse qui est présentée avec humour, sur un ton parfois corrosif et ceci sans le moindre ménagement relatif aux divers courants spirituels et religieux toujours en vogue de nos jours.

Ce livre pousse une fois encore un peu plus loin le regard sur la vérité intérieure qui est propre à la foi. Les propos portés par l’auteur dans ces écrits laissent le lecteur étonné et fasciné face à ses propres questionnements sur la foi. Bien loin des standards religieux, l’approche développée ici est une invitation à l’ouverture d’esprit et à l’acceptation de l’existence d’une autre réalité spirituelle, détachée de l’emprise arriviste des hommes.

Après la lecture d’un tel ouvrage, il devient impossible de percevoir notre réalité spirituelle selon la conception religieuse traditionnelle. Alors même que les religions actuelles voient leurs potentiels de fidèles quitter leurs rangs, l’auteur enfonce le clou en mettant les hommes en garde devant les tentatives désespérées de certaines Églises qui souhaitent reprendre le pouvoir de façon parfois pas très « Catholique ». « Pourquoi Dieu se marre devant la foi des hommes » redonne enfin la parole au grand créateur qui ne supporte vraiment plus que l’on parle de lui soit disant en son nom.

 

Extrait

 

La foi a toujours été associée aux convictions religieuses, à une émotion intérieure ressentie comme un acte, comme une participation effective à une croyance permettant de se retrouver soi-même. La foi perçue selon cette approche est une sorte d’appartenance à une entité globale véhiculant amour, bien-être et harmonie.

 

De nos jours, cette notion est devenue presque métaphysique, distante, voire déprimante. Bon nombre de personnes ne peuvent s’empêcher d’associer la foi et la spiritualité à un nombre incalculable de dogmes qu’ont mis en place les grandes religions de nos aïeux.

 

Si de telles associations avaient leur utilité en leur temps, aujourd’hui une réactualisation de ces principes selon l’approche Métaconsciente s’impose afin de comprendre pourquoi Dieu se marre très certainement devant la foi des hommes.

 

En effet, Dieu (ou encore appelé la Métaconscience) ne peut être qu’une entité bien déçue devant les comportements de ses créatures qui se sont au cours des siècles instituées médiateur avec le créateur, allant jusqu’à parfois parler très fermement et fièrement en son nom.

 

Nous allons donc essayer de comprendre ce qu’est la foi en réalité pour Dieu, cette super conscience pleine d’attention à notre égard. Il ne s’agit aucunement de faire table rase du passé ou pire encore de vouloir dénigrer ce qui fut et ce qui est encore aujourd’hui le socle de la spiritualité pour des millions de personnes. Mais il est cependant intéressant de proposer une analyse logique, Métaconsciente, de la foi telle qu’elle mérite d’être ressentie dans le cœur des hommes ouverts en conscience.

 

La foi reste dans tous les cas le seul moteur nécessaire pour un être humain afin d’avancer sur les chemins de la vie. Beaucoup de gens vous diront qu’ils n’ont pas la foi. Je pense qu’ils se trompent gravement de terme. Toute conscience incarnée possède la foi par nature intrinsèque et j’oserai même affirmer que tant qu’il y a de la vie, il y a de la foi.

 

Ce qui est plus compliqué dans l’évolution humaine, c’est de trouver le cheminement spirituel qui permet de reconnaître cette foi. Ceux qui se disent sans foi sont vampirisés par un gros ego qui ne se retrouve pas du tout face à une image qui est tout son contraire : la spiritualité.

 

Loin de tout concept évoquant la matérialité, la spiritualité est indépendante de la matière et s’attache à l’esprit. Autant dire que nous sommes face à une donnée totalement subjective. Elle est un peu la main qui enfile le gant, lui permettant ainsi de la protéger, de bien la délimiter et de se sentir alors une main démarquée. Elle peut être agile, délicate et caressante. Il est cependant un fait avéré au cours des siècles et millénaires passés : le gant a parfois pris des allures de carapaces féroces, d’armure guerrière indestructible ; c’est ce qu’on appelle la religion.

 

La religion s’apparente à un ensemble de cultes et de rituels destinés à mettre l’âme humaine en étroite relation avec un pouvoir Divin. La destinée de l’homme en dépend. Il s’agit donc en théorie d’un moyen permettant de canaliser une foi, qui se meut au cœur d’une spiritualité individuelle et collective. Il n’est pas simple de tout saisir spontanément ; et c’est normal, car entre le rabâchage et l’endoctrinement d’autrefois et le laxisme ambiant d’aujourd’hui, nous ne sommes plus familiers avec ces propos métaphysiques. Ils ont pris leur autonomie discrète et pour certains d’entre eux sont devenus le fruit d’un bisness lucratif bien déterminé, dénaturant ainsi la fibre originelle de leur sens.

 

 

Qui est vraiment Dieu ?

 

Comme je l’ai démontré dans « La conscience qui guérit : Métaconscience » publié aux Éditons Quintessence en 2004, nous vivons dans un monde où la réalité n’est qu’une apparence, elle n’existe pas telle qu’on peut la percevoir. La matière est une vision de l’esprit sans plus. Toutes les dernières découvertes scientifiques vont dans ce sens à la grande stupéfaction des chercheurs médusés. Tout un système extraordinaire et complexe admirablement organisé d’ailleurs existe bel et bien, mais personne ne découvre jamais la moindre trace officielle du Divin là dedans. A croire que sa nature est vraiment le casse tête de l’univers, et c’est fort possible quand on y réfléchit. C’est cela qui m’amène à penser que Dieu se marre forcément de nous voir aussi ignares, arrogants, prétentieux et bien loin de la foi qu’il mérite.

 

L’homme doit-il toujours avoir besoin de règles ?

 

L’homme dans la réalité dans laquelle il vit, avec ses trois petites dimensions, a besoin de repères afin de se sentir exister, cela est inscrit dans la structuration de son psychisme. Sans cela, il n’a que peu d’espoir de survivre et de procréer et voir ainsi sa race se perpétuer, comme tout mammifère respectable. Cependant, l’homme a toujours en lui la fibre du pouvoir, ce qui n’est pas aisé dans une démarche spirituelle, il faut bien l’admettre. La spiritualité appartient à l’esprit humain et reste une opportunité pour lui de s’élever en ressentant son essence Divine. Voilà comment il lui est possible de se réapproprier le fondement des motivations propres à son existence. C’est une question qui est de l’ordre de son libre arbitre uniquement. La foi est une recherche, une longue recherche intérieure ; celle d’une connexion avec le tout et pour laquelle l’homme doit mesurer l’étendue de sa motivation, de ses aspirations et des volontés qu’il souhaite voir s’accomplir dans sa vie, selon des règles prédéfinies par lui, mais là demeure une inconnue...

 

 

Qu’est-ce donc que la vie ? A-t-elle un sens ?

 

Évidemment, on ne recherche la foi et la spiritualité que si on a conscience de l’intérêt de la vie, de sa vie et de ce qui nous entoure. C’est là que le bas blesse pour beaucoup de nos contemporains qui au fond de leurs cœurs se demandent lorsqu’ils sont face à la dure réalité de la vie quel est le but et la raison de celle-ci ? Nous avons plusieurs options quant à l’observation de cette notion trépidante. La première consiste à jeter un regard vers les aspirations externes à notre personne. La vie se résume alors en termes de motivation au monde qui nous entoure, c’est-à-dire, notre environnement direct et son mode de fonctionnement assez matérialiste, bien ancré dans les notions d’argent, de pouvoir et d’image. Dans ce cas précis, nous sommes dépendants d’un pouvoir extérieur qui édicte des règles auxquelles il vaut mieux se conformer sous peine qu’au moindre faux pas de notre part nous soyons tout simplement mis à l’écart dans ce monde dur et impitoyable. La seconde option concernant l’observation de la vie, part de l’intérieur, du dedans, donc de notre esprit individuel. Cette recherche centrée sur soi peut nous permettre de trouver une réponse au sens de la vie à condition de savoir comment s’y prendre.

 

On note tout de même aujourd’hui une forme de recherche évidente de la part de nos concitoyens qui va dans ce sens, mais cela demeure une équation bien difficile à résoudre. En effet, les moyens mis à notre disposition afin d’éclairer les chemins obscurs de la foi et de la spiritualité qui peuvent nous permettre ainsi de ressentir l’essence de la vie nous semblent parfois bien éloignés. On peut alors se poser franchement la question : est-ce que cela a toujours été ainsi ? Et essayer de comprendre pourquoi dans ce cas. Pour ma part et selon notre approche Métaconsciente, je répondrai par l’affirmative.

 

Depuis que le monde est monde, l’homme s’est toujours posé la même question, celle qui consiste à comprendre quelle est l’utilité de son existence sur cette planète. Tout homme a au moins réfléchi une fois dans sa vie à cette question existentielle. C’est la raison pour laquelle il a élaboré des règles cadres dans son activité familiale, sociale et spirituelle. Voilà pourquoi, depuis que le monde est monde le psychisme humain a besoin de règles et de codes induisant ainsi la notion de magie, ainsi que tout ce qui tourne autour de l’insondable, du rituel. Cela définit alors le fondement de ce qu’il est désormais courant de nommer, la religion.

 

 

Au sujet de l'auteur

 

Christophe JACOB est né en France, à METZ en 1967 de parents ouvriers. Après avoir subit l’éducation d’un père ultra autoritaire et maltraitant psychologiquement, il décroche à 20 ans son baccalauréat et se marie la même année dans la foulée, fuyant le foyer où il est né. C’est au cours de son service militaire, dans le centre de réforme qu’il fréquenta, qu’il découvrit grâce à un médium, que lui aussi possédait des facultés étonnantes de voyance et de médiumnité. Il les mit au service de personnes en souffrance, cherchant constamment à trouver un langage de décodage universel de leurs peines. Ayant travaillé longtemps auprès de public en grande difficulté, il crée l’approche en développement personnel appelée : Métaconscience, concept original utilisant toutes les dimensions de l’être humain (intuitives, émotionnelles, rationnelles, les rêves, la visualisation, etc.).
 

 

Du même auteur

 

Oser guérir : les soins Métaconscients,
Editions Dangles, 2006

L’Union Sacrée,
Editions Dangles, 2006

Choisir sa liberté,
Editions Dangles, 2005

Métaconscience :
Dialogue avec le Divin qui est en nous,
Editions Hélios 2004

La conscience qui guérit : Métaconscience,
Editions Quintessence, 2004
 

 

 

Communiquer avec l'auteur

 

Monsieur Christophe Jacob se fera un plaisir de répondre à vos courriels et de vous accueillir sur son site Internet personnel.

 

Adresse électronique

 

metaconscience1@orange.fr

 

Site Internet

 

www.metaconscience.net

 

 

TÉLÉCHARGER VOTRE EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

Pourquoi Dieu se marre devant la foi des hommes, essai,

Christophe Jacob, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d'offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d'utiliser un lien vers cette page web.

 

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit,

cliquez sur l'un des deux logos ci dessous.

 

 

PUBLICITÉS

 

 

 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146
 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.