Accueil

Librairie

Édition

Formation

Webzine

Nous

Contact

Recherche

LIVRES

Nouveautés

Auteurs

Titres

Genres

Versions numériques gratuites

MUSIQUE

 

L'opinion d'un nobody, essai, Constant Vanier, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

L'opinion d'un nobody

« Un cri du cœur pour un monde meilleur »

CONSTANT VANIER

Essai, Fondation littéraire Fleur de Lys,

Laval, Québec, 2008, 440 pages.

ISBN 978-2-89612-252-3

 

Couvertures

Présentation

Table des matières

Extrait

Biographie

Communiquer avec l'auteur

Obtenir un exemplaire

 Partager sur Facebook

 

 

Couvertures

L'opinion d'un nobody, essai, Constant Vanier

Cliquez sur les couvertures pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

-

»»» Lire la présentation du livre

[ Retour en haut de la page ]

 

 

Présentation

L'opinion d'un nobody, essai, Constant Vanier

 

Frappant de plein fouet le paradoxe humain, L’opinion d’un nobody est une réflexion personnelle sur différents thèmes fondamentaux et délicats, qui souvent débattus par d’importants personnages ou d’éminents spécialistes n’atteignent que bien peu l’intellect du commun des mortels. Les raisons d’un tel état de choses sont diverses, mais surtout, croit l’auteur, il tient du fait que les opinions considérées viennent pour la plupart du temps d’en haut, et trop peu d’en bas. Autrement dit, du simple citoyen. Opinion duquel d’ailleurs, dans nos sociétés dites évoluées, est de moins en moins prise en considération.

 

À travers un étalement ininterrompu de dynamiques concernant d’abord la planète, puis notre propre société, le Québec, c’est parfois avec inquiétude, parfois avec espoir qu’il dévoile et constate la redondance humaine. Ultimement, il tente de discerner ce mal qui semble empêcher les hommes d’évoluer. Un mal profond qu’il finira par baptiser le syndrome de l’inconscience. Tout au long des chapitres, il exprime une vision originale du comportement aberrant de l’espèce qui se prétend intelligente et civilisée. Notamment en exposant l’archaïsme du mécanisme de sa pensée. Mécanisme qui dans un monde évolutif prend chaque jour du retard au lieu de s’améliorer. L’auteur du livre, Constant Vanier, par ses évocations et ses opinions souhaite susciter une réflexion, un éveil. Idéalement, provoquer une réaction. Celui qui considère que tout tabou est purement et simplement un sujet non épuré, par conséquent conflictuel, termine son analyse par un coq-à-l’âne ad libitum tout aussi cocasse que pertinent.

 

Bref, beaucoup de matière à réflexion.

 

-

»»» Consulter la table des matières

[ Retour en haut de la page ]

 

 

TABLE DES MATIÈRES

L'opinion d'un nobody, essai, Constant Vanier

 

Avant-propos

-
PREMIÈRE PARTIE - Coup d’œil planétaire

-
Constatation globale : progrès indéniable, succès mitigé
Science et religion : deux mille ans plus tard
Finalement, qu’est-ce que dieu ?
L’ONU et le défi ultime : la paix mondiale
Pollution et Kyoto : fable ou réalité ?
Il y a convergence

-
DEUXIÈME PARTIE - Coup d’œil international

-
La peine de mort : calamité ou nécessité ?
Le terrorisme : fléau ou commerce ?
La guerre : quel désarmement ?
Questions interdites
Mondialisation ou arnaque mondiale ?
Retour à la convergence - Partie I

-
TROISIÈME PARTIE - Coup d’œil national

-
Le meilleur pays au monde
Une nouvelle société : deux niveaux d’activité, deux classes
Une démocratie essoufflée
Les Québécois : un peuple pressé ou oppressé ?
L’injustice fiscale, inacceptable !
Un régime de santé universel… pas éternel !
Un système d’éducation à la traîne
Un réseau routier en décrépitude
Retour à la convergence - Partie II
La souveraineté
Accommodements raisonnables
Conscience et responsabilités individuelles
Éducation parentale
Délinquance et criminalité
Le pays des centres d’achats
Ah ! Ces fumeurs !
Santé et alimentation : deux incompatibles ?
Le mal du siècle
Coq-à-l’âne ad libitum

 

De la fiction à la vérité • Ère de persécution • Des bouquins aux ordures • Surdité et surdose • Caricatures danoises • Entreprise en déficit • Rien n’était plus prévisible • Tributaire ou sociétaire ? • Humoristes et politiciens • Le message est omniprésent • Hors-la-loi ou criminel ? • Les vrais mots ne suffisent plus • Jeux et Loteries • Jeux et Loteries bis ! • Prix, 125,3 $ le litre ? • Réseaux de télévision • Encore en demi-pas • Éducation populaire • Exaspération médiatique • Le Cirque du Soleil • L’automatisation systématique • La Charte canadienne, une vache sacrée • Bulletin de nouvelles • Pas dans la petite case • Le bipède infirme • Génie créateur • À tous les chauffards • Altruisme et cupidité • Prières et psaumes • Si on ne se laisse pas faire • Aux arroseurs d’asphalte • Un bon politicien • La stupidité, une drogue • Prédicateur ou prédateur

-
-

Conclusion

-
Annexe I - Version originale du discours

du 15 mai 1963 de John F. Kennedy

-
Annexe II - La prière du mécréant


Annexe III - Hommage aux religions

-
Bibliographie

-
Au sujet de l’auteur

-
Communiquer avec l’auteur

9

-
13

-
15
37
65
71
83
119

-
121

-
123
143
153
175
181
193

-
197

-
199
211
221
227
228
237
253
258
265
269
287
317
325
335
345
351
357
381
387

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-
403

-

-
409

-
411

-
413

-
417

-
419

-
423

 

-

»»» Lire un extrait

[ Retour en haut de la page ]


 

 

Extrait

L'opinion d'un nobody, essai, Constant Vanier

 

«Si l’on résume, il y a deux mille ans, notre esprit était inapte à concevoir autre chose que NOUS au centre de l’univers. Il y a cinq siècles, nous y imaginions que le Soleil. Il y a cent ans, nous le limitions qu’à notre seule galaxie... Doit-on s’étonner que nous ayons encore de la difficulté à extrapoler ? À s’ajuster ? De très loin l’homme préfère s’asseoir sur ses idées et s’accrocher mordicus à l’ordre mental déjà établi. À l’encontre de son insatiable curiosité d’en savoir plus, il manifeste une réticence indéniable aux changements, à modifier ce qu’il croit. Les conséquences destructives de ce réflexe, disons inné, a fait ces preuves par le passé et nous pourrions penser que, par un savoir accru, il se serait atténué depuis. À mon avis, aucunement. Il s’est plutôt amplifié. Il influence à présent nos moindres dispositions.

Une fois ancrées, la croyance dans l’esprit, l’habitude dans le geste, impossible de changer. L’homme est une résistance. »

 

L'opinion d'un nobody, essai, Constant Vanier, Première partie -

Coup d’œil planétaire, Science et religion - Deux mille ans plus tard, pp. 45-46


 

AVANT-PROPOS

 

L’usage de l’expression « être un nobody » qu’on entend à l’occasion chez les jeunes m’a toujours intrigué. Bien que la définition du terme nobody dans un dictionnaire anglais fasse référence au mot personne dans le sens d’absence de personne, il existe bel et bien une connotation péjorative. C’est du moins ainsi qu’elle sonne dans leurs conversations. D’ailleurs, le dictionnaire mentionne en second lieu a nobody comme étant quelqu’un de « rien du tout », ou sans importance. Je voudrais dans le cas présent lui coller l’étiquette d’une personne qui soit « inconnue, de moindre influence, mais pas du tout sans importance ». Car dans le tumulte de la société aseptisée et règlementée dans laquelle nous vivons, trop souvent avons-nous le sentiment d’être des moins que rien dont l’opinion n’intéresse personne. Sûrement pas nos gouvernements en tout cas, malgré la prétention. Les ficelles semblent tirées par une force invisible de laquelle la plupart d’entre nous ne font pas partie. Pire, j’ai souvent l’impression que les décideurs sont tous du même bord et que le peuple ne fait que subir des décisions qui, avouons-le, resserrent l’étau un peu plus chaque jour. De nos jours les entreprises se cachent derrière un masque de sympathie. Bien qu’elles soient sans cesse bichonnées par des dirigeants de main trop occupés à surveiller leurs propres intérêts, leur ego corporatif n’a d’égal que mépris et cupidité. Aux yeux de tout ce beau monde, je crains fort que nous soyons que de la moulée à pâturage.


Si je n’ai pas la prétention de représenter la voix populaire, d’une part je crois que nous aurions avantages, ici et ailleurs, à ce que les gouvernants tendent un peu plus l’oreille pour écouter, respecter et appliquer l’opinion des nobody, le pertinent se justifiant par lui-même. Le vieil adage qui dit Vox populi, vox Dei ne confirme-t-il pas que la voix du peuple est la voix de Dieu ? Ou de la sagesse… D’autre part et bien malgré moi, à travers une foule de détails, je détecte un leurre. Parfois même de la conspiration.


Bien dommage, ce constat d’abus du nobody, très palpable au Québec, se retrouve dans le monde entier. Sous des formes beaucoup plus dégénérées, certes, mais qui pourraient un jour nous atteindre. Si l’on considère l’injustice, la pauvreté, la misère, la violence ou les guerres qui font rage sur les cinq continents, certains plus que d’autres, nous pouvons dire sans exagérer que les hommes trempent dans la m..., dans la mélasse, et ce, jusqu’au cou.


Toute cette parade humaine, cette discorde généralisée qui règne, est pourtant menée par des êtres intelligents ; des politiciens et conseillers par-ci, des experts et spécialistes par-là. Néanmoins, rien ne va plus. À un point tel qu’en effet dans ma tête flotte cette idée de machination planétaire. Et bien que ce scénario fasse sautiller les épaules de certains et puisse en effrayer d’autres, c’est en observant avec plus d’attention que je remarquai qu’il s’agissait d’autre chose. Beaucoup plus inquiétante, celle-là. Parce qu’à mes yeux il se trouve que les conspirateurs sont conspirés. L’homme souffre d’une affection profonde. D’un mal, difficile à cerner, à diagnostiquer. C’est ce mal qui m’intrigue, et qui m’intéresse. Comme un défaut de fabrication duquel nous les humains, malgré les millénaires de réflexion, malgré la fulgurance du dernier siècle, malgré la poussée technologique des vingt-cinq dernières années, n’avons pas su nous défaire.


Une question me vient, l’intelligence humaine est-elle une garantie de pérennité ? En écrivant ces mots, je me rends compte, encore une fois, à quel point ce monde moderne est puéril, suffisant et présomptueux. Qu’ils sont nombreux les vestiges mentaux que nous traînons ! Peu surprenant que l’humanité soit en crise.


C’est dans une optique globale que de cette turbulence humaine j’ai tenté de le discerner. En osant mettre sur papier les constatations, les idées, les convictions et les aspirations d’un nobody. En l’occurrence, moi. Des aspirations qui de temps à autre vous paraîtront idéales, voire utopiques. Même si aspirer à un monde meilleur n’a rien d’une utopie.


Cet ouvrage n’est ni scientifique ni statistique. Quoique j’aie dû recourir à de l’information pratique et instructive [je le souhaite], il s’avère plutôt un cumul d’observations empiriques personnelles. À travers mon œil de nobody, à l’aide de thèmes concernant le monde dans sa globalité, puis en examinant les coutures défaites de notre propre société, celle du Québec, j’élaborai une critique sur la façon d’agir des hommes. Différentes réflexions référant à la science, la religion, la guerre, la pollution jusqu’aux accommodements raisonnables, en passant par notre système d’éducation ainsi que la responsabilité individuelle. Pour terminer, un coq-à-l’âne ad libitum.

Bref, l’heure n’étant ni à la flatterie ni à la tape dans le dos, j’admettrai d’emblée que cette démarche fut pour moi un défoulement. Presque qu’un exorcisme. Force d’être chaque jour témoin d’événements exaspérants et de situations biscornues ou contradictoires, je n’en pouvais plus. Trop souvent in petto, avais-je contesté. Je devais écrire. Je crois qu’il est urgent que nous jetions ce regard rétrospectif sans retenue sur notre monde, notre société et nous-mêmes. Je dirais plus, sur notre mécanisme mental en particulier. Cette façon de penser qu’est la nôtre, celle de l’être humain. Il y a fort longtemps qu’une prise de conscience générale aurait dû avoir lieu. À présent, il est temps d’agir.


Enfin, si par mes propos j’arrive à chatouiller votre intellect, stimuler votre imagination ou susciter votre intérêt au point de provoquer si ce n’est qu’un seul petit geste de votre part envers cette planète, cette humanité ou vous-même, j’estimerai avoir atteint mon but.
 

 

Obtenir un exemplaire

 

-

»»» Biographie de l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

Biographie

Constant Vanier

 

Né en 1953, Constant Vanier est le benjamin d’une famille de cinq enfants et originaire de Sherbrooke dans les Cantons de l’Est, au Québec. Tout au long de son enfance, il démontre un intérêt particulier pour la musique, le dessin, la cinématographie. Mais également pour certaines sciences, dont la chimie, la physique, la géologie et l’astronomie. Le pourquoi et le comment des choses le passionne. Encore tout jeune garçon, il s’interroge sur tout, cherche des réponses et fouille de grands thèmes comme l’Univers, la Terre, l’évolution humaine, la société, la conscience. Des réponses qu’il trouve dans des lectures qui n’ont rien de son âge ; encyclopédies, revues et magazines scientifiques meublant le clair de ses loisirs. Comme si ce n’était pas suffisant, à travers ses aventures livresques, c’est l’exotisme de l’étranger qui attire le plus son attention.

Avec le temps, l’influence se confirmera et l’orientation, plutôt scientifique, de ses frères et soeur l’amènera à se rendre jusqu’à l’Université en sciences pures et appliquées. En génie électrique pour être plus précis. Mais la matière est ardue dès le départ, et il se sent mal préparé pour le milieu universitaire. Bien à regret, après deux difficiles semestres, par une mauvaise orientation et un manque d’argent, il cessera les études. Bifurquant ensuite vers un autre domaine, il profitera d’une opportunité à la Banque de Montréal pour se forger une autre voie. C’est donc à titre de banquier qu’il apprivoisera les rudiments du monde des finances. Un emploi sérieux répondant aux besoins du moment et auquel il se consacrera avec enthousiasme. Bien qu’il eût entre-temps le bonheur de fonder une petite famille, avec la venue de ses deux filles, il bute encore sur un obstacle. La rigidité d’horaire et le plafonnement salarial étant au rendez-vous, ces deux inconvénients font peu à peu pâlir ses rêves. Malgré tout, question d’acquérir une expérience pertinente, il patientera. Mais après cinq ans de loyaux services, voyant ses aspirations vraiment limitées, il quitte son poste de directeur pour une nouvelle orientation.

Peu avant ce départ, ce fut grâce à l’intervention d’un ami d’enfance qu’il avait entrevu cette autre possibilité. Sans limites salariales celle-là. Celle de devenir planificateur financier. Domaine qui lui permettrait, avait-il pensé, d’exploiter davantage son secteur préféré, les placements. Dès lors, il entame sa véritable carrière. Travailleur autonome, en termes de liberté d’action, voilà quelque chose qui correspondait vraiment à ma vision, vous dirait-il. À titre de planificateur financier chez le Groupe Investors, c’est là l’occasion parfaite d’accroître ses connaissances. Par conséquent, semaine après semaine, année après année, lentement il fera son beurre. Malgré des heures interminables investies à se bâtir une réputation client par client, il affectionnera particulièrement ce travail de conseiller. Parce qu’en plus d’aider les gens à se construire un avenir financier, les revenus générés lui permettront enfin de voyager. D’explorer la différence des cultures.
Les sept heures du matin à minuit deviendront rapidement monnaie courante toutefois, et le travail se fera harassant. Par chance, l’équipe avec laquelle il travaillait se révéla bien stimulante et des plus enrichissantes. Une poignée de «p’tits bœufs», comme disait quelqu’une à l’époque, qui besognaient sans arrêt et qui se motivaient constamment. Même en revenant très tard le soir au bureau, comme un rapatriement au quartier général, afin de se raconter mutuellement les péripéties de la journée. De bien précieux moments, raconte l’auteur, par lesquels chacun retrouvait la motivation et l’énergie nécessaires pour recommencer de plus belle le lendemain matin. À vrai dire, une période tellement intense et gratifiante, tant du point de vue pécuniaire qu’émotionnel, qu’il la qualifie de magique.

Fidèle à lui-même, persévérant et acharné, son engouement le poussera jusqu’à développer une vaste clientèle qui, de surcroît, au bout d’une dizaine d’années fera l’envie de bien des collègues, et compétiteurs. Mais la dure réalité des années 80 finit par le rejoindre. Par rejoindre tous les travailleurs de la finance. À cette époque, le monde des valeurs mobilières bouillait d’effervescence. La compétition devint plus spécialisée et plus féroce. Partout, de profonds changements s’opérèrent, autant dans les marchés financiers que dans les structures internes des fournisseurs de fonds mutuels. En peu d’années, l’industrie du placement au grand complet se transforma. La complexité et la diversité des produits vendus forcèrent donc les représentants à s’ajuster, à modifier leur approche. Jusqu’au jour où il opta pour le statut de conseiller indépendant. Ainsi, vers le milieu des années 90 en association avec le Groupe Futur, un cabinet essentiellement composé d’ex-représentants Investors, il ouvrira enfin son propre bureau. Puis, en ajoutant quelque huit années supplémentaires à son expertise de planificateur, fort d’une réputation de conseiller consciencieux et diligent, il continuera, jour après jour, d’agrandir et d’élaborer cette précieuse clientèle.

Enfin, c’est durant cette même période qu’un tournant décisif s’amorça. Après avoir visité les États-Unis, les Caraïbes, l’Amérique du Sud et plus tard l’Europe et l’Afrique, après avoir acheté et administré un restaurant japonais, lui et sa nouvelle conjointe, désormais férus de voyages, décidèrent de réaliser un vieux rêve. Rêve qu’ils caressaient depuis déjà trop longtemps, au dire de l’auteur. Celui de s’installer quelque part sous un chaud soleil et d’ouvrir un gîte touristique. Rêve qui, cependant en 2002, s’enclencha de manière bien impromptue, et qui prit forme sur l’Île de Margarita, au Venezuela. D’une durée de presque trois ans, une expérience riche en avatars au cours de laquelle Constant Vanier se découvrit une toute nouvelle passion. Celle de l’écriture.
 

 

-

»»» Communiquer avec l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

Communiquer avec l'auteur
Constant Vanier

 

ADRESSE ÉLECTRONIQUE

 

Constant Vanier se fera un plaisir
de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique : cvanier@live.ca

 

SITE INTERNET PERSONNEL

 

Constant Vanier se fera un plaisir
de vous accueillir sur son site Internet :

 

http://www.constantvanier.com/

 

-

»»» Obtenir un exemplaire

[ Retour en haut de la page ]

 

 

Obtenir un exemplaire

L'opinion d'un nobody, essai, Constant Vanier

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Retour en haut de la page ]

 

PUBLICITÉS

-

 

-

 

 


       Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
       La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.