Accueil

Librairie

Édition

Actualités

Conférences

Nous

Contact

Recherche

RSS

Plan du site

Maison d'édition et librairie en ligne québécoises sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Service d'éducation populaire: conférences, ateliers et séminaires.

Nouveautés

Titres

Auteurs

Genres littéraires

Livres numériques gratuits

Musique

MP3 audio & DB vidéo

Ohnitsirâ des horizons, roman, Daniel Michaud, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

Ohnitsirâ des horizons
 

DANIEL MICHAUD
 

Roman,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, 2010, 540 pages. (
Première édition : 2008)


ISBN 978-2-89612-237-0

 

Couvertures

Présentation

Extrait

Au sujet de l'auteur

Du même auteur

Obtenir un exemplaire

Communiquer avec l'auteur

 Partager sur Facebook

Daniel Michaud

 

 

Ce livre est disponible en version papier et numérique

 

 

COUVERTURES
Ohnitsirâ des horizons, roman, Daniel Michaud,

Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Cliquez sur les couvertures pour agrandir

▲ Cliquez sur la couverture pour agrandir ▲

▲ Cliquez sur la couverture pour agrandir ▲

-

»»» Présentation

[ Retour en haut de la page ]

-

 

 

PRÉSENTATION
Ohnitsirâ des horizons, roman, Daniel Michaud,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Fin d’été. Un même rêve revient hanter Leih Dymtcha, habitué des cafés où il vit de salutaires évasions. Une insolite rencontre de même que la découverte d’une invraisemblable librairie grandiront son besoin de connaître l’origine et le sens du songe revenant. L’éloignement de l’ordinaire s’impose bientôt. Son départ annoncera un voyage intuitif qui bouleversera sa vie et celle de Naleb Abfa, sa compagne de toujours.


De surprenantes expériences marqueront ses efforts pour connaître l’obscur dessein dont il croit être l’objet. Les découvertes, au Kamouraska, d’une vallée cachée, des surprenants monadnocks et d’un manoir abandonné lui feront approcher l’occulte vérité que porte l’homme imaginant. Le temps d’un automne, Leih Dymtcha et Idany Sordhu, l’étrangère du bistrot, connaîtront ainsi l’inquiétant parcours des êtres emportés par les vertiges de l’imaginaire.

 

Daniel Michaud
 

Obtenir un exemplaire

 

--

»»» Lire un extrait

[ Retour en haut de la page ]


 

 

EXTRAIT
Ohnitsirâ des horizons, roman, Daniel Michaud,

Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Prélude

 

Il est un lieu, au-delà des sens, à la frontière du visible et de l’inerte.

Nuits... jours... nuits... au cœur de l’éphémère, telle une bête à l’affût, est le deuxième horizon.

Visages indistincts, formes fluides se déplacent et surgissent... si près qu’un souffle humain est perceptible.

Visions ou rêves.

Espoirs ou désirs.

Vagues sensations diluées dans les confusions de l’existence.
Une présence, il le sait.

Par l’esprit, il en magnifie la beauté, rempart contre sa folie.

 

* * *

 

 

Ohnitsirâ

des horizons

 

 

Hymne

 

 

* * *

 

Je le devinais bien, la beauté est sans pitié, on ne la regarde pas,

c’est elle qui vous regarde et qui ne pardonne pas.

Bilan d’une vie
N. Kazantzaki
 

 

* * *

 

 

Chapitre 1 - Le rêve (Intrégral)

 

Le ciel, les armures, les oriflammes, les chevaux. Dans la poussière soulevée, les couleurs éclatent et percent étrangement: les bleus, le blanc, les pourpres, le noir... le cirque de la bataille, dans sa férocité extrême, donne aux teintes des éclats sonores comme des chocs. Les cris, les hourras, les clameurs... l’acharnement à détruire, à s’opposer, à donner la mort au nom d’une cause équivoque.

 

L’animal, vif et assuré, obéit par coups violents aux ordres du cavalier. L’épée, forte et légère, vole, plonge, frappe en tous sens, affolée, libre, impétueuse. Aucun obstacle n’en ralentit la course. L’élan, imprévisible dans sa fulgurance, n’atteint personne. Les tourbillons, en sinistres arabesques, entraînent pourtant les vies, laissent dans leur sillage mort et souffrance.

 

Par moments, de fines flèches surgissent des murailles et tombent en désordre sur la troupe assaillie. Le cavalier ne craint la menace venue du ciel. Il en a connu de plus grandes, nées au cœur de l’homme. Dans la tempête, l’armure brille et le grandit. Les armes ennemies marquent à peine l’acier taché de sueurs épaisses.

 

Sa force surprend: il ne ressent la fatigue. Le combat, tel un mirage impossible, éprouve peu, mais le marque étrangement. Les heurts semblent parfois cesser ou peut-être seulement s'atténuer, par intermittence. Le temps se couvre, l’atmosphère s’opacifie, des nuages de sable et de poussières s’agglomèrent en nébuleuses passagères.

 

Qu’est-ce que cela? Le silence, véritable ou illusoire, fige soudainement le grouillant magma d’une bataille insensée. Un silence comme un appel, une rumeur inquiétante, un bruit insolite au milieu d’une foire animée par la rage et le dégoût. Démesure tragique. Spectacle cruel où l’aberration règne et dépose sur les visages le masque de l’indifférence. Victoires et défaites produisent semblable néant chez les âmes abandonnées.

 

Une clameur monte de la plaine désertique. Le vent! Le guerrier revit, émerge des cendres, détourne sa monture pour aller, à gauche à droite, encore et encore, frapper l’assaillant multiple qui investit l’enceinte de sa forteresse.

 

Le vent tourne. Cette folie meurtrière serait-elle étrangère à la vie? Fatalité. S’accrocher au vivant. L’homme se bat, égaré entre vie et mort.

 

Depuis quand ce dernier assaut? Peut-on encore compter victimes et vainqueurs? Le guerrier est là, querellant sans répit sans haine contre un ennemi sans nom. Le ciel! L’homme devine l’azur par-delà les irruptions grisâtres, par-delà les défenses ouvertes. Le chaos où s’enfoncent mille hommes apeurés et survoltés est une hystérie.

 

 

* * *

 

 

Les javelots! Les lances! La peur, profonde, réelle, enfin! L’étourdissement cesse. Au-dessus des murs éclatés, les formations de jets meurtriers, projetés depuis l’extérieur, pleuvent et sifflent cruellement. Les pointes tranchent l’air, fondent sur la cohorte cernée! Portées par la bourrasque, elles pénètrent le cœur de la grande place où hommes et bêtes meurent inlassablement.

 

Il lève les yeux vers le ciel souillé. Hagard. Se dresse avec peine sur la fière monture, obstinée dans sa soumission. L’animal, infatigable, crée un macabre manège: fonce, tournoie, se cabre, attaque l’adversaire culbuté, frappe l’un, l’autre, de ses flancs, de ses sabots d’où se détachent croûtes et caillots de sable noirci.

 

Une douleur, inhumaine.

 

Le guerrier résiste, s’obstine contre le destin, s’invente une durée.

 

S’il devait survivre, le mal, tel un prédateur patient, attendrait là, dans le creux de son dos. Le mal, à jamais, quelque part en lui.

 

Le dard, solide dans l’os. L’homme, révolté, atterré. Les mains, atteintes de puissants spasmes, agrippent désespérément la selle. La douleur éveille le souvenir d’imparables et intimes trahisons. La monture hésite, subitement. Le maître ne répond plus. Soudain, les mouvements anarchiques de la bête brisent sec l’arme géante fixée dans la carapace d’acier d’un corps vaincu.

 

Aveugle, le cavalier perçoit la chaleur des filets de sang qui, sous le métal écorché, se répandent sur les hanches en fines et mortelles coulées.

 

La peur. L’abandon. L’homme implore l’achèvement. De la panse lacérée et frémissante de l’animal, se mêlent puis tombent sur le sol ravagé les sangs confondus de l’homme et de la bête atteinte par le souffle fétide de la mort. Projetée vers l’arrière, la tête de l’homme se renverse mollement et ne se relève plus. Une dernière fois, les yeux accablés fixent un impossible horizon.

 

 

* * *

 

 

Leih sursauta. Ce cauchemar! Il s’assoit et attend, immobile, sur le rebord du lit. Comme si le rêve rôdait encore: il craint de se rendormir. La chambre, refroidie, lui paraît sans vie. L’effet se dissipe à peine. Ce n’était qu’un rêve. L’engourdissement demeure. Le jour est-il si proche? La somnolence pouvait retrouver sa nuit. Le rêve!

 

La vie reviendra, la vision retraitera. Cela reste supportable, malgré tout. Il attend que se produise quelque banalité, une scène détachée de cet irréel. Rien autour ne rappelle plus le surgissement nocturne, rien de visible ne rappelle le songe si ce n’est cette douleur... et le réveil et cette attente... absurde: espérer un signe de la vie, que quelque chose secoue cette chambre, cette fixité? Il ferme les yeux. Une atteinte sur son visage, sur sa peau, comme un jet de sel fin. Il étouffe, tousse puis inspire à fond.

 

La pièce est si froide! Réapparaît le frisson initial, soubresaut du songe mourant. De quel passé? Pourquoi chercher? La torpeur n’est plus.

 

Rassurante dans la lumière nouvelle, la chambre revit. Endormie, couchée contre lui, Naleb respire d’un souffle régulier, profond et paisible, le corps nu à demi dégagé de l’épaisse couverture matelassée. Leih se tourne vers le pied du lit où, dans son brusque éveil, il avait repoussé le lourd édredon, exposant à l’air frais le corps libéré. La petite ombre du sexe trace un dessin partiel sur blanc de peau. Dans la demi-clarté, il aimait ce sombre éclat et cette forme souple qui créait plis et replis dans la toile fine des draps. Faibles vagues d’une eau calme sous la lune blanche.

 

L’homme se projette vers l’avant de manière à basculer hors du lit. La douleur revient, interrompt le mouvement. À mi-hauteur du dos, une aiguille s’enfonce. Le mal. Ce rêve! Je n’y suis plus, je n’y suis plus!

 

Bientôt, il ne reste qu’un inconfort radiant, comme un faible signal installé. C’est profond au-dedans. Une petite plaie, bien sentie, veille dans la chair. Ça cessera. L’image kafkaïenne de l’objet enfoncé dans la carapace du malheureux insecte: je suis incrusté! Il frémit un peu à l’idée d’être pareillement atteint d’une impossible et sombre transformation. Sa chair! Ouverte par une scène nocturne. Mais il oubliera. Sous le soleil, au milieu des bruits humains, il oubliera! Cette fois encore. L’impression reste, mais ne me domine pas. Chasser l'appréhension. Inutile de s’opposer ou combattre exagérément. Seulement une humeur de l’esprit! Il suffirait, c’était inévitable, de s’en distraire correctement, d’adopter et de croire l’ordinaire.

 

Rituel matinal des préparatifs, du départ. Invariablement. Vivre des événements, tels qu’ils sont, ignorer les nuits illusoires. S’emparer des jours. Ce n’est pas un choix, pas encore.

 

Laissant Naleb à son repos, Leih quitte la maison aussitôt le repas achevé. Ne s’attarde dans un silence qui n’est plus le sien. Profiter au mieux des premiers pas dans le matin. Décisive, la volonté marque sa solitude d’une durée palpable. Accès de joie: il se rappelle soudain... cette journée est une préparatoire de session, sans présence d’étudiants! Ou était-ce simplement la tranquillité des petites rues désertes qui donnait cet éclat? Le calme, comme un rare parfum qu’on hume bellement. Randonnée salutaire: au cœur de l’indolence précaire de la cité, l’homme perçoit le pouls de sa vie.

 

Leih s’éloigne sans se hâter, attentif au bruit de ses pas sur le pavé encore froid. Le jour porte l’air particulier de l’automne annoncé.

 

Sous les grands arbres colorés d’une rue bienfaisante, un homme marche, léger. Un homme apaisé.


 

Obtenir un exemplaire

 

-

»»» Biographie de l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

BIOGRAPHIE

Daniel Michaud

 

 

Né à Montréal en 1946, il déménage à Longueuil alors qu’il n’a que 3 ans. Les étés de son enfance se partagent entre la banlieue et Lac-Mégantic, petite ville des Cantons de l’est où habitent ses grands-parents maternels. Pendant ces séjours vécus loin de la ville, il connaîtra des expériences (l’affection de ses tantes et un premier amour secret), des événements (fêtes publiques nocturnes au parc, mouvements des locomotives à vapeur, tempêtes sur le lac et les montagnes, aventures dans le vieux pommier de grand-père), des lieux et objets (maison sous les arbres, tableaux anciens, vieille gare de triage, érables centenaires et gardiens) qui marqueront profondément sa sensibilité et nourriront son imaginaire.


En 1959, il entreprend des études classiques au Collège Sainte-Marie, à Montréal. Longue période studieuse interrompue un temps par un « voyage coup de tête» au Guatémala et au Mexique où il découvre Chichén Itzá, ville sacrée de la civilisation maya, où l’observatoire astronomique et la grande pyramide deviennent les premières représentations d’un ailleurs mystérieux, existant et tangible. Cette expérience participera à la genèse de son futur roman. Les fortes exigences du milieu d’étude répondent à son besoin d’apprendre et approcher les aspects plus abstraits ou subjectifs de la connaissance. La philosophie lui sera ici d’une aide précieuse. Il fréquentera la librairie d’Henri Tranquille ainsi que les lieux plus secrets de la réserve de la bibliothèque du Sainte-Marie et les couloirs souterrains du vieux collège, lieux évocateurs de quelque accessible et signifiant inconnu. Les représentations symboliques universelles – parmi lesquelles l’art égyptien et les arts roman et gothique – sont alors d’exemplaires et émouvantes manifestations de l’imaginaire humain à faire vivre. Le sentiment de densité s’approfondit chez lui par l’appropriation des oeuvres monumentales anciennes des ouvriers de la pierre, ceux des mégalithes, des cathédrales, des pyramides, et des sculptures monumentales contemporaines de pierre et métal.


Enseignant en langue seconde dans les COFI (Centre d’orientation et de formation des immigrants) de 1972 à 1997, Daniel Michaud démontre son besoin de voir au-delà de l’acquis, de la vérité immédiatement préhensile de l’expérience. Se positionnant hors des sentiers battus, il développe une approche pédagogique où la communication interpersonnelle précède la fonction sociale qui est l’objet premier d’un tel apprentissage. Chargé de cours à l’UQAM pendant plusieurs années, il présentera aux futurs enseignants cette pratique novatrice de la didactique des langues secondes. Conférences, ateliers, re-cherches empiriques et activités de supervision de futurs enseignants s’ajouteront à l’activité principale de formation auprès des adultes immigrants. Sa carrière de professeur sera ponctuée par trois parutions dont deux reliées étroitement à son enseignement: L’histoire du Canada et du Québec en quelques épisodes – introduction à l’histoire destinée aux stagiaires – et son « legs professionnel», un an avant de mettre fin à sa carrière d’enseignant: La communication formative.


Déménagé au Kamouraska en 1997, il s’occupera essentiellement de travaux manuels dans l’environnement d’une petite forêt et des paysages saisissants de cette région du Québec. Lorsque, en 2003, sa compagne, Jocelyne Bélanger, ouvre une petite galerie d’art sur leur terre, il se remettra au dessin à l’encre de Chine et à l’écriture, à savoir la composition de textes pour les toiles et aquarelles de son épouse ainsi que pour ses propres oeuvres. Cet exercice d’écriture s’ajoute à la rédaction, débutée en 1990, de son premier roman et dont l’idée centrale traite du besoin de s’approprier et faire durer l’imaginaire approché et les émois qu’il fait naître.


Aujourd’hui, au milieu des horizons du Kamouraska marqués par les singulières buttes rocheuses nommées monadnocks, au milieu des discrètes vallées et des champs clos, il partage son temps entre l’écriture et l’implication communautaire dans son village d’adoption, Saint-André de Kamouraska.
 

-

»»» Bibliographie

[ Retour en haut de la page ]

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Daniel Michaud

 

L’histoire du Canada et du Québec en quelques épisodes,
éditions Guérin, Montréal 1979.

L’expression et la formation par l’ordinateur,
en collaboration avec B. Michaud, Vézina éditeur, Montréal, 1986.

La communication formative,
les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1996.

 

-

»»» Communiquer avec l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

Daniel Michaud

 

Daniel Michaud se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique :
duchim1@hotmail.fr

 

--

»»» Obtenir un exemplaire

[ Retour en haut de la page ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE

Ohnitsirâ des horizons, roman, Daniel Michaud,

Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

»»» Retour en haut de la page
 

PUBLICITÉS

-

 

-

 

 


Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.