Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Pensées et éclaircissements concernant la politique et l'économie politique,
essai, David Millet, Fondation littéraire Fleur de Lys

L'exemplaire numérique de ce livre est gratuit

 

 

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Pensées et éclaircissements concernant

la politique et l'économie politique
 

David Millet

essai, Montréal, Fondation littéraire Fleur de Lys,

2006, 402 pages.

 

ISBN 2-89612-157-9

 

Exemplaire numérique gratuit

 

 

 

Résumé

 

Édifié sur l’idée fondamentale que le droit de vote impose à chaque citoyen le devoir de s’instruire des affaires publiques, cet ouvrage, qui apporte des éclaircissements sur la face cachée des médias, des banques, des partis politiques, et des groupes de sociétés, intéressera tous ceux qui désirent s’aviser des coulisses du pouvoir.


L’auteur, qui s’attache à la fois à l’étude rationnelle de chaque élément du pouvoir politique, tout en présentant l’architecture créée par l’ensemble d’entre eux, se penche d’emblée sur le pouvoir des médias, sur les techniques de propagande et sur les mécanismes psychologiques qu’ils mettent en œuvre, pour les analyser exhaustivement selon une logique implacable.


Enrichissant ces travaux, on découvrira au fil des chapitres des informations détaillées sur le pouvoir des banques, sur leur implication dans la création monétaire, tandis que leur influence sur l’économie et leurs mécanismes secrets sont passés au crible et pleinement clarifiés.


Un vaste examen du fonctionnement des partis politiques, du renseignement politique, ainsi qu’une investigation complète de l’origine du pouvoir des groupes de sociétés, viennent compléter cette étude.

 

En s’efforçant de dévoiler la partie immergée de la machinerie politique, ce livre poursuit le dessein d’éclairer les vrais principes du pouvoir, dans l’esprit de ne jamais séparer les droits civils et le savoir.

 


Table des matières

 

INTRODUCTION 9
 

PREMIERE PARTIE 11
 

CHAPITRE 1
Les techniques de communication de masse et les méthodes de maîtrise de la pensée 13

1. Les expériences normales et les quasi-expériences. 13
1.1. La représentation du monde. 13
1.2. L’ouïe et la radio. 15
1.3. La généralisation technique du procédé des quasi-expériences. 22
1.4. L’état de dépendance. 24
1.5. L’impact des quasi-expériences sur les enfants. 27
2. Les conséquences des quasi-expériences  sur le psychisme humain. 28
2.1. Le contrôle de la pensée. 28
2.1.2. Les déformations de la personnalité. 44
2.2. Les limites de l’utilisation des quasi-expériences pour le contrôle de la pensée.
(L’inversion de la pensée) 50
3. Les thèmes de propagande en usage dans la société occidentale. 54
3.1. Le culte du matérialisme ou le bonheur par la consommation. 55
3.2. La violence. 57
3.3. La corruption des mœurs. 60
3.4. Le sport. 78
4. Les autres méthodes de maîtrise de la pensée. 80
4.1. La publicité (le mécanisme des associations d’idées). 81
4.2. Méthodologie de la propagande 87
4.3. L’endoctrinement dans le monde du travail. 93
4.4. L’éducation des enfants. 96
4.5. Le rapprochement des propagandes. 98
4.6. La propagande pour la jeunesse (le mécanisme des deux écoles). 101
4.7. L’apparence stylistique des biens. La mode. 107
4.8. La diffusion sonore dans les lieux publics. 112
5. Conclusion du chapitre 1. 114
 

CHAPITRE 2
Les banques et la monnaie 117
1. La création monétaire. 118
1.1. Le mécanisme des deux monnaies. 119
1.2. La création monétaire à l’époque contemporaine. 123
1.3. Le système bancaire. 131
1.4. Les banques centrales. 136
1.5. Les agrégats monétaires (l’étude du comportement et de la psychologie des foules). 140
2. Considérations sur la psychologie du peuple. 143
2.1. L’instabilité de l’opinion publique. 143
2.2. Le XXème siècle. 148
2.3. La stabilité monétaire. 151
3. Le pouvoir des banques. 156

CHAPITRE 3
Généralités concernant l’économie politique 165
1. Les armes et les machines. 165
1.1 Histoire du machinisme. 167
1.2. La signification du machinisme. 168
2. Le monopole. 174
2.1. L’optimum de force. 174
2.2. Les limites du monopole. 176
3. Le rôle du commerce. 181
4. La science économique est une fausse science. 184
4.1. Impossibilité de définir le formalisme de la théorie. 188
4.2. Les hypothèses sont fausses. 191
4.3. L’usage des mathématiques est inadapté. 194
4.4. Les vérifications expérimentales sont impossibles. 196

CHAPITRE 4
Considérations sur le marxisme 201
1. L’œuvre de Marx. 201
2. Critique de la pensée marxiste. 208
2.1. L’origine de la plus-value est erronée. 209
2.2. Un taux de profit > 0 n’est plus une condition du pouvoir. 220

CHAPITRE 5
Le problème fondamental du capitalisme : les crises économiques 227
1. Le mécanisme des crises. 227
2. L’économie de guerre. 232

CHAPITRE 6
Les groupes de sociétés et les firmes multinationales 247
1. La théorie des sociétés. 248
1.1. L’effet multiplicateur. 250
1.2. L’effet multiplicateur engendré par l’emprunt. 258
2. L’altération de la notion de propriété, élément

essentiel de la convergence des systèmes politiques. 263
3. Les groupes de sociétés et les firmes multinationales. 265

CHAPITRE 7
Les partis politiques et l’état 277
1. Les partis politiques. 279
1.1. Le contrôle du pouvoir politique par les milieux économiques. 282
1.2. Le contrôle de l’opposition politique. 284
2. La protection des milieux économiques. 286
3. Du péril qui menace les institutions de l’État. 289

CHAPITRE 8
Le renseignement politique 291
1. Les réseaux de renseignement. 294
2. L’informatique. 299
3. Du danger des services de renseignement. 308


ÉLOGE DE LA RÉPUBLIQUE 313

DEUXIÈME PARTIE 327
I. Considérations concernant l’histoire. 329
II. Des désavantages du colonialisme d’État. 353
III. Considérations sur la manière de mener le peuple. 359
1. De la difficulté qu’éprouve le peuple à discerner la vérité. 359
2. De l’importance des sentiments et de s’attirer l’affection du peuple. 360
IV. De la devise de la République. 365
V. Parabole de la Genèse 369
VI. Du déclin de Rome 371
VII. Considérations sur la violence. 373
VIII. L’aigle enserrant la foudre 377


NOTES 383

AU SUJET DE L’AUTEUR 387


COMMUNIQUER AVEC L’AUTEUR 389

 

 

Extrait

 

Introduction

Sans doute est-ce un dessein fort ardu que de vouloir cerner en toute chose la vérité, mais à cet égard, il me semble que parmi tous les domaines de la connaissance où le discernement doit être le moins suspect, l’ignorance et le faux-savoir sont particulièrement préjudiciables en ce qui concerne la nature et l’organisation du pouvoir politique. Car les conséquences d’une connaissance erronée et d’une fausse vérité sont beaucoup plus nuisibles et pernicieuses dès lors qu’elles concernent les affaires publiques plutôt que nos étroits problèmes personnels, parce qu’alors, outre le préjudice que l’on se fait subir à soi-même, on inflige les conséquences de nos propres erreurs à la société tout entière, et l’ignorance ne nous met pas seulement en péril, mais elle met alors aussi en danger les affaires publiques et l’avenir de la communauté.

Or, pour que dans une société, tout aille dans la bonne convenance, il faut que chaque homme n’ait aliéné sa liberté pour se conformer aux lois communes qu’à la condition qu’il existe entre lui et la société un pacte social, comme le disait Rousseau, qui écarte la loi du plus fort, dirige la société selon la volonté commune en rassemblant ses forces, et garantisse à chaque citoyen le droit d’établir avec les autres les buts poursuivis et la volonté générale, afin que cet échange soit avantageux à tous et que chacun n’ait renoncé à son indépendance que pour un droit meilleur et plus sûr.

Mais, pour que ce pacte social ait quelque valeur, chaque citoyen doit être instruit selon la connaissance la plus claire et la plus distincte, et non selon l’exemple et la coutume, du fonctionnement de la société, car qui pourrait décider sans savoir, ou se prononcer sur les affaires publiques sur la base de l’ignorance et de la confusion, sans renoncer à sa liberté sans contrepartie, et entraîner les plus funestes conséquences pour la communauté? Pour nommer un regroupement d’hommes société, et ces hommes, citoyens, il faut que chacun d’entre eux connaisse pleinement le corps social dans lequel il s’intègre, avant, selon leur droit fondamental, d’influencer par leurs opinions rendues les décisions communes, sinon, la société devient un agglomérat dont seuls quelques hommes se disent citoyens; tant que la force ne vient pas les asservir tous à quelques-uns.

Aussi, convaincu que sans la connaissance pleine et entière des mécanismes qui régentent la société, la liberté et la démocratie ne sont que des vains mots, et donc, que c’est œuvre utile de s’employer à éclairer toujours ces questions, j’ai rassemblé dans cet ouvrage les éléments qui m’ont paru être les plus pertinents et les plus profitables pour cerner étroitement quels sont les mécanismes qui sont la cause et l’origine du pouvoir politique, tels qu’ils existent en occident.
 

 

 

Au sujet de l'auteur

 

Né en France en 1970, David Millet fait ses études à la faculté des sciences de l’université de Lyon. Inventeur, ses récents travaux l’ont conduit à développer des brevets d’invention dans le domaine de la santé.

 

 

Communiquer avec l'auteur

 

Monsieur David Millet se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique :

DFLMillet@tele2.fr 


 

 

TÉLÉCHARGER VOTRE EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

Pensées et éclaircissements concernant la politique et l'économie politique, essai, David Millet, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d'offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d'utiliser un lien vers cette page web.

 

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit,

cliquez sur l'un des deux logos ci dessous.

 

 


 

 

 

 

Papier : 24.95$

exemplaire papier,

suivez les instructions

ci-dessous

 

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier du livre annoncé

sur cette page.

 

Versement de votre don en ligne

 

Canada

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Ailleurs dans le monde

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

renee-fournier@bell.net

 

 

Versement de votre don par la poste

 

Chèque ou d'un mandat

postal en dollars canadiens.

 

1.

Indiquez sur un papier :

 

Le titre du livre et le nom de l'auteur

Votre nom (prénom

et nom de famille)

Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone

2.

Complétez votre chèque payable à l'ordre de :

 

Fondation littéraire

Fleur de Lys

3.

Précisez le montant

sur le chèque:

 

Exemplaire papier :

Canada
24.95$ canadiens (Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables) (paiement en dollars canadiens uniquement)

Ailleurs dans le monde

Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :

renee-fournier@bell.net

4.

Adressez-le tout à :

 

Fondation littéraire

Fleur de Lys
6678, 25ème Avenue,
Montréal,
Québec,

Canada,
H1T 3L7

 

 

 

PUBLICITÉS

 

 

 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146
 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.