Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

LES ROMANS POLICIERS DE DENYS CYR

Cliquer sur les couvertures ou les titres pour découvrir chacun des livres de cet auteur

Denis Cyr

 

Tout ce temps après
 

 

Roman policier

 

Fondation littéraire

Fleur de Lys

Denis Cyr

 

Une vraie
p'tite mine d'or
 

Roman policier

 

Fondation littéraire

Fleur de Lys

 

 

Tout ce temps après, roman policier, Denis Cyr

Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec, 2010, 462 pages.
ISBN
978-2-89612-347-6

 

Couvertures

Présentation

Table des matières

Extrait

Suivi médias et Internet

Commentaires de lecteurs

Au sujet de l'auteur

Du même auteur

Communiquer avec l'auteur

Obtenir un exemplaire

 Partager sur Facebook

Denis Cyr

St-Félix-de-Dalquier,

Abitibi, Québec

 

COUVERTURES

 

Tout ce temps après, roman policier, Denis Cyr,

Fondation littéraire Fleur de Lys

▼Cliquer sur la couverture pour agrandir▼

▲Cliquer sur la couverture pour agrandir▲

▼Cliquer sur la couverture pour agrandir▼

▲Cliquer sur la couverture pour agrandir▲

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

Tout ce temps après, roman policier, Denis Cyr,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Dans une ville minière, un squelette déterré par le chien du prospecteur Narcisse Green relance de vieilles enquêtes. Et c’est là que ça commence pour le détective André De Chevigny même si dans les années soixante, plusieurs personnes n’avaient vu que du feu. Si on peut dire !


Ce De Chevigny, ne se fera pas aussi facilement berner. Même pas par les pires menteurs, tricheurs et rapaces toujours vivants de cette époque. En tous les cas, il y aura plusieurs contradictions. Parfois, les lecteurs deviendront si mêlés qu'ils confondront facilement mes écrits, l’un avec l'autre. D’autre part, à soixante-dix ans avancé, Narcisse Green retournera à ses premiers amours, soit la prospection minière. Et le septuagénaire tombera sur sa véritable mine d'or.
 

 

[ Table des matières ]

[ Retour au menu ]

 

 

TABLE DES MATIÈRES

 

Tout ce temps après, roman policier, Denis Cyr,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Détermination pour ne pas dire entêtement
Fatigabilité extrême et dérivation
La mouette et le rat
L’or qui parle
Y a comme de l’agitation dans l’air
La rue Sans Issue
Quel joli tableau !!!
Et si le temps
De mal en pis
Le fils de qui ?
Embrouillamini dans la clé USB
Sur une sonate de Prokofiev
Comme un retour aux temps de…
Des utopistes pelleteurs de nuages
Des silences et des souvenirs
Au-delà du mur
Un journal intime bien bavard
Sans symptômes apparents
Benjamin Pitre, de mouchard à lovelace
Un pied dans le crime
Conclusion, leçon, morale etcetera
Au sujet de l’auteur
Communiquer avec l’auteur
9
31
71
83
109
125
135
169
199
217
239
263
287
311
323
351
375
399
415
421
431
445
449
 

 

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT
 

Tout ce temps après, roman policier, Denis Cyr,

Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Détermination pour ne pas dire entêtement

 

La sécheresse de l’été, quasi-historique, basculait l’automne dans une délinquance météorologique. Il faisait relativement très chaud pour un début d’octobre à Mont d’Or. Un vrai fourneau même à l’ombre. C’était du jamais vu en cette saison. Mais pour Narcisse, malgré son âge avancé, fallait qu’il y retourne jusque là ? A cet endroit, où son aventure de prospecteur minier avait un jour commencé. Et surtout maintenant ?

Pour lui, ce petit état émotif subjectif, resurgissait toujours, quand quelqu’un lui parlait de ses fameuses découvertes. Et comme, ce dernier, disait souvent à ceux qui voulaient bien l’entendre.

 

— Malgré mon âge, je suis encore en pleine forme. C’est tout ce qui compte. Et vieillir ce n’est pas une maladie.

 

La veille, au bar chez Ti-Père, un certain Martin Lelièvre lui avait reparlé de sa fameuse roche pleine d’or visible. Et les propos d’un dénommé Ti-B Pitre l’avait passablement agacé. Une chance qu’il avait su réagir avec un peu de retenue. Étant reconnu pour être prompt à la colère. Il avait failli passer à un poil de devenir de la même couleur que son ‘’pull over’’ rouge écarlate. Un simple coup de poing bien placé, aurait probablement suffi pour le mettre ko. Mais, le prospecteur en avait conclu, que cela n’en valait pas la peine.

 

Difficile de définir ce Green. Mais comme dirait les maintes commères de Mont d’Or. S’ils me lisent ?

 

Néanmoins, les témoins de son jeune temps disaient que c’était tout un phénomène que ce Narcisse. Mélomane averti, prospecteur dans l’âme, marginal, penseur et rêveur. Un personnage, sensitif, rationnel et tantôt irrationnel. Un bon travailleur astucieux, réfléchi, avant-gardiste et opportuniste. En même temps, il était fou comme un balai, en ne faisant qu’à sa tête. Dans leurs racontars, l’homme était perçu comme un être excentrique, extravagant, excessif et souvent déraisonnable par ses joyeuses pipelettes.

 

Poursuivons donc, ce samedi soir d’octobre dans le bistro, ça s’agglutinait, comme d’habitude, en masse, dans pas moins de 60 pieds carrés. Au goût de certain, Chez Ti-Père était rendu un peu trop petit. Aux yeux des clients assidus, ce bar était grand en masse. Cependant, chacun a droit à sa liberté d’opinion. En réalité, seul le bâtiment principal n’avait subi aucune rénovation majeure depuis sa construction. Seulement le mur de briques rouges, de l’entrée principale avait été retapée, pour le look, il y a quelques années. Néanmoins, quel coup de cœur pour les touristes. Quelle fascination aux regards ! Ce lieu regorgeait de trésors historiques et culturels, sans très peu d’investissement monétaire. Aucune ville des alentours ne pouvait se vanter d’avoir sur leur territoire, une telle institution. Et toujours le même propriétaire, Alfred Garon, à sa tête depuis près de cinquante ans. Quoi qu’il en soit si l’extérieur imposait sa lourde détérioration ! Fallait bien reconnaître que l’intérieur demeurait soigneusement bien entretenue par Pauline sa femme. Une personne propre, méticuleuse et analytique dans tous ses choix de décors.

 

— Te souviens-tu Narcisse, de cette fameuse veine pleine de ‘’Free gold’’ que tu avais découvert dans le secteur de la rivière Blanche. À ta place, j’aurais prospecté le coin en masse. Je lui aurais cherché de la famille de dire Martin Lelièvre. En ramenant, encore une fois, ce sujet, vieux d’un demi-siècle sur la table de ce débit de boisson.

 

— Au début de mon adolescence, mon père m’avait un jour promit de m’amener avec lui, si je lui prouvais, mes talents de prospecteur novice. En trouvant un indice minier, dans une région comme là notre, prospecté depuis 1900 et même avant. Au tréfonds de moi-même, j’étais convaincu qu’il ne m’amènerait jamais avec lui. Sans aucun doute, Josépha préférait que je poursuive mes études auprès des Clercs.

 

— Une façon de voir les choses. Mon père au contraire disait, que je n’avais pas besoin de haute étude pour gagner honorablement ma vie. J’ai fait de bons salaires dans les mines, mais mon bas de laine est pratiquement vide commente cet ancien mineur encore ingambe.

 

N’ajoutant pas de commentaires, à son interlocuteur, le prospecteur poursuivra tranquillement sa conversation à la fois vive et profonde.

 

— Ce cher Papa, voulait que je devienne une personne lettrée, un notaire ou même un huissier. Têtu comme un âne, j’avais l’intention de devenir explorateur minier. Mais, mon paternel n’osait me donner ma chance. Or, avec détermination et acharnement, quelques temps après sa déclaration, qui m’enflammait au plus haut point. J’ai trouvé un bloc erratique qui a intrigué mon père. En équipe, on a travaillé ensemble un samedi après-midi et le lendemain.

 

Narcisse arrêta momentanément son bavardage, pour prendre une gorgée de bière. Sortir sa montre de poche en or, une pièce unique. Et de re-garder l’heure qu’il était.

 

— Je disais donc, Martin. On n’a pas découvert autre chose, qu’une petite veinule de quartz, sur un petit affleurement. Pourtant, à l’époque, on a fouillé le secteur avoisinant, mais en vain. Pourtant, j’étais convaincu qu’elle n’était pas là, toute seule. Par contre, ce projet bidon, a eu du bon. Il a permis de nous tisser des liens solides père-fils, assez exceptionnels. J’avais connu le contact d’un père que très occasionnel. Pour une fois, j’avais une possibilité de le connaître le plus personnellement.

 

— Finalement, Josépha, tait-il promesse, de demander Lelièvre.

 

Ne répondant pas à la question de son interlocuteur, le vieux prospecteur poursuivra néanmoins son récit, maintes fois raconté.

 

— J’avais 17 ans, le prix de l’or n’était pas bon. Pour gagner notre croûte en prospectant, fallait être chanceux et surtout opportuniste. L’uranium de la Saskatchewan à la fin des années 50, nous a réellement aidé, le lithium ensuite, le fer et le cuivre.

 

— Ses choses-là, je le sais, Narcisse. Je veux que tu me parles de ton indice Green-or propose son compagnon de beuverie.

 

— Je n’ai pas grand-chose à te dire, Martin. C’est certain que cette veinule devait avoir de la parenté. J’ai jalonné le claim, mais j’ai séché avec ce dernier. Avec le temps, j’y suis retourné à quelques reprises pour y faire des travaux de décapage et tranchées, avec l’aide de dynamite. Rien, toujours rien, j’ai fini par tout abandonner. Le claim est resté inactif par la suite. Pendant les années accréditives, une compagnie junior, y retourna. Mais, ils ne sont pas plus fins que moi. Leurs gens instruits ne trouvèrent rien. Malgré des travaux de cartographie, de géophysique et d’interprétation de toute sorte.

 

— Narcisse, je comprends que selon leur expertise. Cela ne valait pas la peine d’investir davantage ce secteur.

 

— À leur place, j’aurais risqué au moins, un seul petit trou de forage !

 

— Forer dans le beurre, cela coûte cher.

 

— Néanmoins, Martin, quelques temps après un feu de forêt a détruit toute la zone forestière de la Blanche, de la Belette et rasé le domaine les Sieurs de St-Loup. J’y suis retourné, mais en voyant la cabane dans les arbres, où je jouais enfant. Sans maison ni grange et sans l’étable de mes parents. Pour te dire, vrai, comment je peux être un grand émotif. Pendant un long moment, j’ai figé-là sur le temps et mes souvenirs. Je te jure que j’ai bloqué là, incapable d’aller plus loin. J’ai viré de bord assez raide.

 

L’homme s’arrêta net de parler pour reprendre son souffle et ingurgiter une grande quantité de son houblon préféré.

 

— Je te dis, tu as peut-être passé à quelques pieds d’une mine d’or de lui relancer d’une gaieté familière ce jovial bonhomme qui arborait depuis des lunes, des lunettes à la Lennon, années 70.

 

— Bon, Martin, ferme donc ta gueule et cale ta bière suggère agréablement Narcisse.

 

Quelques minutes plus tard, on verra apparaître dans l’entre porte du bistrot, une jolie blonde d’une trentaine d’années au look d’enfer.

 

— Mes deux vieux fous, ne restez pas à l’ombre. Venez dehors, il fait beau et chaud. C’est la vrai belle vie, quoi ! On a rarement vu cela à Mont d’Or. Une température pareille à ce temps-ci de l’année. Pire en plus, y a plein de monde sur la terrasse.

 

Angie, Angie, where will it lead us from here. Oh, Angie... they can’t say we never tried de fredonner Martin, avec beaucoup de plaisir la chanson des Rolling Stones à la serveuse.

 

— Arrête, mon beau Martin, cela m’agace un peu cette chanson. C’est ma mère qui capotait sur les Stones, pas moi. Au moins, je la remercie de ne pas m’avoir appelé Cecilia. Je m’imagine t’entendre chanter avec ta voix enrouée : Cecilia, you’re breaking my heart...

 

— Angie, j’ai plein de souvenirs en tête, quand tu chantes. Je me souviens de la petite fille d’hier, avec ses petits yeux étincelants et ses longs cheveux bruns. Cette coquine gamine qui portait des rubans roses. Eh ! oui, il y a longtemps déjà. Et la chanson que tu me chantais toujours. Je ne pourrai jamais l’oublier de relater Monsieur Green.

 

— Martin, je peux dire, que Narcisse ne manquait pas d’histoires à me raconter. Quand, il venait, à notre loyer, de la rue Sylvestre, draguer ma mère. Je ne comprenais pas grand-chose à la vie. Surtout pas la moitié de cette chanson, de Sylvie et Johnny. Mais, ensemble, avec ma voix d’enfant, on chantait ce couple heureux. Dis-moi pourquoi tu es mon seul problème.

 

— Dis-moi pourquoi tu es mon seul souci de poursuivre Green.

 

 

Obtenir un exemplaire

 

 

[ Suivi médias et Internet ]

[ Retour au menu ]

 

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

 

Tout ce temps après, roman policier, Denis Cyr,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Agrandissement ci dessous

 

 

 

Cliquez sur le logo ci-dessus pour lire l'article sur le site Internet du journal

 

Cliquez ici pour télécharger cet article
sous la forme d'un fichier PDF

 

 

 

L'auteur du roman policier Tout ce temps après, Denis Cyr, avoue que le personnage du prospecteur Narcisse Green possède quelques ressemblances avec lui, notamment sur le plan du caractère.

 

 

Cliquez sur le logo ci-dessus pour lire l'article sur le site Internet du journal

 

 

Cliquez ici pour télécharger cet article
sous la forme d'un fichier PDF

 

 

 

 

▼ Cliquez sur l'article pour agrandir ▼

▲ Cliquez sur l'article pour agrandir ▲

 

 

▼ Cliquez sur l'article pour agrandir ▼

 

▲ Cliquez sur l'article pour agrandir ▲

 

 

 

 

[ Commentaires de lecteurs ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMENTAIRES DE LECTEURS

 

Tout ce temps après, roman policier, Denis Cyr,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Commentaire de M. Réal V. Benoit

Intrigué, immédiatement après ton départ, j’en ai commencé la lecture.

Je t’avoue tout de suite que j’ai bien aimé.

J’y ai vu que tu connais bien la géologie des roches et c’est tout en ton honneur.

J’ai trouvé aussi que tu avais toute une imagination.

En fin de compte le livre est excellent et je te souhaite vraiment la meilleure des chances pour sa diffusion.

Un autre abitibien qui réussit ça fait toujours plaisir.

Ma blonde est présentement en train de le lire.

Bonne journée.

Réal V. Benoit


Commentaire de Madame Danielle Goyette

Quelle histoire touchante que la tienne et combien motivante pour d'autres personnes qui sont dans la situation dans laquelle tu as été autrefois. Cela me fait un peu penser à l'histoire de la collection Will Ghundee aux éditions Michel Qu...intin. L'auteur Louis Lymburner était simple concierge et a décidé un jour d'écrire un texte pour son fils qui l'avait mis au défi de réussir un tel exploit. Finalement, il l'a envoyé à un éditeur et sa série est extrêmement populaire aujourd'hui. Alors, cher Denis, continue dans cette voie, les rêves se réalisent quand on y croit nous-même au départ! Et oui, tu devrais aussi aller rencontrer les élèves dans les écoles, des histoires comme la tienne sont stimulantes pour eux et un bon exemple de ténacité.

ET SURTOUT, CONTINUE D'ÉCRIRE!!!


Continue de mettre des mots sur papier, c'est important. Tenir entre nos mains notre propre livre publié est un grand bonheur!


Lâche pas, on a chacun son rythme de travail, c'est normal. Mon roman Caramel mou, j'ai mis sept ans à l'écrire (pas de façon continue bien sûr).


Danielle Goyette

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEUR - BIOGRAPHIE
 

Denis Cyr

 

L’auteur Denis Cyr à Graceland

 

Pour bien commencer la biographie de cet auteur. Parlons de ses origines, de son enfance et de sa nubilité.


Il y a plus de 47 ans, soit en 1963 naissait Denis Cyr. Sa ville natale ! Val d`Or ! Que dire de l’année 1963. En octobre de cette même année. Edith Piaf mourait. John Kennedy était assassiner à Dallas, le 22 novembre.


La seule éphéméride concernant le soir de sa naissance, trouvée vite fait sur le net. On est presque certain, que cela va lui plaire. Mais, c’est vrai, qu’elle n'est pas comme les autres. Pour un véritable accro à la musique contemporaine.


Donc, tout le plaisir est pour nous de lui dire. Que le 16 mai 1963. Les Beatles participaient à l'émission de la BBC TV "Pops and Lendit".

Durant son enfance, il a joué son rôle, de manière, très secondaire. Denis apprendra à marcher, les bonnes manières, l’autorité des adultes et aimer la vie.


Maintenant, vous accédez à une zone sécurisée. Veuillez vous identifier pour continuer. Sans hypocrisie, on parlera sérieusement de son adolescence.


Milieu des années 70, il avait alors, 13 ans. Le disco, un nouveau genre musical explosa partout sur le globe. Néanmoins, ce futur mélomane se tournera vers Kiss, Black Sabbath, Boston, Offenbach, Beau Dommage et Pagliaro. Pour être mode et ‘’fashion’’, il portera cependant des pantalons pattes d'éléphants et gilets rayés.


C’est alors, que sa bande d’amis se retourna vers le film Brillantine reléguant aux oubliettes les Bee Gee’s et leur fièvre du samedi soir. Ses premiers amours se croiseront et s’entrecroiseront sur ses films d’adolescents. Bon, on arrête là. On en dit trop.


Puis, du jour au lendemain, sa vie changea radicalement. Il deviendra enfin un adulte. En affrontant, la vie et ses erreurs commises. Son père lui offrira son premier travail. De fil en aiguille, il se brodera une situation sinueuse et imprévisible. Pour aboutir finalement sous terre dans une mine conventionnelle.


Pour lui, ça a toujours été évident le goût de l’écriture. Dans ses temps moroses, il se concoctait un méchoui littéraire et d’émotions. Par la suite, il deviendra, dans ses loisirs, secrétaire sur un conseil d’administration de prospecteurs. Il rajoutera quelques cordes à son arc comme représentant de ce même groupe, sur un important C.A. Puis responsable d’un fond minier et d’un fond de travailleurs.


Si, on sait déjà, que notre auteur est un passionné de musique. Denis est aussi un mordu de lecture, de spectacles, de cinéma et de voyage. Un collectionneur passionné de tout ce qui se rapporte au roi du rock. Son plus gros dada est sa voiture mustang convertible.


Comme tout le monde, il a des qualités et des défauts. Mais, comme, il le dit si bien. Il ressemble presque exactement au prospecteur fictif de son roman.

 

 

[ Du même auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

BIBLIOGRAPHIE (Du même auteur)

 

Denis Cyr

 

Tout ce temps après,

roman policier,

Denis Cyr
Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2010, 462 pages.
ISBN 978-2-89612-347-6

 

Une vraie p'tite mine d'or,

roman policier,

Denis Cyr
Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2011, 478 pages.
ISBN 978-2-89612-387-2

 

 

[ Site Internet personnel de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Denis Cyr

 

Denis Cyr se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique : explorationsillim@hotmail.com

 

 

[ Site Internet personnel de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE OU PAPIER

 

Tout ce temps après, roman policier, Denis Cyr,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Exemplaire numérique ]    [ Exemplaire papier ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 581-988-7146 (interurbain gratuit pour les abonnés au service téléphonique Vidéotron)

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.