Accueil

Librairie

Édition

Actualités

Conférences

Nous

Contact

Recherche

RSS

Plan du site

Maison d'édition et librairie en ligne québécoises sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Service d'éducation populaire: conférences, ateliers et séminaires.

Nouveautés

Titres

Auteurs

Genres littéraires

Livres numériques gratuits

Musique

MP3 audio & DB vidéo

Les continents inconnus, récits de voyages initiatiques, Éric Messier, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

Les continents inconnus

 

ÉRIC MESSIER

 

Récits de voyages initiatiques,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Laval, Québec, 2006, 214 pages.

 

ISBN 2-89612-053-X

 

 

Couvertures

Présentation

Extrait

Biographie

Suivi média et Internet

Communiquer avec l'auteur

Obtenir un exemplaire

 Partager sur Facebook

 

 

 

COUVERTURES

Les continents inconnus, récits de voyages initiatiques, Éric Messier,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Cliquez sur les couvertures pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

-

»»» Lire la présentation du livre

[ Retour en haut de la page ]

 

 

PRÉSENTATION

Les continents inconnus, récits de voyages initiatiques, Éric Messier,
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Voici le récit d’un grand voyage où l'auteur a porté trois chapeaux: coopérant, journaliste et touriste. Une aventure de six mois dans une douzaine de pays du continent africain et de l'Europe de l'Est; 35 000 kilomètres en avion, en train, en car, en bâché ou en pirogue.


L'auteur débarque au Mali dans le cadre d’un contrat en coopération. L'aspect professionnel prend vite une toute autre allure; un prétexte pour d'autres apprentissages, plus personnels. L'auteur ne s'y était pas préparé, si ce n’est d’un souhait, une prière, au départ: mieux apprendre la signification de la souffrance. La destination, l'un des pays les plus pauvres au monde, a exaucé son souhait à l’aide de nombreux exemples de courage.


Il s'agit d'une expérience initiatique marquée par l'exercice de la foi (non réduite à son sens strictement religieux). Placé face à un sentiment de solitude et à un choc culturel, l’auteur a été amené, en situation parfois éprouvante, à réfléchir sur la véritable signification de la solitude, de la souffrance, du courage, de l'humilité et de l'unicité en toute chose à travers de multiples rencontres… de continents inconnus : des personnes et des âmes, blessées ou exaltées. Aussi, l’aventure mène sans détour à la découverte de soi-même; des sombres craintes comme de l'éclat de l'espoir, du trésor, voire de la divinité qui sommeillent patiemment en chacun, cet ultime continent mystérieux. La plus grande conquête. Cette conquête pourrait être celle de n'importe qui.


Le récit livre aussi une foule d’information utile au voyage.
 

--

»»» Lire un extrait

[ Retour en haut de la page ]


 

 

EXTRAIT

Les continents inconnus, récits de voyages initiatiques, Éric Messier,
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Premier flashback:
5 000 mètres au-dessus d'Amsterdam (fin du voyage, 22 juin)
 
En provenance de Prague, le gros Airbus glissait avec une étonnante douceur au-dessus des paysages verdoyants et sillonnés de petites rivières typiques de la Hollande que je voyais apparaître à travers le hublot.

Après six mois passés dans dix pays africains et européens, j'étais revenu à la maison. Enfin presque: un dernier train pour Bruxelles dans quelques jours et de là un dernier avion pour Montréal. Tout était parfait.

Pourquoi alors je braillais? Bonne question.

Pendant que le jet amorçait sa descente, ma voisine, juste à côté, me regardait du coin de l'oeil avec, croyais-je deviner, un mélange de curiosité et de respect. Elle n'a rien dit: dans un gros transporteur, on peut trouver mille explications à voir quelqu'un brailler. C'était mon cas: mélange d'émotions, à la fois heureux de me rapprocher de la maison et triste que ce soit la fin de l'aventure. Allez savoir.

Ces émotions étaient comme du magma en fusion, un ensemble incohérent et indéfinissable. Heureux de faire un bilan positif de ce long périple d'étude et d'exploration, mais encore troublé à la seule pensée des dangers qui ont été évités, de toutes ces choses qui auraient pu mal tourner et qui pourtant ne l'ont pas fait. Enfin, la plupart du temps.

Mais surtout, en fin de compte, qu'étais-je donc allé chercher?



Deuxième flashback:
deux ans plus tôt, là où tout a commencé (Montréal, 27 août)

La salle de rédaction du quotidien La Presse, maintenant passée la période plutôt tranquille des vacances estivales, reprenait lentement le rythme de croisière endiablé propre à la production d'un journal quotidien. Nous étions sept journalistes stagiaires et à notre grand plaisir nous avions été assez occupés à la rédac dans les trois derniers mois. Le stage s'achevait ces jours-ci et chacun s'apprêtait à reprendre son chemin. À titre de nouveau pigiste pour ce journal, j'avais déjà en tête mon premier texte.

Ça s'appellerait: Le travail à l'étranger, solution au chômage ou évasion exotique? Ce reportage allait être le déclencheur d'une suite d'événements marquant les deux années suivantes.

En fait, le reportage était déjà à 75% terminé depuis quelques mois. C'est que, depuis 1993, j'avais fait beaucoup de recherche personnelle pour trouver du travail à l'étranger. Mais je ne trouvais rien qui me convenait. Je me retrouvais avec un lourd dossier quelque peu inutile sur le sujet. Un peu en désespoir de cause, je me suis dit qu'au moins ces efforts ne resteraient pas vains si j'en faisais un reportage.

Ce texte est celui qui m'a valu le plus grand nombre de réactions des lecteurs mais un seul coup de fil aura suffi, le lendemain de la publication, celui de Gilles Dubé, du cégep de Rivière-du-Loup. Il m'a appelé à la maison pour me dire qu'il est tombé par hasard sur mon texte et qu'il veut me signaler un important oubli. J'ignorais en effet que ce cégep offre depuis douze ans un programme unique de formation en coopération interculturelle, comprenant quatre mois d'études intensives et un stage de quatre mois sur le terrain au Mali ou au Burkina Faso.

Tiens, me disais-je, c'est bien la seule porte où je ne suis pas allé frapper en trois ans! Pourquoi faut-il que cette opportunité vienne à moi juste au terme d'une longue recherche par ailleurs totalement infructueuse, tout à fait par hasard et alors que je suis juste à l'âge limite pour l'inscription au programme? J'irais jusqu'à croire que je n'ai fait le stage à La Presse que pour en arriver à ce coup de téléphone, même si j'ai effectivement beaucoup appris sur le travail de journaliste avec ce stage.

Peut-être irai-je en Afrique pour faire un apprentissage tout autre que celui d'abord anticipé? C'était bien ça: un diplôme en coopération interculturelle, finalité de l'affaire? Foutaise. L'avenir allait montrer que j'avais des choses plus urgentes à apprendre sur un continent plus mystérieux encore que l'Afrique: ma propre identité. Sur l'amour aussi. Chose certaine, en causant avec Gilles, je flaire une (autre) "coïncidence significative" qui sera dans les faits la première d'une longue série.

J'écoute M. Dubé me raconter comment fonctionne le programme et les objectifs poursuivis, je l'écoute surtout me raconter les expériences vécus par les stagiaires précédents. Ça m'interpelle, c'est pour moi, c'est une réponse à ce que je cherche depuis quelques années. Après deux bonnes heures de discussion interurbaine, aux frais du cégep bien sûr, je suis convaincu : je dois y aller.

Pour faire une histoire courte... À l'automne suivant, je passe la pré-sélection. Puis en février je me rends pour la première fois de ma vie à Rivière-du-Loup pour un week-end devant mener à la sélection finale des vingt membres du prochain groupe d'étudiants. Chaque candidat a un peu moins d'une chance sur deux. À La Presse, c'était une sur quarante...

Dans toute cette expérience, c'était la première de nombreuses invitations de l'Univers à m'amener à aimer un peu plus librement. En fait, à aimer, simplement. Aimer non seulement ces gens (les autres étudiants et les professeurs) qui passeront et partiront dans ma vie, mais aimer au sens large, au sens infini et éternel du terme. Au sens divin. Gratuitement, sans complaisance ni soumission. Toujours un gros défi, c'est un fait, surtout pour moi qui a trop de doigts sur les deux mains pour compter le nombre de fois où j'ai dis je t'aime.

"La solitude est le moyen de la destinée d'amener l'homme à lui-même." Combien de fois cette petite phrase m'a-t-elle parlé pendant ces quelques mois ?
 

Obtenir un exemplaire

 

-

»»» Biographie de l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

Les continents inconnus, récits de voyages initiatiques, Éric Messier,
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Cliquez sur les logotypes des médias ci-dessous.

 

À venir À venir
À venir À venir

 

 

 

BIOGRAPHIE

Éric Messier

 

Originaire de Montréal (Québec, Canada), Éric Messier est journaliste professionnel depuis 1989 et membre de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Durant cette période, il a écrit pour plusieurs médias, écrits ou électroniques, et il a été journaliste pour le quotidien La Presse (Montréal).

 

Sur le plan académique, il a terminé une majeure universitaire en communications en 1992 et une autre en enseignement en 1995. Au moment d'écrire ces lignes, il se prépare à terminer une maîtrise en relations internationale, dont la thèse traitera des stratégies de communication chez les organismes internationaux de développement.

 

Derrière ces démarches en enseignement se cachait déjà un vif intérêt vers l'international. Le désir de Éric Messier était d'aller enseigner dans un pays étranger, plus particulièrement dans un pays en voie de développement, par exemple en alphabétisme. Mais le cours des choses allait être quelque peu différent. En effet, après avoir enseigné à différents niveaux dans des écoles du Québec, une opportunité spéciale allait se présenter.

 

Alors journaliste à La Presse, l'auteur a publié un article à propos du travail à l'étranger et il a reçu quelques appels de lecteurs dont l'un en particulier du directeur du collège de Rivière-du-Loup qui offre un programme d'études en coopération interculturelle.

 

Au terme de cette discussion, l'auteur a décidé de s'inscrire au programme qui comprend une partie académique au Québec et un stage au sein d'un contrat de développement de l'ONU au Mali, en Afrique de l'Ouest.

 

Ce contrat a mené l'auteur a travailler auprès des communautés urbaines et rurales un peu partout au Mali. Dans les années suivantes, Éric Messier a aussi travaillé en Haïti et au Sénégal à titre de consultant.

 

Son intérêt principal dans le domaine du développement international touche la mondialisation et plus particulièrement la nécessité de rendre ce concept économique au service de la communauté humaine réelle. En d'autres termes, il s'intéresse aux efforts d'un nombre grandissant de personnes désirant faire de cet "outil virtuel" (économique) un levier appelé à faire une différence concrète dans le sort de la plus grande partie des habitants de la Terre négligés, sinon exploités, dans ce processus qui ne profite pour l'instant qu'à un groupe restreint.

 

Que ce soit à titre de coopérant dans des pays en voie de développement ou dans le domaine des communications, l'auteur souhaite ainsi trouver l'opportunité de jouer un rôle dans les efforts grandissants déployés à travers le monde à l'égard de la mondialisation.

 

 

Associations professionnelles :

 

Fédération professionnelle des journalistes du Québec


Union internationale de la presse francophone

 

-

-

»»» Communiquer avec l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR
Éric Messier
 

Éric Messier se fera un plaisir
de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

ADRESSE DE COURRIER ÉLECTRONIQUE : info@ericmessier.com

 

-

»»» Obtenir un exemplaire

[ Retour en haut de la page ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE

Les continents inconnus, récits de voyages initiatiques, Éric Messier,
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Retour en haut de la page ]

 

PUBLICITÉS

-

 

-

 

 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146
 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.