Accueil  |  Auteurs  |  Titres  |  Genres  |  Livres gratuits  |  Nouveaux titres  |  Recherche  |  Nous joindre

 

Page personnelle de l'auteur Hélène Lauzon

Les deux saules

Autobiographie, 148 pages

 

 

Obtenir un exemplaire     Offre aux libraires

 

 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]

 

Hélène Lauzon est née à Saint-Jérôme, mais son enfance qui fut particulière se passa à Sainte-Sophie. Maintenant à la retraite, elle relate ses souvenirs dans cet humble livre.

 

Hélène nous replonge au cœur des années cinquante. Une approche touchante et amusante, de l’enfance à l’âge adulte d’un être vulnérable qui a su s’épanouir pendant ces années difficiles. C’est aussi un livre d’une grande douceur et plein de tendresse.

 

Raymonde Charron, amie de l'auteur


 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]


 

Avant-propos

 

On est en février, il est dix heures du matin. Ce sera une belle journée ; le ciel est d’un bleu azur, pur, limpide comme seuls les jours froids d’hiver savent nous apporter. Le soleil fait briller mille et un éclats sur la neige ; on dirait des diamants qui dansent.

 

Assise dans ma berçante, je sirote un café. La vie va tellement vite qu’il est agréable quelquefois de s’arrêter et de déguster ces petits plaisirs. On s’aperçoit un bon matin qu’on a plus de jours de passés qu’il en reste à venir. On est à l’automne de sa vie. Le merveilleux temps de l’enfance est déjà bien loin.

 

Depuis longtemps, j’ai le goût de raconter des choses. Des souvenirs dansent dans ma tête, se bousculent et m’incitent à donner libre cours à mon envie d’écrire.

 

Alors, voilà, je prends ma plume et je viens vous faire un brin de causette. Au gré de mes émotions, elle sera tantôt joyeuse, tantôt nostalgique, elle me fera verser quelques larmes. Elle me rappellera mon enfance, telle que je l’ai vécue.

 


* * *


 

Mes ancêtres

 

Comme la plupart des Québécois, mon ancêtre venait de France, de Caen, chef-lieu de la Basse-Normandie et du département du Calvados. Il s’appelait Gilles Lauzon. Il arriva au Canada, Nouvelle France en ce temps-là, en mil seize cent cinquante-trois.

 

On raconte qu’il traversa l’Atlantique sur le même bateau que Marguerite Bourgeoys. Il s’installa à Ville-Marie, aujourd'hui Montréal, et épousa Marie Archambeault le 27 novembre mil seize cent cinquante-six.

 

Il était marguillier à l’église Notre-Dame où il s’était d’ailleurs marié, et quand la ville fêta son trois cent cinquantième anniversaire de fondation, une plaque commémorative fut dévoilée en son honneur.

 

Je n’ai pas connu mon arrière-grand-père, je sais seulement qu’il s’appelait Narcisse, comme son père. Mon grand-père se prénommait Napoléon, et je l’aimais beaucoup ; c’était mon parrain. Il avait épousé Marie-Anne Dufour, le dix-neuf août mil neuf cent sept. Les souvenirs que j’ai de ma grand-mère sont ceux d’une gentille femme toute menue. Fatiguée par les années, elle était toute flétrie. Elle m’appelait ma crapaude.

 

Mes grands-parents vivaient dans une grande maison à deux étages, avec une longue galerie où il faisait bon se reposer. Les chambres à coucher étaient situées au deuxième plancher. Un jour, j'ai monté l’escalier ; je devais être très jeune, car il me semble que je n’en finissais plus d’escalader les marches. J'ai fouillé et j'ai brisé un réveille-matin. Grand-maman ne m’a pas beaucoup grondée, elle était si douce.

 

Son voisin était son fils, oncle Aimé, qui avait plusieurs cordes à son arc : menuisier hors pair, il tenait un dépanneur, en plus de s’improviser coiffeur.

Comme il portait bien son nom, ce cher oncle Aimé ! Hélas, il devait mourir d’un infarctus à l'âge de quarante-deux ans. Mon père eut beaucoup de peine.

 

Je me souviens qu’il s’était acheté une chaise de barbier. Un après-midi, je m’assois sur la chaise ; ma soeur et ma cousine s’amusaient à me faire tourner comme une toupie. Je me coinçai les doigts d’une main dans le mécanisme de cette chaise. Ça me faisait très mal. Quand j’ai réussi à me déprendre, j'ai couru en pleurant chez ma grand-mère. Elle me plongea la main dans l’eau froide et me réconforta. Douce grand-maman, va !

 

En mil neuf cent quatre-vingt-seize, j’aurai la très grande joie d’être grand-mère à mon tour; je vivrai la plus belle histoire de ma vie.

 

Grand-mère décéda alors que j’avais douze ans. Elle succomba à une urémie, une maladie rénale. Mon père nous amena, ma soeur Marthe et moi-même, voir ma grand-mère dans sa tombe. Elle semblait dormir. C’était la première fois que j’allais au salon funéraire ; cela m’impressionna quelque peu.

 

Mon grand-père m’a dit plus tard qu’il s’était beaucoup ennuyé d’elle.

Contrairement à grand-mère, il avait une santé de fer. Papa me disait qu’il prenait la vie du bon côté, qu’il ne s’en faisait pas pour des riens.

Il épatait ma mère. À quatre-vingt-neuf ans, il se rappelait tous les anniversaires de naissance de ses petits-enfants, et il en avait trente-trois...

 

Un soir d’hiver, alors que nous avions déménagé plus près de chez lui, il décide de venir nous visiter. Papa lui dit :

 

– Fais attention, la chaussée est glissante, tu pourrais tomber.

 

Grand-père lui répondit :

 

– Si je tombe, j’aurai juste à me relever.

 

À quatre-vingt-six ans, il rencontra une gentille dame de son âge et il décida de se remarier.

 

– Qu'est-ce que tu en penses ? demanda-t-il à mon père.

 

Celui-ci lui rétorqua : «À ton âge, tu dois savoir ce que tu fais !»

Il nous faisait bien rire tous les deux.

 

Grand-père se remaria comme prévu, et il vécut trois belles années de bonheur. Il décéda à quatre-vingt-neuf ans des suites d’une vilaine grippe et il s’éteignit doucement, comme il avait vécu.

 

Je me souviens de la journée de ses funérailles. Le temps était maussade, comme pour être de circonstance. Je revois sa compagne, triste, désemparée ; elle retourna vivre à Montréal, et je n’ai plus jamais eu de ses nouvelles.


 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]

 

Avant-propos
Mon père
Mes grands-parents Sigouin
Ma mère
La rencontre de mes parents
La Deuxième Guerre mondiale
Ma première demeure
La ferme
L’intérieur de la maison
La cuisine d’été
La pauvreté
Les fruits sauvages
La source
Ma merveilleuse enfance
La découverte de la nature
Le temps des foins
Les hivers
La boulangère
Mes années scolaires
L’abbé Jean Moreau
Marthe Labelle
Hélène Boily
Madame Charron et sa fille
Cécile Brisson
Mes compagnes de classe
Mademoiselle Gagné
Alexandre
Ti-Lou
Tante Lucienne
Ti-Fan
Prince
Poppy
Le lac Poirier
La musique country
La chasse
Mes Noëls d’enfant
Le docteur Hamel
Mon adolescence
La vente de la ferme
Épilogue
Album de photographies souvenirs
Communiquer avec l’auteur
 

 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sujet de l'auteur     Biographie     Coordonnée

[ Retour ]

 

Hélène Lauzon est née à Saint-Jérôme, mais son enfance qui fut particulière se passa à Sainte-Sophie. Maintenant à la retraite, elle relate ses souvenirs dans cet humble livre.

 

Hélène nous replonge au cœur des années cinquante. Une approche touchante et amusante, de l’enfance à l’âge adulte d’un être vulnérable qui a su s’épanouir pendant ces années difficiles. C’est aussi un livre d’une grande douceur et plein de tendresse.

 

Raymonde Charron, amie de l'auteur

 

 

Au sujet de l'auteur     Biographie     Coordonnée

[ Retour ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sujet de l'auteur     Biographie     Coordonnée

[ Retour ]

 

 

Hélène Lauzon se fera un plaisir

de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

 

Adresse de correspondance électronique :

 

tilene62@aol.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les couvertures

 

AUTRES LIVRES

Autobiographies

Récits vécus

Récits de voyages

 

RECHERCHE

Recherche par titre

Recherche par auteur

Recherche par genre

Tous les titres

Livres gratuits

 

RETOUR

Page d'accueil de la librairie

© 2005 Fondation littéraire Fleur de Lys inc., organisme sans but lucratif.