Accueil

Librairie

Édition

Actualités

Conférences

Nous

Contact

Recherche

RSS

Plan du site

Maison d'édition et librairie en ligne québécoises sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Service d'éducation populaire: conférences, ateliers et séminaires.

Nouveautés

Titres

Auteurs

Genres littéraires

Livres numériques gratuits

Musique

MP3 audio & DB vidéo

Une plaie vivante, Une infirmière experte en plaies et cicatrisation raconte, Isabelle Fromantin

Isabelle Fromantin est Chevalier de l'Ordre national du Mérite de la France

Isabelle Fromantin, infirmière experte en plaies et cicatrisation, s'est vue remettre par le Pr Claude Huriet, président de l'Institut Curie, les insignes de Chevalier dans l'ordre national du Mérite (France) le 1er juillet dernier (2009). Lire cet article

 

 

Une plaie vivante,

Une infirmière experte en plaies et cicatrisation raconte

 

ISABELLE FROMANTIN

 

Essai - Médecine - Soins des plaies

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Laval, Québec

Première édition : 2007

Édition révisée : 2010

306 pages.

ISBN 2-89612-173-0 / 978-2-89612-173-1

 

Couvertures

Présentation

Table des matières

Extrait

Suivi média et Internet

Au sujet de l'auteur

Autre livre du même auteur

Communiquer avec l'auteur

Obtenir un exemplaire

 Partager sur Facebook

 

Isabelle Fromantin

France

 

Bienvenue aux visiteurs en provenance du site

de la Société française et francophone des plaies et cicatrisations

 

Source: http://www.sffpc.org/index.php

 

 

COUVERTURES

Une plaie vivante Une infirmière experte en plaies et cicatrisation raconte, Isabelle Fromantin, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Cliquez sur les couvertures pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

-

»»» Lire la présentation du livre

[ Retour en haut de la page ]

 

 

PRÉSENTATION

Une plaie vivante − Une infirmière experte en plaies et cicatrisation raconte, Isabelle Fromantin, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Pour tous ceux et celles en quête

de meilleurs traitements des plaies

 

Des gens, des plaies et des soins, ce livre est avant tout une succession de tranches de vies. À travers les histoires des malades, il relate le parcours d’une infirmière de soins palliatifs amenée, au hasard des besoins de chacun, à devenir experte en « plaies et cicatrisation ». De questionnements en évolutions de pratiques, les murs de l’hôpital se sont ouverts et ont fait voyager Isabelle.


Au-delà d’une aventure bibliographique, cet ouvrage est un outil pédagogique destiné aux infirmières et élèves infirmières qui désirent comprendre un peu plus en quoi consiste le traitement des plaies, ou ont en projet de s’autonomiser dans un secteur de soins spécifique.

 

 

Obtenir un exemplaire
 

--

»»» Table des matières

[ Retour en haut de la page ]

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Une plaie vivante − Une infirmière experte en plaies et cicatrisation raconte, Isabelle Fromantin, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

PREMIÈRE PARTIE
Des Soins Palliatifs aux Plaies chroniques (9)

DEUXIÈME PARTIE
La création de la consultation infirmière (113)

TROISIÈME PARTIE
L’accomplissement du projet (217)

AU SUJET DE L’AUTEUR (291)

COMMUNIQUER AVEC L’AUTEUR (295)

 

 

Obtenir un exemplaire

--

»»» Lire un extrait

[ Retour en haut de la page ]


 

 

EXTRAIT

Une plaie vivante − Une infirmière experte en plaies et cicatrisation raconte, Isabelle Fromantin, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

CHAPITRE 1 (INTÉGRAL)

 

Madame B. est assise dans la salle d’attente des consultations. Agitée, le regard fixe, enfoncée et ailleurs, on devine bien l’effort qu’elle fait pour rester ici et la précarité de sa situation. Chaque soignant ou patient qui passe devant elle ne peut s’empêcher une moue, un regard étonné ou encore un rire, mal à l’aise. Car une odeur de pourriture inonde la salle entière, putride.

 

À proximité, calfeutrée dans mon bureau et bien occupée à mes activités d’infirmière en Unité Mobile d’Accompagnement et de Soins Continus, je téléphone et me concentre sur mes tâches de la matinée. Je suis peu dérangée par l’odeur qui s’infiltre jusqu’à mon poste de travail, fumeuse invétérée et peu sensible à ce type de problème. Oh oui, j’ai bien aperçu cette femme, mais j’espère de tout cœur que ce ne sera pas à moi de m’en occuper. Non pas par fainéantise mais parce que je devine déjà mon impuissance et me sens désarmée par la folie qu’elle dégage au premier coup d’œil.

 

Laure entre dans le bureau, c’est mon chef d’Unité, mon binôme médical. Et « bingo », elle me demande de venir avec elle pour accueillir cette femme. La synthèse de la situation est rapide et sans surprise : Mme B. est schizophrène, vit seule et a laissé évoluer un cancer du sein depuis des années. C’est d’une large plaie, mutilante, nécrotique et étendue sur l’ensemble du thorax que se dégage cette odeur. Elle n’accepte que des visites régulières dans notre service de Soins Externes et refuse tout autre traitement médical.

 

Lorsque nous l’invitons à entrer en consultation, sa jupe est trempée de haut en bas. Elle s’assit et reste mutique, avec un inlassable mouvement de lèvre surplombée d’une disgracieuse moustache. Je l’aide à se déshabiller et enlève avec un semi-dégoût des pansements américains détrempés qui laissent apparaître l’énorme plaie qui déforme tout son thorax. C’est tout simplement terrible.

 

Laure m’interroge de ce regard entendu et complice qui nous lie depuis que nous travaillons ensemble, depuis la création de l’Unité. Je ne sais pas ce que je pourrais faire de plus que ce que font chaque jour, avec patience, mes collègues des Soins Externes : nettoyer et désinfecter cette plaie à la Bétadine® dermique, appliquer du Tulle gras® pour éviter que les compresses absorbantes n’adhèrent trop à la plaie et recouvrir le tout de nombreux pansements américains maintenus en place par des adhésifs et une large bande de crêpe.

 

Laure m’explique que la patiente n’est pas métastatique et qu’elle risque de vivre encore bien longtemps avec une plaie évolutive. Je comprends que ce n’est que le début d’une longue prise en charge qui m’est confiée. Et comme l’équipe a choisi de fonctionner avec un système d’infirmière référente, c’est donc à moi que revient cette tâche.

Il ne me reste plus qu’à prendre contact avec les infirmières qui s’occupent d’elle au quotidien. Je les connais peu et sais qu’elles ont du mal à comprendre en quoi je peux les aider, l’utilité de ma fonction transversale. Ce « nouveau métier » est encore trop souvent perçu comme celui de « donneur de leçon », éloigné des soins et de ce qui fait autant la richesse que la difficulté du métier d’infirmière : la proximité, jour après jour, avec la personne soignée.

 

Déjà, je dois passer à autre chose. Dans nos murs, un jeune Sénégalais (dix-huit ans) est venu se faire traiter pour un sarcome d’Ewing. Arrivé directement de la banlieue de Dakar, il est totalement perdu dans notre hôpital tout neuf et moderne, baladé de scanner en IRM dernier cri. Il ne mange rien et perd du poids. Il faut dire que la salade et le steak frites ne lui font pas envie.

Je dois en être à mon cinquième ou sixième coup de téléphone dans le but de trouver quelqu’un qui lui ramènerait gratuitement du Mafé, plat africain à base de pâte de riz et de sauce d’arachide. Je m’énerve, peste et râle. Dans mon bureau, Mathieu, délégué d’un fabricant de pansements, attend patiemment de me présenter ses produits. Je l’ignore, trop concentrée sur mon problème du jour. Ayant travaillé un an et demi en brousse (Togo du Nord) après l’obtention du Diplôme d’État, je suis sensibilisée à ce problème et veux coûte que coûte trouver une solution, après avoir obtenu l’aval des diététiciennes de lui faire ramener de la nourriture.

 

Mathieu me parle. Je n’entends pas tout de suite ce qu’il me dit, puis réalise qu’il me propose d’apporter lui-même du Mafé au jeune malade. Échaudée par les techniques de vente des laboratoires que je ne connais pourtant pas directement, je lui réponds assez fermement que je ne cherche pas une solution d’un jour, mais pour le mois à venir, quotidiennement. Il acquiesce et reviendra chaque jour de la semaine avec un repas frais.

Étonnée, je m’intéresse un peu plus à ce qu’il me propose. Je ne connais aucun de ces pansements : alginate, hydrogel, hydrocellulaire. Ces produits agissent différemment que les pansements traditionnels. Ils ont un taux d’absorption élevé pour la plupart et respectent la théorie de la cicatrisation en milieu humide.

 

Jusqu’alors, une plaie sèche et croûteuse me semblait en bien meilleure voie de cicatrisation qu’une plaie humide et suintante. Je lis les documents qu’il m’a donnés et ne peux que m’incliner : il semble réellement prouvé qu’il faille un peu de chaleur et d’humidité pour cicatriser plus vite. Finalement, cela me paraît logique : ne sommes-nous pas constitués nous-mêmes d’eau et d’une température constante et vitale ? Pourquoi n’en serait-il pas de même pour la peau, enveloppe protectrice de l’ensemble de notre corps ?

 

Très vite, je fais le lien avec la problématique de Mme B. Ces « pansements modernes » ne pourraient-ils pas m’aider à faire mieux, à rendre son quotidien plus confortable ? J’en parle à Mathieu et nous voyons le jour même, ensemble, la patiente.

 

Il n’a jamais vu une telle plaie lui non plus, malgré ses visites dans de nombreux hôpitaux d’Ile de France. Sceptique, il me propose de demander conseil à Sara, leur infirmière-conseil internationale. Le rendez-vous est fixé quinze jours après.

 

Je regarde différemment les plaies des patients que nous soignons. Beaucoup d’entre eux, en fin de vie ou en phase palliative, sont porteurs d’escarres. Ils bougent peu, sont souvent cachectiques et dénutris. Rien d’étonnant qu’ils « s’abîment », et pour moi comme pour les autres, ces plaies de pression sont une sorte de fatalité, malgré les actions de prévention mises en œuvre (mobilisation, massages, soins d’hygiène). Généralement, nous leur appliquons des pansements à la Biafine® en essayant, tant que possible, de ne pas les laisser en appui sur les zones déjà abîmées. D’autres fois, nous utilisons du Comfeel®, seul pansement spécifique répertorié à l’hôpital pour le traitement des escarres.

 

Sur les documents que Mathieu m’a remis, j’ai lu que des produits peuvent optimiser la cicatrisation des escarres. Mais est-ce un objectif réaliste dans la prise en charge de ces malades pour lesquels il reste peu de temps à vivre et pourquoi seraient-ils plus efficaces que nos traditionnels soins qui ont fait leurs preuves dans toutes les équipes ?

 

Une notion a cependant attiré mon attention : il faudrait arrêter de faire des massages type pétrissage sur les escarres constituées. En effet, l’érythème serait le résultat d’une souffrance cellulaire. En appuyant le massage, on léserait plus vite les cellules déjà en souffrance et accélérerait le processus déjà en cours. Cette théorie est finalement logique, bien qu’elle remette en cause des années d’enseignement et de pratique.

De même, la classique alternance « sèche-cheveux/glaçon », sensée provoquer une vasodilatation/vasoconstriction est prohibée, trop violente, délétère pour la peau déjà en souffrance.

Ces nouvelles façons de faire me posent question et je commence à m’informer, à chercher sur Internet. Je m’aperçois que le traitement des plaies dites « chroniques » (ulcère, escarre, mal perforant plantaire) est quasiment une spécialité en soi. Nous sommes en 1999.

 

Sara est arrivée. C’est une femme d’une cinquantaine d’années qui parle un français presque parfait avec un accent italien prononcé. Elle est chaleureuse et semble passionnée par son travail. Je me sens un peu intimidée et surtout, un brin incompétente malgré ses questions simples et détendues sur mes pratiques de soins. En l’écoutant, c’est la première fois que j’entends prononcer le mot de « plaie cancéreuse ». Jusqu’alors, c’était sous les termes de « nodule » ou « nodule de perméation » uniquement que je définissais les plaies tumorales.

 

Avec ses pansements sous le bras, nous montons voir la patiente dans sa chambre. Elle a été hospitalisée après de nombreux événements : hospitalisation d’office en psychiatrie, intervention de sa maman, mise en route d’une chimiothérapie, etc. Son thorax est de plus en plus mutilé par la maladie et les odeurs, toujours aussi intenses. Par contre, notre relation s’est améliorée. Madame B. semble m’intégrer comme repère au milieu de toutes les blouses blanches. Je suis moi-même plus détendue et naturelle avec elle et réussis à rire ou sourire de ses étranges délires de persécution. Je me suis aussi habituée à la panser, je crois.

 

Malgré son expérience, je vois que Sara est interloquée en voyant cette plaie. Minutieusement, elle la regarde, la touche et l’inspecte. J’observe sa précision et le temps qu’elle prend à évaluer la situation. La lésion est étendue et les deux seins de la patiente sont indurés, pris en masse dans la tumeur. Le fond de la plaie est inaccessible au doigt ou à la pince et la nécrose s’accumule à ces endroits. Proportionnellement à la masse, les exsudats sont très abondants et des changements de pansement deux fois par jour restent insuffisants.

 

De retour dans mon bureau, Sara me propose de procéder autrement. Tout d’abord, elle remet en cause les applications répétées de Bétadine® dermique et me parle de « colonisation ». Ce mot m’était inconnu et ce n’est d’ailleurs qu’au fil du temps que je comprendrai exactement de quoi il s’agit : de la présence de bactéries sur la plaie, sans pour autant qu’il y ait infection. Pour différencier la colonisation de l’infection, l’observation clinique de la plaie est indispensable. Certes, s’il y a du pus, les choses se révèlent très simples. Mais lorsque les signes sont plus frustres tels qu’une modification non expliquée de la plaie, un arrêt du processus de cicatrisation, ou encore l’apparition de douleurs, c’est l’interrogatoire et la connaissance de la plaie qui vont permettre de mettre en évidence l’éventuelle infection locale (ou générale) et ses répercussions

.

Dans les replis nécrotiques de la plaie, elle préconise l’application d’hydrogel (Intrasite® gel). Ce gel, composé à plus de 70 % d’eau, va provoquer une hyper hydratation qui va décoller les débris nécrotiques et fibrineux. Cela permet un nettoyage plus actif, même si, étant donné la situation et la composante tumorale de la nécrose, il serait utopique d’espérer que la plaie devienne propre. Il suffirait, pour ôter ce gel, de faire un nettoyage sous pression à l’aide d’une seringue de 50cc par exemple.

 

Persistent les problèmes d’absorption, d’odeurs, mais aussi de non-adhérence. Car le moindre traumatisme provoque des saignements difficiles à contrôler. En effet, impossible d’espérer obtenir une hémostase en comprimant cette lésion déjà très dure. Ce sont de multiples vaisseaux pris en masse qui se mettent à saigner en nappe si le soin est un peu trop brutal.

 

Sara me montre deux pansements dont Mathieu m’avait déjà donné quelques échantillons. Le premier est à base de charbon actif qui filtre les mauvaises odeurs, associé à une compresse absorbante. Le deuxième est un hydrocellulaire non adhésif. J’ai maintenant bien compris de quoi il s’agissait : une face non adhérente, une couche extrêmement absorbante et un film semi-perméable de type Opposite® que je connais déjà bien. L’association des deux produits est d’une épaisseur bien moins importante que la superposition de nos pansements traditionnels. Je leur propose donc d’essayer et de les tenir informés des résultats. Sans le savoir, j’avais composé mon premier protocole de soin spécifique à la problématique de la plaie cancéreuse.

 

Je reste cependant réticente à arrêter la Bétadine® car il me semble impensable de ne pas désinfecter cette plaie. Face à mon entêtement, Sara rétorque très judicieusement que ma solution dermique ne reste pas en place sur la lésion, ne s’infiltre pas partout et est donc inefficace. Par contre, elle m’explique qu’en Italie, un médecin compacte l’hydrogel avec la Bétadine® pommade afin de la maintenir en place et d’obtenir une action optimale. Cette idée me semble ingénieuse et répond à mes attentes.

 

La visite de cet expert des plaies se conclut par une discussion sympathique. J’apprends qu’elle voyage de pays en pays, du Japon aux États-Unis, de l’Angleterre à l’Espagne, dans le seul objectif de promouvoir les pansements modernes et de les faire connaître. Elle est née en Europe de l’Est, a passé son diplôme d’infirmière aux US, dépend du siège de sa société à Londres et a choisi de s’installer à Florence, la plus belle ville du monde dit-elle.

 

Les jours suivants, Madame B. retrouve un peu d’autonomie et peut sortir de sa chambre quelques heures sans attirer tous les regards. Ses vêtements restent secs entre les deux soins quo-tidiens, pas de doute, ça marche !

 

Encouragée par ces résultats, je décide de mettre immédiatement en pratique mes nouvelles connaissances bien que précaires et incomplètes. Jusqu’alors hésitante sur les détersions mécaniques d’escarres, je me lance, après avoir ramolli les nécroses sèches avec de l’hydrogel. Mathieu est très présent et me rassure. Pourtant, je doute souvent du bien-fondé de mes gestes et sens la réticence de mes collègues.

 

Madame M. arrive en urgence, elle a 40° de fièvre, est en aplasie. Au niveau de son sacrum, une importante nécrose molle, elle aussi malodorante. Elle est paraplégique depuis quelques semaines, suite à une compression médullaire. Sa maladie évolue vite et le diagnostic est rapidement fait : aplasie fébrile dont la porte d’entrée est la plaie, chez une patiente en phase palliative de sa maladie.

Parallèlement à mon activité en Unité Mobile, je suis responsable de la petite salle d’urgence qui accueille les patients de l’Institut. Ces deux activités peuvent sembler contradictoires mais nous aident, finalement, à repérer certaines personnes en grande difficulté.

 

Il est donc décidé que je prendrais en charge cette malade et son escarre. Cette plaie n’est-elle pas un symptôme comme un autre de l’évolution de sa maladie ? Si les médecins de Soins Palliatifs prennent en charge la dyspnée ou la fatigue, pourquoi ne serait-ce pas dans mes fonctions d’infirmière de Soins Palliatifs de traiter cette plaie ?

 

Je commence une longue détersion, la patiente est bien calée en décubitus latéral, préméditer une demi-heure avant avec une entre-dose de 10mg de Morphine. Je commence par le centre, avec une pince à griffe et un bistouri monté sur un manche et tout doucement j’élargis le cercle. À près de 5mm de profondeur, les tissus cèdent et un abcès s’évacue accompagné d’une odeur très forte et nauséabonde. La fin de soin me semble facile. Il ne me reste plus qu’à suivre les berges avec ma lame, tout doucement, à la limite des saignements. Une fois terminé, je suis assez contente du résultat : la plaie est propre, bien qu’elle mette à nu l’os du sacrum. Mais en relevant la tête, je m’aperçois que les soignants qui m’accompagnent sont effrayés de voir ce trou d’environ 7cm de diamètre. J’apprendrai par la suite que cette différence d’appréciation est fondamentale dans la prise en charge de ce type de plaie car beaucoup d’infirmiers et d’aides-soignants sont plus rassurés par une plaie nécrotique mais arasant la peau que par une plaie cavitaire mais propre.

 

Rapidement, je remplis la plaie de plaques d’alginate, tel qu’il est conseillé dans tout ce que j’ai lu. Ces plaques sont souples et favorisent le bourgeonnement, toujours par ce même principe de cicatrisation en milieu humide. Extrait d’algue brune, elles semblent bien tolérées et ne pas provoquer d’allergie. De plus, elles ont des propriétés hémostatiques, ce qui m’assure que la patiente ne risque pas ou peu de saigner après mon geste tout de même très traumatique et invasif. Comme elles se gélifient au contact des exsudats, elles perdent un peu de volume et je peux les tasser dans la plaie sans craindre d’empêcher les bourgeons de se former. Leur retrait sera facile et non traumatique.

 

Puisque ces compresses absorbent près de vingt fois leur volume, je couvre tout simplement la plaie d’une compresse et d’un adhésif. Il ne sera pas mouillé puisque la patiente vient d’être sondée.

 

J’accumule de plus en plus d’informations et mon bureau s’encombre d’échantillons en tout genre. Ces produits coûtent cher et j’essaye d’observer de façon critique leurs actions. Il m’est plus facile de commencer à établir des protocoles chez les patients suivis en externe qu’à l’hôpital car, si ces produits sont bien remboursés en officine, ils ne sont pas référencés dans notre établissement et je dois donc compter mes pansements avant de m’en servir. Car quoi qu’il en soit, aucun protocole n’est actif s’il est modifié et changé, faute de produits, ou par divergence d’avis entre soignants ou équipes.

 

Le dialogue avec les infirmières libérales est parfois un peu tendu, certaines s’y connaissent plus que moi et d’autres reçoivent mes conseils avec un peu de susceptibilité. Mais peu importe, je les comprends, pourquoi en saurais-je plus qu’elles ?

 

Parallèlement, je refais le point avec les prestataires de service sur les différents types de matelas de prévention d’escarre. Nous avons l’habitude de travailler ensemble pour organiser le retour à domicile des patients en fin de vie. En règle générale, je m’intéresse davantage aux problèmes d’oxygénothérapie ou de perfusion. Ils connaissent mes habitudes : négocier de-ci de-là un robinet à trois voix non remboursé ou encore un bassin. Nos entrevues sont rapides et précises. J’étais d’ailleurs allée visiter une de leur usine de stockage pour mieux comprendre comment ils fonctionnaient et ce qu’ils pouvaient mettre à la disposition des malades. Mais pour les matelas, j’avoue que je m’étais un peu arrêtée aux cliniplots, sans me poser davantage de questions. D’ailleurs, c’est ce que nous avons à l’hôpital.

 

À ma grande surprise, il y a bien mieux : il est possible de réduire la pression sur certains points d’appui en commandant des inserts à cellules pneumatiques au niveau du sacrum ou encore des talons. Un seul matelas étant remboursé par an, il faut anticiper les problèmes et commander d’emblée, si besoin, ces supports plus sophistiqués. Par chance, Laure suit immédiatement le mouvement, me fait confiance et prescrit sous ma dictée ces nouveaux supports.

 

 

Obtenir un exemplaire

 

-

»»» Suivi médias et Internet

[ Retour en haut de la page ]

 

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

Une plaie vivante − Une infirmière experte en plaies et cicatrisation raconte, Isabelle Fromantin, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

20 juillet 2009

Isabelle Fromantin, infirmière responsable de la Consultation infirmière plaies et cicatrisations à l'Institut Curie, et auteur du livre «Une plaie vivante» édité par la Fondation littéraire Fleur de Lys reçoit l'Ordre national du mérite en France

-

»»» Biographie de l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

BIOGRAPHIE

Isabelle Fromantin

 

 

Isabelle Fromantin est née en 1970, à Nantes. Décidée depuis le plus jeune âge à devenir infirmière, elle obtient son Diplôme d’État en 1992, à Paris. Sortie de l’école, elle part en mission humanitaire au Togo du Nord, dans un hôpital d’enfants, pendant plus d’un an. À son retour, elle est embauchée selon ses souhaits à l’Institut Curie (Centre de Lutte contre le Cancer, Paris). Elle connaissait déjà bien cet hôpital pour y avoir effectué des stages, ainsi que des remplacements d’été pendant ses études.


Elle travaille successivement dans les services d’oncologie pédiatrique et de chirurgie tête et cou avec beaucoup de plaisir et de satisfaction. Mais au bout de presque quatre ans, l’envie d’apprendre et de changer de secteur d’activité se fait sentir malgré son attachement à son équipe. Alors qu’elle envoie ses premières lettres de candidatures, l’Institut Curie lui propose de rester pour participer à la création d’une nouvelle Unité Mobile de Soins Palliatifs. Nous sommes en 1997 et ce type de structure commence à se développer. Il n’en existe pas encore dans les Centres de Lutte Contre le Cancer.


Après réflexion et discussion avec les initiateurs de ce projet, elle accepte, se forme auprès d’équipes spécialisées d’hôpitaux publics parisiens et se lance dans cette aventure originale. Tout est à créer et à construire. L’équipe est réduite dans un premier temps à son strict minimum : un médecin, une secrétaire et une infirmière. Elle s’étoffera par la suite et est à l’heure actuelle une structure importante et rodée, intégrée dans un Département de Soins de Support.


Cette étape lui fait découvrir une autre façon de travailler, en lien avec l’extérieur, une nécessité de formation continue, recherches bibliographiques, participation à des groupes de réflexions, groupes Ballint, etc. Ce parcours est riche de rencontres et d’enseignements, notamment auprès des toutes premières infirmières cliniciennes françaises. Parallèlement, elle donne quelques cours en école d’infirmière, tente d’écrire ses premiers articles, apprend tout doucement à communiquer…


Dans son quotidien, elle se heurte au problème récurrent des plaies chroniques et notamment, des plaies cancéreuses. Elles sont une grande source d’inconfort pour les malades dont elle a la charge et malgré toute sa bonne volonté, elle n’arrive pas à trouver de réponse à cette difficulté. Doucement, elle cherche et fouille, rencontre des laboratoires et rédige des premiers protocoles, imparfaits. C’est en se rendant à la Conférence Nationale des Plaies et Cicatrisations (CPC) et au contact de la Société Française et Francophone des Plaies et Cicatrisation (SFFPC) qu’elle décide de se consacrer aux plaies chroniques en oncologie. Là encore, tout est à faire.


Avec le soutien de son chef d’Unité, de son Infirmière Générale et des conseils de la SFFPC, elle se forme et monte un projet de création de consultation infirmière spécialisée en plaies chroniques. Cette nouvelle activité verra officiellement le jour en 2001. Depuis lors, la consultation s’est réellement implantée et développée, notamment vers des projets de recherche et de formation. Isabelle Fromantin est devenue trésorière de la SFFPC, enseigne entre autres au Diplôme Universitaire de Plaies et Cicatrisations à Paris et écrit de nombreux articles relatifs à cette spécialité.
 

 

 

* * *

 

 

NOTE DE L'ÉDITEUR

 

Le 1er juillet 2009, Isabelle Fromantin a reçu les insignes de Chevalier de l'ordre nationale du Mérite (Fance).

 

Sur ce site

 

20 juillet 2009

Isabelle Fromantin, infirmière responsable de la Consultation infirmière plaies et cicatrisations à l'Institut Curie, et auteur du livre «Une plaie vivante» édité par la Fondation littéraire Fleur de Lys reçoit l'Ordre national du mérite en France

 

Sur le web

 

Communiqué de L'Institut Curie (France) : Une infirmière de l'Institut Curie devient Chevalier dans l'ordre national du Mérite

 

Une infirmière de l'Institut Curie devient Chevalier dans l'ordre ...

Coordination Nationale Infirmière - ‎21 juil. 2009‎

Isabelle Fromantin, infirmière experte en plaies et cicatrisation, s'est vue remettre par le Pr Claude Huriet, président de l'Institut Curie, les insignes ...

 

 

Obtenir un exemplaire

 

--

»»» Autre livres du même auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

AUTRE LIVRE DU MÊME AUTEUR
Isabelle Fromantin

 

Mémo plaies et cicatrisation


Auteur(s) : CHARITANSKY H. - FROMANTIN I. -

Éditeur : Editions Lamarre

Collection : Mémo

Année de publication :2007

Nombre de pages : 112

ISBN : 2757300989

--

»»» Communiquer avec l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR
Isabelle Fromantin

 

Isabelle Fromantin se fera un plaisir
de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

ADRESSE DE COURRIER ÉLECTRONIQUE : isafrom@cegetel.net

 

-

»»» Obtenir un exemplaire

[ Retour en haut de la page ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE - Papier ou numérique

Une plaie vivante − Une infirmière experte en plaies et cicatrisation raconte, Isabelle Fromantin, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 418-903-5148

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

16.50$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


16.50$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Retour en haut de la page ]

 

PUBLICITÉS

-

 

-

 

 


Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 418-903-5148

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.