Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Pierre Chatillon

 

 

Noyades et naufrages, Pierre Chatillon

Essai sur le roman québécois suivi de le NON-PAYS, dix études sur la poésie québécoise de 1970 à 2000, Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec, Canada, 2007, 312 pages.

ISBN 2-89612-281-8 / 978-2-89612-281-3

 

Couvertures

Présentation

Table des matières

Extrait

Suivi médias et Internet

Au sujet de l'auteur

Du même auteur

Communiquer avec l'auteur

Obtenir un exemplaire

Pierre Chatillon

Bécancour , Québec

 

 

COUVERTURES

 

Noyades et naufrages Essai sur le roman québécois

suivi de le NON-PAYS, dix études sur la poésie québécoise de 1970 à 2000

Pierre Chatillon, 2007, Fondation littéraire Fleur de Lys

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

Noyades et naufrages Essai sur le roman québécois

suivi de le NON-PAYS, dix études sur la poésie québécoise de 1970 à 2000

Pierre Chatillon, 2007, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Noyades et naufrages est en quelque sorte la suite de l’ouvrage publié par Pierre Chatillon aux Presses de l’Université du Québec, en 2004, et intitulé Le mal-né.
 

Dans la première partie, qui donne son titre au livre, l’auteur observe la présence de l’eau dans seize romans québécois et il s’interroge sur les diverses manifestations et significations de ce phénomène.

 

La deuxième partie s’intitule Le non-pays. Pierre Chatillon examine l’oeuvre de dix poètes québécois ayant publié entre 1970 et 2000. Chacun d’entre eux illustre une tendance de la poésie et contribue à dessiner un portrait de notre société.

 

La troisième partie, Lire la poésie, est une initiation à la lecture de la poésie. L’auteur l’a rédigée à la suite de nombreuses conférences au cours desquelles il a constaté l’intérêt manifesté par les auditeurs pour ce sujet.

 

La quatrième partie, Quelques géantes, est consacrée à l’étude du thème étonnant de la géante chez des auteurs québécois et français.

 

 

[ Table des matières ]

[ Retour au menu ]

 

 

TABLE DES MATIÈRES

 

Noyades et naufrages Essai sur le roman québécois

suivi de le NON-PAYS, dix études sur la poésie québécoise de 1970 à 2000

Pierre Chatillon, 2007, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

INTRODUCTION

 

NOYADES ET NAUFRAGES

 

LE NON-PAYS

 

L’infonie de Luôar Yaugud

L’intense pays du non-sens de Michel Beaulieu

Le kaléidoscope de Denise Desautels

L’Amérique cinémascopique de Jean-Paul Daoust

Le dépaysement de Yolande Villlemaire

Le non-pays de François Charron

Le pays fictif de Bernard Pozier

Les tombeaux du jour de Martine Audet

La mémoire de l’eau de Lyne Richard

L’arbre-poème de Michel Pleau

L’apprivoisement de l’ombre

 

LIRE LA POÉSIE

 

QUELQUES GÉANTES

 

NOTES EN BAS DE PAGE

 

AU SUJET DE L’AUTEUR

 

COMMUNIQUER AVEC L’AUTEUR

 

 

[ Table des matières ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT
 

Noyades et naufrages Essai sur le roman québécois

suivi de le NON-PAYS, dix études sur la poésie québécoise de 1970 à 2000

Pierre Chatillon, 2007, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Introduction

J’étais au tout début de la vingtaine lorsque j’ai fait la découverte des ouvrages de Gaston Bachelard : L’eau et les rêves, L’air et les songes, et tous les autres. Je fus séduit par son approche à la fois poétique et lucide de la littérature. Il m’apprit à lire avec des yeux neufs et je lui en suis à jamais reconnaissant. Les Grecs partageaient le monde en quatre éléments : le feu, l’eau, l’air et la terre. Bachelard s’aperçut, lui, que les œuvres des grands auteurs étaient également dominées par la présence de ces éléments. Il se contenta cependant d’observer ce qu’il appelait des phénomènes sans s’aventurer à les interpréter de façon psychanalytique.

J’adoptai sa méthode, lui fis subir de légères modifications et l’appliquai à la poésie québécoise. Je fis paraître, en 1966, un essai intitulé La naissance du feu dans la jeune poésie du Québec[i]. J’y constatais que le feu est à peu près absent de notre littérature et qu’il ne commence à se manifester, timidement, qu’aux environs des années 1960. Rien là qui ne doive étonner puisque le feu est associé à la vie, à la passion, à la sexualité, à l’amour et que notre société n’a commencé à s’épanouir librement qu’à l’époque de la Révolution tranquille.

Pour Saint-Denys Garneau, par exemple, le feu est un ennemi. Dans le poème «Fièvre», il compare le feu qui brûle en lui à un incendie de forêt, à la fièvre, c’est-à-dire à une maladie. Dans «Un mort demande à boire», le feu tue celui qui n’est pas apte à l’accueillir : «Alors le matin paraît dans sa gloire / Et répand comme un vent la lumière sur la vallée / Et le mort pulvérisé / Le mort percé de rayons comme une brume / S’évapore et meurt[ii]». Cette conception du feu mauvais change-t-elle dans la littérature actuelle? Il existe une œuvre dans laquelle le feu occupe une place très importante, celle de Gaétan Soucy. Dans La petite fille qui aimait trop les allumettes, une enfant est atrocement punie pour avoir allumé un incendie dans lequel sa mère a péri. Sa sœur lui a donné le nom de Juste Châtiment. Dans L’immaculée Conception, le feu est également relié à une expiation. Un incendiaire transforme un grill en brasier où meurent soixante et quinze personnes; voici comment est décrit ce sinistre : «On entendait les vociférations des victimes distinctement. Des cris assez curieux, qui ressemblaient à des éclats de rires, un hurlement désabusé. (…) Le rire qu’on entend de temps à autre en enfer[iii].» À la fin du roman, le héros s’immole, dans une cabane, en s’aspergeant de l’huile d’une lampe. Et l’auteur écrit : «Vingt ans de condamnation à vivre dans l’espérance d’une expiation. Et cette grâce qu’il avait désespéré de mériter jamais, voilà que, contre toute attente, elle lui était donnée. Il accueillait le châtiment avec reconnaissance[iv].» Faut-il s’étonner que le feu n’apparaisse à peu près jamais sous son aspect exaltant et joyeux et qu’il se manifeste plutôt comme un élément vengeur? Rien de plus normal, me semble-t-il, puisque l’éducation religieuse dispensée à notre peuple a hanté tous les esprits avec des évocations terrifiantes du feu de l’enfer.

En 1970, je fis paraître un autre essai intitulé Le château d’eau de Sylvain Garneau[v]. Peu à peu, il me devint évident que l’eau occupait une place très considérable dans notre imaginaire. Ce n’était pas toutefois une vaste étendue sur laquelle s’élancent de courageux aventuriers. Au contraire, elle ne semblait engendrer que naufrages et noyades.

Il serait intéressant aussi de parler de l’air et de la terre, mais ce n’est pas le sujet du présent ouvrage. Disons néanmoins que l’air ne donne pas lieu non plus à de grandes aventures. Rien qui ressemble à L’Ode au vent d’ouest de Shelley ou aux envolées périlleuses et contemplatives de St-Exupéry. Une étude plus approfondie démontrerait sans peine que l’espace dont parlent nos auteurs a une connotation morale. Il y plane probablement plus d’anges que d’oiseaux. Le dualisme et la désincarnation figurant parmi les thèmes qu’on retrouve fréquemment dans la poésie, il n’y a pas à s’étonner que l’envol prenne le sens d’une fuite du corps et de la matière. Dans «Cage d’oiseau», Saint-Denys Garneau se présente ainsi : «Je suis une cage d’oiseau / Une cage d’os / Avec un oiseau[vi]». Cet oiseau, c’est la mort et son envol va signifier la fin de la vie. Dans un autre poème, intitulé «Un bon coup de guillotine», l’auteur est encore plus explicite. Il souhaite qu’un coup de guillotine sépare sa tête de son corps et cette distanciation est si bénéfique que Saint-Denys Garneau écrit : «Un sourire est sur ma bouche / Tel que si je venais de naître / Mon regard passe, calme et léger / Ainsi qu’une âme délivrée[vii».

Quant à la terre, dans ce qu’on appelle le roman du terroir, elle se présente sous la forme d’un lopin dont la préservation est assurée par les valeurs du conservatisme : «Tout ce qu’ils demandaient, c’était qu’on les laissât en paix fouiller la lourde glèbe, cultiver leurs arpents de bonne terre familière, sans autre ambition que d’en tirer des moissons et d’y paître le bétail[viii]» est-il dit dans Trente arpents de Ringuet. Conception qui se situe aux antipodes des vastes espaces parcourus par les redresseurs de torts dans les westerns américains ou par les pionniers traversant les États-Unis pour se rendre au Far-West.

Il s’agit donc d’une terre protectrice, d’un refuge permettant la survie d’un peuple replié sur sa foi, sa langue et ses traditions. Une mère, en somme, et qui sera chantée avec ferveur dans les années soixante : «Terre de Québec, Mère Courage (…) tu es grosse / de nos rêves charbonneux douloureux / de l’innombrable épuisement des corps et des âmes / je suis né ton fils par en haut là-bas / dans les vieilles montagnes râpées du nord[ix]». Une terre de laquelle on souhaite voir naître un homme neuf, libre : «Je dresse sur la terre une image de l’homme[x]». Certains poètes, tentant de se dégager de cette terre-mère, chantent les charmes d’une terre-compagne : «Je ne savais pas qu’un pays ressemble à tes seins   tes hanches porteuses   et la santé de tes lèvres  (…) Je ne savais pas que ton corps est un pays[xi]».

L’étude de ces conceptions du feu, de l’air et de la terre seraient très révélatrices. Peut-être entreprendrai-je un jour cette exploration. Pour le moment, c’est à l’eau que j’ai décidé de consacrer le présent essai.

Parler de livres a été l’un des plus grands plaisirs de ma vie. Parfois, je les regarde, ces livres, sur les rayonnages de ma bibliothèque et je leur dis à voix haute : «Merci, Livres, qui avez donné un sens à mon existence, Livres grâce auxquels je n’ai jamais connu l’ennui, grâce auxquels chaque jour de ma vie a été captivant. Merci, Livres !»

___________

 

[i] Chatillon, Pierre, La poésie canadienne-française, Montréal, Éditions Fides, Archives des lettres canadiennes, tome IV, 1970, p. 225 à 285.

[ii]  Saint-Denys Garneau, Hector de, Poésies complètes, Montréal, Éditions Fides, 1949, p. 64.

[iii]  Soucy, Gaétan, L’Immaculée Conception, Montréal, Éditions du Boréal,  1999, p. 9.

[iv]  Ibid, p. 287.

[v] Chatillon, Pierre, Voix et images du pays, Montréal, Les Presses de l’Université du Québec, 1970, no III, p. 93 à 103.

[vi]  Saint-Denys Garneau, Hector de, op. cit., p. 96.

[vii]  Ibid, p. 161.

[viii]  Ringuet, Trente arpents, Montréal, Éditions Fides, 1938, p. 175.

[ix]  Miron, Gaston , L’homme rapaillé, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1970, p. 62.

[x] Lapointe, Gatien, L’ode au Saint-Laurent, Montréal, Éditions du Jour, 1963, p. 69.

[xi] Préfontaine, Yves, Débâcle, Montréal, Éditions de l’Hexagone, 1970, p. 29.

 

 

 

Obtenir un exemplaire

 

 

[ Suivi médias et Internet ]

[ Retour au menu ]

 

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

 

Noyades et naufrages Essai sur le roman québécois

suivi de le NON-PAYS, dix études sur la poésie québécoise de 1970 à 2000

Pierre Chatillon, 2007, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Cliquez sur les logotypes des médias et/ou sites Internet ci-dessous.

 

À VENIR

À VENIR

 

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEUR - BIOGRAPHIE
 

Pierre Chatillon

 

 

PIERRE CHATILLON est né à Nicolet. Après des études en Sorbonne, il enseigné la littérature à l’Université du Québec à Trois-Rivières. En 2003, il reçut la distinction de professeur émérite. Écrivain, il a fait paraître une quarantaine de livres : poèmes, romans, nouvelles, essais ainsi que son autobiographie intitulée Le château de sable. En 1974, il fut finaliste au Prix France-Québec pour son roman La mort rousse. Son roman Philédor Beausoleil, publié chez Robert Laffont, en 1978, fut étudié pendant plusieurs années à l’université de Cork, en Irlande. En 1987, il a reçu le Grand Prix de la Ville de Trois-Rivières pour l’ensemble de son œuvre. En 2000, la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec lui décernait le Prix Lionel-Groulx également pour l’ensemble de son œuvre. En 2005, il se méritait le Prix Adagio du Salon du livre de Trois-Rivières et le Prix d’excellence en littérature du Conseil de développement culturel du Centre-du-Québec. Le 24 juin 1998, Pierre Chatillon a créé, à Nicolet, le parc littéraire L’arbre de mots. En 2005, il a fait installer, dans le parc des lilas de Bécancour, trois œuvres en aluminium intitulées Les oiseaux-poèmes. En 2011, il a fait installer, à St-Grégoire, un petit monument intitulé La maison du souvenir. Pierre Chatillon est également un compositeur prolifique.

 

 

[ Du même auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

DU MÊME AUTEUR - BIBLIOGRAPHIE

 

Guy Dussault

 

LIVRES DE PIERRE CHATILLON

ÉDITÉS PAR LA FONDATION LITTÉRAIRE FLEUR DE LYS

NOYADES ET NAUFRAGES

Essai sur le roman québécois suivi de le NON-PAYS, dix études sur la poésie québécoise de 1970 à 2000
 

PIERRE CHATILLON

 

Études littéraires,

Fondation littéraire Fleur de Lys, Laval, Québec, 2007, 312 pages.

ISBN 2-89612-281-8 / 978-2-89612-281-3

 

http://manuscritdepot.com/a.pierre-chatillon.2.htm 

LES FILS DU FEU ET AUTRES ESSAIS

 

PIERRE CHATILLON

 

Études littéraires,

Fondation littéraire Fleur de Lys, Laval, Québec, 2012, 242 pages.

ISBN 978-2-89612-415-2


http://manuscritdepot.com/a.guy-dussault.2.htm

 

LIVRE DE PIERRE CHATILLON ANNONCÉ SUR CE SITE

PHILÉDOR BEAUSOLEIL
 

PIERRE CHATILLON

 

Roman,

Les Éditions Grands Arbres,

Québec, Canada, 180 pages.

ISBN 2-9805875-2-4

 

http://manuscritdepot.com/a.pierre-chatillon.1.htm  

 

CD MUSICAL DE PIERRE CHATILLON ANNONCÉ SUR CE SITE

LES OISEAUX

PIERRE CHATILLON

Six quatuors pour flûte, clarinette et cordes
CD-ROM / 78:05 minutes
 


http://manuscritdepot.com/a.pierre-chatillon.3.htm 

 

BIBLIOGRAPHIE COMPLÈTE

Les cris, poèmes, Montréal, Éditions du Jour, I968. Réédition en I969. Finaliste au Grand Prix littéraire de la Ville de Montréal, en 1969.

 

Soleil de bivouac, poèmes, Montréal, Éditions du Jour, 1969. Édition remaniée en 1973.

 

Le journal d’automne, récit, Montréal, Éditions du Jour, 1970. Édition remaniée en 1977, Montréal, Éditions du Jour. Édition remaniée en 1998, Bécancour, Les Éditions Grands Arbres.

 

Le mangeur de neige, poème, Montréal, Éditions du Jour, 1973. Finaliste au Grand Prix littéraire de la Ville de Montréal en 1974.

 

La mort rousse, roman, Montréal, Éditions du Jour, 1974. Édition remaniée, collection «Québec 10 /10», no 65, Montréal, Éditions Stanké, 1983. Réédition en 1998, Québec, Éditions du Septentrion. Finaliste au Prix France-Québec en 1975.

 

Le fou, roman, Montréal, Éditions du Jour, 1975.

 

L’île aux fantômes, contes, précédés de Le journal d’automne, Montréal, Éditions du Jour, 1977. Édition remaniée, collection « Québec 10/10», no 107, Montréal, Éditions Stanké, 1988.

 

Philédor Beausoleil, roman, Paris, Éditions Robert Laffont et Montréal, Éditions Leméac 1978. Édition remaniée, Montréal, Éditions Libre Expression, 1985. Édition remaniée en 1999, Bécancour, Les Éditions Grands Arbres.

 

Poèmes, rétrospective des poèmes (1956-1982) regroupant Les cris, Le livre de l’herbe, Le livre du soleil, Soleil de bivouac, Poèmes posthumes, Blues, Le mangeur de neige, Le château fort du feu, Le beau jour jaune, Le printemps, Nuit fruit fendu, L’oiseau rivière, Amoureuses, Saint- Lambert, Éditions du Noroît, 1983.

 

La fille arc-en-ciel, nouvelles, Montréal, Éditions Libre Expression, 1983.

 

Le violon vert, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1987.

 

L’arbre de mots, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1988.

 

La vie en fleurs, nouvelles, Montréal, XYZ Éditeur, 1988.

 

Le violon soleil, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1990.

 

L’Atlantidien, nouvelles, Saint-Lambert, Éditions Héritage, 1991.

 

L’ombre d’or, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1993.

 

L’enfance est une île, nouvelles, Montréal, Éditions Triptyque, 1997.

 

La porte du soleil, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1997.

 

Grands arbres ce matin, anthologie des écrivain(e)s ayant vécu ou étudié à Nicolet, Bécancour, Les Éditions Grands Arbres, 1998.

 

Amoureuses, poèmes, volume regroupant les poèmes d’amour écrits entre 1958 et 1998, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1999.

 

Les chants, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2001.

 

L’Éternîle, poèmes, Québec, Le loup de gouttière, 2002.

 

Le livre de la lumière, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2003.

 

Le mal-né, seize études sur la poésie québécoise, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2004.

 

Le château de sable, une vie d’écrivain, Québec, Ottawa, Éditions David, 2005.

 

Les ailes de la mer, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2006.

 

Noyades et naufrages (essai sur le roman québécois) suivi de Le non-pays (essais sur la poésie québécoise de 1970 à 2000), Montréal, Fondation littéraire Fleur de Lys, 2007.

 

L’homme aurore, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2008.

 

À vol de mots, poèmes, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2010.

 

Selected Poems, Les Éditions Grands Arbres, Bécancour, 2010.

 

Facing the Sea, selected poems, Peppertree Press, Sarasota (Fl), USA, 2011.

 

Le mangeur de neige, poème, (réédition)Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2012.

 

 

DISCOGRAPHIE COMPLÈTE

Air pour Claire, CD comprenant Air pour Claire, La gigue, Promenade, La fanfare, Le cardinal, Le feu d’artifice, œuvres interprétées par le quatuor de saxophones Andran : Jacques Larocque, (directeur) soprano, Andréanne Deschênes, baryton, Marc Gélinas, ténor, Andrée-Anne St-Germain, alto. Bécancour, 2006.

 

Les oiseaux, CD comprenant Les oiseaux, Jour d’été, J’ai perdu un oiseau, Jour de juin (quatuors pour flûte et cordes); Le cri et La danse (quatuors pour clarinette et cordes) interprétés par Amélie Brodeur, Catherine Bussières, Renée-Claude Perreault, Michel Pilote et François Toutant. Bécancour, 2007.

 

La réincarnation, Chansons de Pierre Chatillon interprétées par l’auteur, accompagné par Gilles Hamelin au clavier, et Réal Bergeron à la guitare. Bécancour, 2008.
 

Le soleil, CD comprenant Nostalgie, Le soleil, Crépuscule (trios pour piano et cordes); L’oiseau moqueur, L’éclipse, La plainte (quatuors pour flûte et cordes); et deux valses, interprétés par Antoine Bareil, violon, Amélie Brodeur, flûte, Michel Kozlovsky, piano, Sarah Martineau, alto, et François Toutant, violoncelle. Bécancour 2010.

 

Le voilier, Chansons de Pierre Chatillon interprétées par l’auteur, accompagné par Gilles Hamelin au clavier, et Réal Bergeron à la guitare. Bécancour, 2011.

 

La victoire, CD comprenant La jeunesse, Septembre, Le départ, Le miroir (trios pour piano et cordes); Lumière sur la mer, La victoire (quatuors pour flûte et cordes); Cantabile (sonate pour clarinette et guitare). Bécancour, 2012.

 

 

FAITS À NOTER

Pierre Chatillon a été finaliste au Grand Prix littéraire de la Ville de Montréal, avec Les cris, en 1969, finaliste au Grand Prix littéraire de la Ville de Montréal, avec Le mangeur de neige, en 1974, finaliste au Prix France-Québec, avec La mort rousse, en 1975. Il a reçu le Grand Prix de la Ville de Trois-Rivières, en 1987, pour l’ensemble de son œuvre, et en 2000, la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre du Québec lui décernait le Prix Lionel-Groulx également pour l’ensemble de son œuvre. En 2005, il se méritait le Prix Adagio du Salon du livre de Trois-Rivières et le Prix d’excellence en littérature du Conseil de développement culturel du Centre-du-Québec.

 

Le 24 juin 1998, Pierre Chatillon a créé, à Nicolet, le parc littéraire L’arbre de mots.

 

En 2005, il a fait installer, dans le parc des lilas de Bécancour, trois œuvres en aluminium intitulées :Les oiseaux-poèmes.

 

En 2011, il a fait installer, à St-Grégoire, un petit monument intitulé La maison du souvenir.

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Pierre Chatillon

 

Pierre Chatillon se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

 

Adresse de correspondance électronique :
 

violonsoleil@sogetel.net

 

 

Site Internet de l'auteur : http://www.pierrechatillon.com/

 

 

http://www.pierrechatillon.com/

 

 

[ Site Internet personnel de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE OU PAPIER

 

Noyades et naufrages Essai sur le roman québécois

suivi de le NON-PAYS, dix études sur la poésie québécoise de 1970 à 2000

Pierre Chatillon, 2007, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

16.50$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


16.50$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Exemplaire numérique ]    [ Exemplaire papier ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 581-988-7146 (interurbain gratuit pour les abonnés au service téléphonique Vidéotron)

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.