Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

 

Le dernier des Gaulois, roman fantastique, Richard Normand

Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec, 2011, 362 pages.
ISBN 978-2-89612-378-0

 

Couvertures

Présentation

Extrait

Suivi médias et Internet

Au sujet de l'auteur

Communiquer avec l'auteur

Obtenir un exemplaire

 Partager sur Facebook

Ce livre est

disponible

uniquement

en format

numérique

PDF

 

COUVERTURES

 

Le dernier des Gaulois, roman fantastique, Richard Normand,

Fondation littéraire Fleur de Lys

▼Cliquer sur la couverture pour agrandir▼

▲Cliquer sur la couverture pour agrandir▲

▼Cliquer sur la couverture pour agrandir▼

▲Cliquer sur la couverture pour agrandir▲

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

Le dernier des Gaulois, roman fantastique, Richard Normand,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

Un jeune homme est initié au paganisme par un ancien officier nazi. Inspiré d'un fait réel.

 

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT
 

Le dernier des Gaulois, roman fantastique, Richard Normand,

Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Avec le temps, cela devenait normal, naturel, dénué de toute forme de magie.


Dans la pénombre, Sam enfila sa dernière sandale et regarda Men étendue complètement nue sur le lit. Elle n'avait pas bougé d'un cil. Les yeux fermés, la respiration douce et paisible, elle aurait facilement pu tromper n'importe qui : son sommeil n'étant qu'une simulation... une simple apparence... pour la bonne raison qu'une créature comme elle n'avait aucune conception du sommeil. Elle faisait semblant de dormir uniquement pour plaire à son concepteur, puisque tel était sa nature de combler ses moindres fantasmes. Exactement comme un génie dans une bouteille. Excepté que dans ce cas-ci les voeux n'étaient pas au nombre de trois. Ils étaient illimités.


Oui, Sam voulait la regarder dormir, et elle se pliait à ses désirs, en parfaite symbiose avec lui. En Walzsteiner qu'elle était. Sam n'était pas le seul dans le monde à posséder un tel trésor, et loin d'être le premier.


L'empereur Charlemagne en avait eu une. L'alchimiste Albertus Magnus aussi... Le père de Socrate... L’écrivain Francis Bacon, auteur véritable

d'Hamlet et de Don Quichotte... Tous étaient Pygmalion. Ils avaient tous obtenu comme lui cette fameuse recette secrète qui, pour le reste des incultes, demeurait interdite d'accès.


Interdite... Comme une myriade de choses était interdite à tous ces esclaves.


Oui, Men, une Walzsteiner, était couchée sur un lit, et ce lit reposait sur un plancher qui lui-même se trouvait dans une maison perdue au sein de la grande cage des impostures. Sans conteste, ce monde était un véritable univers de mensonges et d’écrans de fumée.


Pour tout un chacun; autant pour les oiseaux en cage, les poissons rouges dans leur aquarium, les bébés entre mauvaises mains, et les petites filles entourées de vieux oncles vicieux. Pour tous ceux qui ne pouvaient s’échapper de cet enfer surpeuplé où ils grelottaient de froid l’hiver et étouffaient de chaleur durant l’été. Où ils étaient nés pour échouer et être asservis, à souffrir de chagrin, voire de malnutrition. À mourir sans jamais connaître le fin fond des choses, la vérité toute nue et la victoire, le succès et surtout, la magie dissimulée au coeur de la matière.


Oui, tous ces caves ne savaient rien... rien de rien... Et ce qui leur échappait allait bien au-delà du simple duo musical faisant du lipsing à la barbe de tout le monde, ou d'un sénateur cachant son homosexualité. Et dire que ces gens faisaient tout un plat avec les morts suspectes de JFK, Marilyn Monroe, Lady Di et ainsi de suite, ou se questionnaient sur la véracité de l'alunissage d’Apollo 11 ou encore du World Trade Center comme si c’était là les plus grandes mises en scène de toute l'histoire de l’humanité. Par tous les dieux... s’ils savaient tout ce qu’on refusait de leur dire..., ils bouillonneraient de rage ou se flingueraient de désespoir.


Sam lui, avait fait son choix.


Il n’allait pas se flinguer.


Il n’avait pas tout fait ce travail pour rien. Suivirent ses études, son noviciat,... Men,... Celle qui était en osmose avec ses moindres pensées,... qui n'avait pas d’odeur contrairement aux mortels. Non, il n’avait pas effectué tout cela en vain. Et puis il avait une mission à accomplir.


Une mission beaucoup plus importante que la conception d'une Valseuse. Plus que tout ce qui avait été fait jusqu'à ce jour. Plus qu’un simple moule à travailler. Il allait retravailler le monde. Et la seule présence de sa magnifique Walzsteiner étendue sur les draps lui prouvait qu’il pourrait réussir.


Il lui avait donné vie, et pourtant elle était issue de la pierre.


Comme Pygmalion l’avait fait par le passé. Comme d'autres l'avaient fait.


Et elle était immortelle. Une Walzsteiner ne pouvait ni vieillir, ni tomber malade... Bien que soumise toutefois à une seule règle fondamentale liée à sa dépendance envers son concepteur; le toucher. C’était là le seul facteur et la seule donnée qui permettaient de la garder en vie... et susceptible, si oublié, de lui causer du tort.


Être effleurée, ne serait-ce que d’un doigt, au moins une fois tous les cycles lunaires. Voilà la condition. Voilà ce qui allait permettre à Sam d’en jouir aussi longtemps qu’il lui plaira... ou jusqu'à l’âge limite de 80 ans. Un seul petit contact et le mauvais sort était conjuré... Pour un mois... Cette règle bafouée, et la Valseuse redevenait ce qu'elle avait été au début; de la pierre. Irréversiblement.
Mais Sam avait l’esprit tranquille. Il savait qu’il ne pourrait pas passer plus d’une journée sans prendre sa merveilleuse Men dans ses bras.


Tranquillement, il gagna les portes vitrées et sortit sur le balcon. Là, le coeur débordant d’une énergie nouvelle, il gonfla ses poumons et brossa du regard le paysage autour de lui.


Levant les yeux vers le ciel pur de l’aube naissante, il fixa l’horizon vers l’est, dévisagea le soleil en brandissant le poing, et l’apostropha en ces termes :

— Je sais qui tu es, astre du jour ! cracha-t-il avec mépris. Grâce à la Panacée qui inonde mon corps, tu as été démasqué ! Que soient maudits ta forme plate et tous ceux qui t'ont conçu ! Que ta lumière fadasse s’éteigne à jamais et retourne aux Chanirs à qui tu l'as si outrageusement volée !

Indifférent à ses invectives, le soleil poursuivait son ascension coutumière, tout juste au-dessus des arbres, mais sans pour autant ébranler la confiance de Sam qui enchaîna sur le même ton acéré :

— Ta fin va bientôt sonner, faux astre du jour, simulacre de Chanir ! Tes mensonges seront dévoilés à la face du monde et tu ne pourras plus rien interdire ! Car je suis le dernier des premiers ! Le début d'une nouvelle ère ! Et lorsque le grand midi adviendra, tu t'effondreras dans ton univers de Ténèbres ! Et la paroi de ton faux ciel sera enfin anéantie !

« Mais il est fou » devaient se dire les voisins tandis que l’écho de ses imprécations se perdait dans la vallée. « Qu'est-ce qu'il lui prend d'enguirlander le soleil de cette manière, chaque matin, comme un imbécile, et où cela va-t-il le mener ? Serait-ce l'enfance tragique qu'il a eue qui en serait la cause ? Et les mauvais traitements subis y auraient-ils laissé des séquelles permanentes ? Ou bien serait-ce ce cinglé d’apiculteur le responsable ? Dieu seul sait ce qu’il avait bien pu lui fourrer dans le crâne... Heureusement, ce criminel de guerre avait été démasqué. Il croupissait en prison désormais et c'était bien fait pour lui. Mais alors... Qu'attendaient donc les autorités pour intervenir maintenant auprès de ce malheureux ? Attendait-on qu'il soit trop tard ?


Oui, en effet, c’est ce qu’ils devaient tous se dire ces empêcheurs de tourner en rond, mais Sam n’avait que faire de leurs commentaires silencieux. Son âme était désormais comme une grille à travers laquelle pouvait souffler impunément le vent de leurs insultes et de leurs doléances secrètes. Pour la première fois de sa vie, il était devenu quelqu’un oui, Kelkun d’une certaine manière il s’était reconstruit pour assister à la ruine du monde et ainsi annoncer son devenir. Sa métamorphose. Tout comme la réalité était elle aussi sur le point de se transformer. Alors il ne demandait qu’à crier sa victoire, sa nouvelle vision de la vie, à la terre comme au ciel, au soleil à l’horizon. Et à la lune... Oui, cette maudite lune... Pour qu’enfin les hommes se préparent au grand avènement.
 

 

Obtenir un exemplaire

 

 

[ Suivi médias et Internet ]

[ Retour au menu ]

 

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

 

Le dernier des Gaulois, roman fantastique, Richard Normand,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Cliquez sur les logotypes des médias et/ou site Internet ci-dessous

 

À VENIR

À VENIR
À VENIR À VENIR

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEUR - BIOGRAPHIE
 

Richard Normand

 

Âgé de 46 ans, Richard Normand travaille dans le terrassement et profite de la saison morte pour écrire.


En 1994, il a signé deux nouvelles publiées dans Horrifique, le sexyzine de l'horreur au Québec.


Le dernier des Gaulois est le premier d’une trilogie. Suivront Épître aux païens et Chronique païenne.
 

 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Richard Normand

 

Richard Normand se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique : contact@manuscritdepot.com

 

 

[ Obtenir un exemplaire ]

[ Retour au menu ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE OU PAPIER

 

Le dernier des Gaulois, roman fantastique, Richard Normand,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

CE LIVRE EST DISPONIBLE UNIQUEMENT EN FORMAT NUMÉRIQUE (PDF)

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire numérique du livre annoncé sur cette page.

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire numérique

Résidents du

partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Exemplaire numérique ]    [ Exemplaire papier ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 581-988-7146 (interurbain gratuit pour les abonnés au service téléphonique Vidéotron)

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.