Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Les livres de Roger Pereira

Religion

et spiritualité

Roger Pereira


Essai, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2011, 104 pages.

 

En savoir plus

Les chemins

de l'absence

Roger Pereira


Essai, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2012, 244 pages.

 

En savoir plus

 

 

Religion et spiritualité

 

Roger Pereira
 

Essai

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2011, 104 pages.

 

Communiqué de presse

Couvertures

Présentation

Extrait

Suivi médias et Internet

Au sujet de l'auteur

Du même auteur

Communiquer avec l'auteur

Obtenir un exemplaire

 Partager sur Facebook

ISBN 978-2-89612-395-7

 

COUVERTURES

 

Religion et spiritualité, essai, Roger Pereira,

Fondation littéraire Fleur de Lys

▼Cliquer sur la couverture pour agrandir▼

▲Cliquer sur la couverture pour agrandir▲

▼Cliquer sur la couverture pour agrandir▼

▲Cliquer sur la couverture pour agrandir▲

[ Communiqué de presse ]

[ Retour au menu ]

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Religion et spiritualité, essai, Roger Pereira,

Fondation littéraire Fleur de Lys 

 

 

 

Le rejet de la religion au profit de la spiritualité

 

(Lévis, Québec, 10 avril 2012) Les annonces de fermeture d’églises, de regroupements de paroisses, de transformation de lieux de culte en édifices à condominium ou en centres communautaires  remettent constam­ment à l’avant-scène le rejet historique de la religion par bon nombre pour ne pas dire une majorité de Québécois.

 

Pour certains, il y a péril en la demeure car ce rejet nous priverait de valeurs voire de tout repère. Nous aurions jeté le bébé avec l’eau du bain en rejetant la religion.

 

Il n’en demeure pas moins que nous différen­cions de plus en plus la religion de la spiritualité pour conquérir notre liberté.

 

Pour nous aider dans cette quête, la Fondation littéraire Fleur de Lys publie RELIGION ET SPIRITUALITÉ, un essai fort instructif signé par Roger Pereira. L’auteur nous sort des limites du Québec et nous invite à un constat universel à la fois historique et contemporain : notre quête d’un sens à la vie fut et demeure la proie de multiples religions.

 

Les récents événements ont permis à la terreur de reprendre du service, rappelle l’auteur : «La menace d’une ingérence des religions dans les valeurs et les manières des peuples démocra­tiques n’est que trop réelle. Les extrémismes religieux, tels que nous les connaissons, rêvent d’autre chose que de démocratie. La parole de Dieu, celle dont ils sont les détenteurs, prime toute autre constitu­tion. La croyance clôt tout débat. Il n’y a de science que religieuse. La charia infirme les juridic­tions courantes. La liste des revendications est longue; des détournements de civilisations pour lesquels ils sont prêts à en découdre avec l’Occident.»

 

Comment vivre sa spiritualité en pareilles circonstances ? Une partie de la réponse provient de nos sociétés laïques : «Contrairement à la façon dont d’ordinaire on l’entend, la laïcité n’est pas quelque chose de neutre. Seul le néant est neutre. Elle est plutôt faite de valeurs actives autour desquelles se rassemble une communauté humaine particulière à laquelle on donne le nom de nation et de peuple. La laïcité n’est pas cet espace vide que viendrait combler n’importe quoi. Elle n’est pas une vacance stérile et inconsistante. Elle a son âme, son contenu, à la mesure d’une société singulière. Elle est essentiellement citoyenne. Indépendante des Églises et des religions, elle assure aux citoyens d’un même pays, quels que soient leurs choix, la garantie de vivre, à titre égal, dans une société organisée où les droits et les devoirs sont parfaitement définis. Elle a ses règles, ses rigueurs, ses aspirations. Elle est la propriété de tous, dans la mesure où tous, sans exception, acceptent de vivre selon les mêmes valeurs, les mêmes conditions, les mêmes nécessités. Contre toutes les sortes d'extrémismes, elle n’a d’autre protection qu’elle-même… Elle est ce fer de lance d’une humanité libérée de ses bâillons religieux, l’unique gage d’une authentique spiritualité, ouverte sur le monde et l’ensemble des aspects de l’humain.»

 

 

 

PRÉSENTATION

 

«La spiritualité dépasse et transcende le seul cadre des religions. Elle ne dispose d’aucune institution. Elle n’a guère besoin pour exister d’une hiérarchie; d’une doctrine préalablement établie; de dogmes qui viendraient enchâsser la conduite comme la pensée de chacun; d’une idéologie qui tracerait définitivement les frontières de l’esprit; d’une unique porte étroite par où ne passeraient que les seuls élus de Dieu. Elle n’exclut personne, ne défend aucun modèle arrêté. Elle naît du plus profond de nous-mêmes: du sentiment de notre finitude et de la précarité de notre condition, entre naissance et mort, sur une planète minuscule à l’intérieur d’un vaste univers. Elle n’a de vérité que pérégrine. Elle fait de nous des êtres en quête d’un amour universel sur le terreau de l’intuition du beau, du sacré et du mystère. Elle ne parle ni de péché, ni de grâce, ni de faute originelle, ni de paradis, ni d’enfer. Elle rassemble, dans le même élan, dans la même aventure et dans une totale égalité les hommes et les femmes, les athées comme les croyants, à l’intérieur d’un espace laïque, à l’abri des extrémismes, des théocraties et des appétits outrageusement religieux.»

 

Ce livre est disponible en format papier et électronique sur le site Internet de la Fondation littéraire Fleur de Lys: http://manuscritdepot.com/a.roger-pereira.1.htm

 

 

— 30 —


 

Cliquez ici pour télécharger ce communiqué de presse en format PDF

 

 

SOURCE :

 

Serge-André Guay, président éditeur

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Téléphone : 581-988-7146

Adresse postale : 31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec. G6V 1A8

Adresse électronique : contact@manuscritdepot.com

Site Internet principal : http://manuscritdepot.com/
 

 

[ Lire la présentation ]

[ Retour au menu ]

 

 

PRÉSENTATION

 

Religion et spiritualité, essai, Roger Pereira,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

La spiritualité dépasse et transcende le seul cadre des religions. Elle ne dispose d’aucune institution. Elle n’a guère besoin pour exister d’une hiérarchie ; d’une doctrine préalablement établie ; de dogmes qui viendraient enchâsser la conduite comme la pensée de chacun ; d’une idéologie qui tracerait définitivement les frontières de l’esprit ; d’une unique porte étroite par où ne passeraient que les seuls élus de Dieu. Elle n’exclut personne, ne défend aucun modèle arrêté. Elle naît du plus profond de nous-mêmes : du sentiment de notre finitude et de la précarité de notre condition, entre naissance et mort, sur une planète minuscule à l’intérieur d’un vaste univers. Elle n’a de vérité que pérégrine. Elle fait de nous des êtres en quête d’un amour universel sur le terreau de l’intuition du beau, du sacré et du mystère. Elle ne parle ni de péché, ni de grâce, ni de faute originelle, ni de paradis, ni d’enfer. Elle rassemble, dans le même élan, dans la même aventure et dans une totale égalité les hommes et les femmes, les athées comme les croyants, à l’intérieur d’un espace laïque, à l’abri des extrémismes, des théocraties et des appétits outrageusement religieux.
 

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT
 

Religion et spiritualité, essai, Roger Pereira,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Chapitre 1 - L'insulte

(texte intégral)

 

La Bible, le Coran, la Torah n’ont pas suffi à nous réunir. Nous avons perdu la ferveur des aventures communes. Notre Terre se résume à de simples continents. Les religions, de leur côté, pour des raisons qui leur sont propres, ont dressé leurs cartes de l’esprit. Nous sommes loin d’une terre fraternelle, et ce qu’il y a d’universel et de commun nous échappe.


Les conquistadores, et les colons après eux, ont assujetti des territoires et dominé des peuples entiers. Ils les ont vidés d’eux-mêmes. Ils en ont fait des peuples indignes : des sous-hommes, des sous-races, des moins que rien. Ils se sont, à leurs dépens, octroyé l’usufruit et la substance du monde. Les laissés-pour-compte ne se comptent plus. Ils sont nés du mauvais côté de la planète, sous la mauvaise peau – dans un monde bipolaire, aux intérêts antagoniques. L’écart entre les peuples s’agrandit. À la périphérie d’un noyau dur, celui des pays repus, croupissent des populations exsangues et démunies. Elles constituent une humanité décalée, métèque et secondaire, que les faits rendent orpheline de son droit de cité – une humanité déroutée, dépossédée, avilie, à laquelle on a ôté les pouvoirs de son avenir. Les doctrines économiques, les institutions internationales, les pratiques utilisées, les stratégies retenues préfèrent au rapport équitable entre les peuples un équilibre mou, qui abandonne à leur sort des continents de misère, de désolation, de larmes, et de cris. L’existence, selon le côté où les gens se situent, n’a ni la même nature ni le même sens : douce et sereine, ici ; amère et tragique, là. Les États pauvres sont devenus des pays de l’ombre aux économies vassales. Les institutions internationales leur imposent des modèles inflexibles aux effets dévastateurs. L’aide qu’on leur consent, au prix de restrictions sévères, met en pièces le peu de ressources qui leur reste. Leurs marchés locaux se trouvent inondés de produits étrangers, à des prix qui découragent la production traditionnelle. Les pays pauvres, ainsi dépossédés d’eux-mêmes, sous les coups d’une aide – qui n’a rien d’une entraide – se voient submergés de statistiques, de courbes de rentabilité, de modèles de développement qui leur servent de nourriture et d’espoir.


Les dommages sont énormes. On laisse alors aux organisations humanitaires le soin de réparer les dégâts, de racheter en quelque sorte le cynisme d’un capitalisme dépravé. Sous cet angle, l’humanitaire sert de rouage à un vaste détournement d’humanité.

Les organisations non gouvernementales, ainsi que les Églises, ont acquis un net avantage dans le traitement de la pauvreté. La pauvreté des peuples constitue, en effet, la base et la matière brute de leur action. Les Églises profitent de ce chaos humain pour convoquer les âmes ; les organisations non gouvernementales, quant à elles, se donnent la mission de répondre aux urgences les plus choquantes ; un dévouement parallèle au service d’affamés dont la sous-existence se résume à un enfer permanent.


Des nuées d’experts occupent désormais le terrain. Rien n’arrête leur élan. Ils sont compétents ; et leur savoir, bien rodé. Ils ont à la fois les outils conceptuels et la capacité de retourner la réalité, de la remettre à l’endroit. Mais en dépit de leur vocabulaire, de leurs tableaux, de leurs schémas, de leurs statistiques, rien ne change vraiment.


Le monde, décidément, n’est pas le même pour tous. Le fossé entre les peuples sépare les pays où l’on peut vivre de ceux où l’on meurt. Les systèmes économiques actuels, leurs doctrines, leurs méthodes échouent à redonner vie aux économies qu’ils ont eux-mêmes dévastées. L’aide internationale laisse en pâture à des experts de toute nature des pays dégradés. Ils en font leur laboratoire, mais aussi leur eldorado. Les sommes colossales dépensées, sans que rien aboutisse, auraient probablement un meilleur usage si on aidait tous ces pays en perte de substance à se doter d’une ossature nationale : une agriculture de base répondant aux besoins primaires de leurs populations ; des écoles compétentes, aptes à former des élites intellectuelles, sociales, et techniques ; le passage progressif de la condition d’États territoriaux à celle d’États institutionnels. Ces pays en quête de développement, et qui n’ont plus en eux-mêmes leur centre de décision se retrouvent plus que jamais aliénés, et assujettis. L’expatriation de leurs élites témoigne de cette infernale dépossession. Les autres (les crève-la-faim, les illettrés) tentent, au péril de leur vie, de quitter leurs terres ingrates. On les refoule hâtivement, sans la moindre humanité. On les tient pour des nouveaux barbares, visibles de peau, dont on redoute la contamination.


L’Occident résiste au ressac, au flot – d’hommes, de femmes, et d’enfants – qui déferle à ses frontières. Il se barricade, préserve ses domaines. Les mers et les océans servent de douves à ses châteaux forts, aux donjons et aux tourelles desquels des doctrines flamboyantes – de la pureté du sol, de la race, et du sang – s’accrochent tels des ex-voto. Il écarte et repousse ceux qui, morts de faim, s’acharnent à mendier la vie.


Nous sommes loin de l’idéal de Térence : « Je suis homme, et rien d’humain ne m’est étranger ». L’humanisme dont bien des peuples se réclament s’efface à mesure devant la négation de l’autre. Les complicités que suscitait l’aventure humaine sont maintenant choses du passé. L’espèce humaine s’est fragmentée, au détriment des projets communs.


Les civilisations s’opposent ; les religions aussi : elles se font la guerre sous le prétexte de Dieu. « Il n’y a, disait Paul de Tarse aux Galates, ni hommes, ni femmes, ni Juifs, ni Grecs, ni hommes libres, ni esclaves ; vous êtes tous en un… » Cette fraternité a avorté sous les secousses de l’histoire. Chacun est prisonnier de sa catégorie : les hommes ; les femmes ; les Juifs ; les Grecs ; les hommes libres ; les esclaves. De tels cloisonnements illustrent nos exclusions mutuelles. Devant un monde difforme et délabré, il convient de se poser la question de l’utilité des religions traditionnelles, et du rôle que pourrait jouer une nouvelle forme de spiritualité, dégagée de l’entrave des religions.
 

 

Obtenir un exemplaire

 

 

[ Suivi médias et Internet ]

[ Retour au menu ]

 

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

 

Religion et spiritualité, essai, Roger Pereira,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Cliquez sur les logotypes des médias et/ou site Internet ci-dessous

 

À VENIR

À VENIR
À VENIR À VENIR

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEUR - BIOGRAPHIE
 

Roger Pereira

 

Après de longues années d’étude en philosophie, en théologie, en histoire et en sciences de l’éducation, l’auteur s’est consacré à l’enseignement en Haïti, en France, au Zaïre, au Maroc, et au Canada.


Il a su s’adapter aux données propres à chacun de ces pays, tout en s’imprégnant de leurs diversités culturelles spécifiques. Cela a eu pour effet d’enrichir son expérience internationale.


La diversité de ses domaines d’étude a par ailleurs contribué grandement à analyser et à mettre en perspective, sous différents angles, les données dont il fait état dans ce livre.
 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

DU MÊME AUTEUR - BIBLIOGRAPHIE
 

Roger Pereira

 

Religion et spiritualité

 

Roger Pereira
 

Essai, Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2011, 104 pages.


ISBN 978-2-89612-395-7

 

http://manuscritdepot.com/a.roger-pereira.1.htm 

Les chemins de l'absence

 

Roger Pereira
 

Essai, Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2012, 244 pages.


ISBN 978-2-89612-411-4

 

http://manuscritdepot.com/a.roger-pereira.2.htm  

 

Articles

Le ressac de l’histoire
6 août 2010, Alter Presse, Haïti


Haïti : Une société éducative
27 août 2010, Alter Presse, Haïti


Haïti : La sommation de l’histoire
17 octobre 2008, Alter Presse, Haïti


Haïti ou l’épreuve de la liberté
Chemins critiques, vol. 5, No 1, janvier 2001

Autre livre

Les Galops de Dune, recueil de poèmes
collection Albums, avril 1977, Éditions Naaman

 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Roger Pereira

 

Roger Pereira se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique : roger.pereira@hotmail.ca

 

[ Site Internet personnel de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE OU PAPIER

 

Religion et spiritualité, essai, Roger Pereira,

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

Carte de crédit ou transfert bancaire avec Internet

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Commande postale
1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom

(prénom et nom de famille)


Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone
 

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Exemplaire numérique ]    [ Exemplaire papier ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 581-988-7146 (interurbain gratuit pour les abonnés au service téléphonique Vidéotron)

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.