Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Actualité

Livres numériques gratuits de

Serge Armand ZANZALA

 

Cliquez sur la couverture de votre choix

 

50 cheveux sur une tête nue
Nouvelles sur le cinquantenaire de l’indépendance de la République du Congo

L’Inforoman suivi de

Quand la rue s’en mêle…

 

 

Serge-Armand Zanzala nous offre 50 cheveux sur une tête nue

[ Du même auteur  ]

 

50 cheveux sur une tête nue
 

Nouvelles sur le cinquantenaire de l’indépendance de la République du Congo
 

Serge Armand ZANZALA

 


Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2012, 266 pages.


ISBN 978-2-89612-418-3


 

Exemplaire numérique (PDF) : GRATUIT

Couvertures

Présentation

Extrait

Suivi médias et Internet

Au sujet de l'auteur

Du même auteur

Communiquer avec l'auteur

Téléchargez votre exemplaire numérique gratuit

-

PARTAGER

CETTE PAGE

 

COUVERTURES

 

50 cheveux sur une tête nue
Nouvelles sur le cinquantenaire de l’indépendance de la République du Congo
Serge Armand ZANZALA, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

 

 

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

50 cheveux sur une tête nue
Nouvelles sur le cinquantenaire de l’indépendance de la République du Congo
Serge Armand ZANZALA, Fondation littéraire Fleur de Lys

À l’occasion des cinquante ans d’indépendance de la République du Congo, célébrés en 2010, Serge Armand Zanzala, journaliste, écrivain et citoyen du monde, marque l’évènement à travers ce recueil de sept nouvelles. Avec des histoires romancées où la fiction rime parfois avec le réel, et la caricature de certains personnages politiques, l’auteur dresse un bilan négatif de l’accession à la souveraineté nationale du Congo. Selon lui, la notion de l’indépendance mal assimilée, le refus d’être décolonisé, la mauvaise conception du pouvoir, l’égocentrisme des dirigeants kleptomanes, le mauvais choix des idéologies, le manque d’ambition et de volonté politique, la longue période d’immersion puisque l’émergence ne sera possible qu’en 2025, soit 65 ans après l’indépendance (la durée d’une génération), la mise en hibernation des intellectuels et du pays, la non coupure du cordon ombilical avec Ma Mundele-la-mère-partie, les holdups électoraux, l’absence de scrupules, la corruption, la peur d’innover, l’impunité, l’affairisme des dirigeants, l’improvisation, les excès des clans des présidents, la religion du pouvoir, le phénomène de l’éternel recommencement, le management des apparences, la tribu, la région, le clan, le village et la famille non intégrés dans la nation et dans l’univers politique Kuengo (adjectif qualifiant ce qui est lié à Kue ngo, le concept qui a donné naissance au mot Congo et qui signifie chez la panthère)… ont empêché ce pays à devenir réellement indépendant, à former une nation et un peuple, et à se développer. Ét, Serge Armand Zanzala pense que la réécriture et l’enseignement de l’histoire des peuples (Mbongo, Ngala, Téké, Kongo et Loango) qui habitent l’actuel Kue ngo, la renaissance de la nation Kuengo, la refondation du citoyen Kuengo, l’adoption d’un nouveau mode de gestion de la chose publique (la démocratie participative) sont les seuls moyens pour arrimer le pays à la modernité et le rendre vivable. Pourtant, une certaine opinion propose que l’on se réconcilie avec Ta Mampûngu, le Dieu tout-puissant, demande pardon aux présidents abbé Fulbert Youlou, Alphonse Massamba-Débat et Marien Ngouabi, et à tous ces Congolais que l’on a immolés sur l’autel de l’intolérance politique, et qu’à l’image de la France qui célèbre la mémoire de Jeanne d’Arc ( héroïne nationale et sainte patronne qui a uni la nation française à un moment critique de son histoire), la nation congolaise tout entière commémore solennellement le souvenir de Son Éminence Cardinal Émile Biayenda qui, en 1977, a sacrifié sa vie pour donner la paix au Congo, alors que le pays était au bord d’une guerre tribale. Néanmoins, c’est pour aider les Congolais à connaître leur passé et d’en faire le bilan, à maîtriser leur présent et d’envisager, autrement, leur avenir que l’auteur a écrit ce recueil. Mais, 50 cheveux sur une tête nue n’est pas un livre-procès des chefs d’Etat congolais, même si l’auteur se sert, parfois, de leurs discours et dédie à chacun une nouvelle. Cependant, il demeure un livre à message à l’endroit du président Denis Sassou Nguesso que le Cinquantenaire de l’indépendance a trouvé en fonction.

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT

50 cheveux sur une tête nue
Nouvelles sur le cinquantenaire de l’indépendance de la République du Congo
Serge Armand ZANZALA, Fondation littéraire Fleur de Lys

Avertissement

Bien que les personnes dédicacées dans les nouvelles contenues dans ce recueil existent ou ont existé, et que certains faits sont appuyés par des extraits de livres et de discours officiels, nous signalons que les histoires racontées relèvent de la pure fiction. La simultanéité des noms, des faits, des dates et des lieux qui peut y en avoir n’est qu’une simple coïncidence. Elle ne suffit pas pour donner un caractère scientifique à cet ouvrage et servir de preuve dans une quelconque affaire.

À travers ces nouvelles, nous voulons interpeller tous les Congolais pour qu’ensemble nous dégustions les fruits de notre indépendance, découvrions s’ils sont doux, amers, ou aigre-doux, et envisagions autrement notre avenir, au cas où le chemin emprunté, pendant cinquante ans, n’a pas été celui-là. Ne dit-on pas que lorsque l’on se trompe de chemin, il faut vite revenir au carrefour? Ce recueil de nouvelles se veut donc être ce lieu de croisement de plusieurs voies où les Congolais doivent revenir pour retrouver, ensemble, le bon chemin.
 
À tous ceux qui me liront, je dis tout simplement que j’ai écrit ce livre dans le seul souci de ramener les Congolais vers les valeurs fondamentales qui permettent de créer une nation et un peuple, et de retrouver leur unité à travers le concept Kue ngo qui a donné naissance au mot Kongo ou Congo.

Pourtant, je veux aussi libérer la vie des mains des ravisseurs qui l’ont confisquée et domestiquée dans des maisons en pierre de taille, et qui ne se soucient que de leurs intérêts égoïstes.


Préface

Lauréat congolais du concours de la nouvelle radiophonique, organisé en 1990, par le ministère français de la Coopération et du Développement, Rfi, Africa n°1 et les Éditions Mondia du Canada sur le thème : « Trente ans d’indépendance des pays africains francophones », je me ressens dans le besoin de donner une suite à cette initiative. D’autant plus que vingt ans après ce premier constat, beaucoup de choses se sont passées. Cinquante ans d’indépendance, ce n’est pas un petit évènement. Et, le chemin parcouru doit être long. À cet âge, on est bien conscient de ce qui a été fait et de ce qui ne l’a pas été. Quatorze pays africains célèbrent, cette année, les cinquante ans de l’accession à l’indépendance. Mais, je ne m’intéresse qu’au Congo-Brazzaville. Pour la simple et bonne raison que ma dernière nouvelle résulte de l’observation des actes posés dans ce pays, pendant les trente ans d’indépendance. Cinquante ans après l’indépendance, le chemin parcouru peut et même doit être mesuré. Lorsqu’on sait, par exemple, qu’au cours de ce demi-siècle, le Congo a connu six chefs d’État, changé plusieurs fois sa constitution, revu deux fois son hymne et son drapeau. De la République du Congo, créée en 1958, il est devenu République populaire du Congo en 1968, et redevenu République du Congo, en 1991.Cela laisse supposer que le pays a fait de grands bonds en avant. Malheureusement, force est de constater que la réalité est tout autre. Le pays passe difficilement à l’âge adulte. Et, pourquoi n’avance-t-il pas ? Des sociologues, politologues, journalistes et autres personnes informées ont tenté ou tenteront, nul doute, d’apprécier, chacun selon sa science, cette situation. En ce qui me concerne, je préfère partir des versions qui sont données par le peuple profond qui, partant des analyses terre à terre et s’exprimant dans un langage très simple, vous disent des choses que les intellectuels sont incapables de dire. La vérité est souvent exprimée par de simples gens. Pourtant, c’est aux intellectuels que l’on donne raison. Et, ce sont toujours eux qui imposent leurs versions des faits.


Serge Armand ZANZALA
 

 

[ Suivi médias et Internet ]

[ Retour au menu ]

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

 

50 cheveux sur une tête nue
Nouvelles sur le cinquantenaire de l’indépendance de la République du Congo
Serge Armand ZANZALA, Fondation littéraire Fleur de Lys

Cliquez sur les logos ci-dessous

 

À VENIR À VENIR

 

 

 

[ Au sujet de l'auteure ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEUR

 

Serge Armand ZANZALA

 

Citoyen du monde, Serge Armand Zanzala (52 ans) refuse d’être identifié à partir de son pays ou son continent. Selon lui, être né dans un pays ou dans un continent ne suffit pas pour identifier une personne. Même lorsque l’on ajoute aux noms de ce pays et de ce continent son nom patronymique, son prénom et ceux de son père ou sa mère, ainsi que sa date et son lieu de naissance. Tout cela est insuffisant.


Une personne doit être identifiée et authentifiée à partir de sa personnalité qui est infalsifiable comme la biométrie. Parce que l’on se trompe souvent en définissant les personnes rien qu’à partir de leurs continents ou leurs pays d’origine.


C’est ainsi que l’auteur de « Quand la rue s’en mêle… » se dit être libre comme l’air que l’on ne peut pas arrêter dans une frontière. Pourtant, la crise humanitaire et sécuritaire que vit le Congo-Brazzaville et le néocolonialisme de la France qui continue à appauvrir l’Afrique le ramènent dans son pays et son continent d’origine.


Néanmoins, il se défend et dit que son livre ne concerne pas seulement les Congolais ou les Africains; mais tous les peuples qui sont traités injustement par leurs dirigeants et à qui l’on a confisqué la vie, les libertés et les droits fondamentaux.


Aussi, pense-t-il que les Africains doivent, dès aujourd’hui et rapidement reprendre la lutte pour les indépendances que leurs aînés n’avaient pas achevée.

Non seulement parce qu’ils doivent donner un autre contenu à la Françafrique et mettre fin au Franc Cfa à travers lesquels la France continue à les enchaîner, pour se libérer ; mais aussi parce qu’ils doivent obliger la France à humaniser ses relations avec l’Afrique et à respecter leurs choix politiques.

 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

DU MÊME AUTEUR

 

Serge Armand ZANZALA

 

« Trente ans d’indépendance, c’est… », nouvelle radiophonique publiée dans les recueils : « Afrique trente ans d’indépendance », Montréal, Éditions Mondia du Canada, 1991, et « Kilomètre 30 » Paris, Éditions Sépia, 1992.
 
« Les Blancs ne sont beaux que quand ils sourient »,
roman, 133 pages, Paris, Éditions des Écrivains, 2002.
 
« Congo-Brazza, une nation et un peuple tués par ses politiciens »,
chronique, 202 pages, Paris, Éditions des Écrivains, 2003.
 
Les « démons crachés » de l’autre République,
roman, 214 pages, Paris, Éditions L’Harmattan, 2007.

 

 

L’Inforoman

suivi de

Quand la rue s’en mêle…

 

Serge Armand ZANZALA

 

Recueil de nouvelles

Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2017, 300 pages.
ISBN 978-2-89612-544-9

 

Exemplaire numérique (PDF) : GRATUIT

Exemplaire numérique (ePUB) : À VENIR

   

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Serge Armand ZANZALA

 

Chers lecteurs,


Je voudrais vous demander très respectueusement de faire lire ce livre à tous vos amis.


Non seulement parce qu’il informe sur la situation dramatique que vit le Congo-Brazzaville et force la compassion ou veut vous rendre sensibles aux malheurs des Congolais et des fléaux qui s’abattent dans leur pays, puisque et parait-il que ce sentiment n’est plus naturel et il faudra l’institutionnaliser ou le décréter dans tous les pays à l’image de la journée internationale de la femme.


Mais aussi parce que ce livre peut être une arme à destruction massive contre toutes les dictatures si vous le liriez bien dans ses mots, ses lignes, ses phrases, ses entrelignes, mais aussi et surtout dans son filigrane.


Par ailleurs, je voudrais proposer aux peuples africains qui ploient sous le poids des régimes dictatoriaux ou qui sont encore victimes du néocolonialisme français, et à toutes les personnes qui ont soif de la paix et de la justice, un symbole : le macaroni dont le sens est donné dans la nouvelle « La France, ni marâtre ni mère patrie », de la page 83 à la page 87.


Mais, je vous invite aussi à ne pas attendre le 14 juillet de l’année prochaine pour le faire connaître.


Parce que nous sommes déjà en pleine lutte des indépendances. Je sais que vous avez le génie, et j’ai confiance!

Adresse électronique

armandzanzala@yahoo.co.uk

Page dédiée à ce livre sur le site web de la
Fondation littéraire Fleur de Lys

http://www.manuscritdepot.com/a.serge-armand-zanzala.2.htm

Adresse de correspondance électronique : armandzanzala@yahoo.co.uk

 

 

[ Obtenir votre exemplaire numérique gratuit ]

[ Retour au menu ]

 

 

TÉLÉCHARGER VOTRE EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

 

50 cheveux sur une tête nue
Nouvelles sur le cinquantenaire de l’indépendance de la République du Congo
Serge Armand ZANZALA, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

 

 

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit,

cliquez sur l'un des deux logos ci dessous.

 

 

NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d'offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d'utiliser un lien vers cette page web.

 

 

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

 

Téléphone : 581-988-7146

 

Télécopieur : 418-903-5178

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com

 

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.