Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Actualité

 

LES LIVRES DE JEANNE JUTRAS

[ Cliquez sur la couverture de votre choix ]

 

Corona, ma mère

Un roman signé Jeanne Jutras

Jeanne Jutras
Saint-Jérôme, Québec

Au sujet de l'auteure

Communiquer avec l'auteure

Obtenir un exemplaire

 Partager sur Facebook

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2010, 408 pages.

ISBN 978-2-89612-353-7

 

Couvertures

Présentation

Table des matières

Extrait

Suivi médias et Internet

 

COUVERTURES

 

Corona, ma mère, roman, Jeanne Jutras
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

Corona, ma mère, roman, Jeanne Jutras
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

D’abord exclusivement privés et thérapeutiques, mes écrits se mouillèrent souvent de larmes : je guérissais de mon père en ravivant des souvenirs douloureux. Puis, inconsciemment , je me mis à nourrir l'idée de changer le destin de maman par le biais d'un roman.

L’héroïne de ce roman vivote sur une terre de colonisation, en Abitibi, au début des années quarante. Sur une période de deux ans, une tranche de la vie colorée de Corona dévoile toutes les nuances de son faisceau de sentiments contradictoires à l’âme du lecteur. Voilà d’abord un plongeon dans l’histoire de la colonisation où on est catapulté dès la mise en situation. Une étrange visite bouscule soudain la vie de cette jeune femme battue par son mari. La connivence de Corona avec ce bon vieux temps que l’on dit paisible l’entraîne dans un long suspense aux répercussions imprévues.

Les cinquante-cinq courts scénarios de ce roman conjuguent les aventures de Corona et de ses proches à tous les temps dont les deux principaux s’interpénètrent : le présent et l’imparfait de sa vie.

Ma propre mère se prénommait Corona et a effectivement habité Évain, en Abitibi, de 1944 à 1950. Par le truchement de ce roman, je la ressuscite et l’incite à se soustraire, grâce à la magie des mots, à la dure réalité que fut sa vie.


Jeanne Jutras

 

 

[ Consulter la table des matières ]

[ Retour au menu ]

 

TABLE DES MATIÈRES

 

Corona, ma mère, roman, Jeanne Jutras
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

PREMIÈRE PARTIE

 

LE PRÉSENT QUOTIDIEN

9

Chapitre 1 ─ Une femme en pays de colonisation

11

Chapitre 2 ─ Le Gagne-pain

19

Chapitre 3 ─ La solitude

25

Chapitre 4 ─ Une étrange visite

29

Chapitre 5 ─ Madame Brûlé

35

Chapitre 6 ─ L’hiver abitibien

41

Chapitre 7 ─ Des hommes dans sa vie

47

Chapitre 8 ─ Le sapin

55

Chapitre 9 ─ Philippe

61

Chapitre 10 ─ La source

69

Chapitre 11 ─ L’injustice

75

Chapitre 12 ─ L’accident

83

Chapitre 13 ─ Les blessures

91

Chapitre 14 ─ Blanche

95

Chapitre 15 ─ L’intimité

105

Chapitre 16 ─ La soupape

113

Chapitre 17 ─ Le hasard

117

Chapitre 18 ─ Un autre départ

121

Chapitre 19 ─ Le rêve

123

Chapitre 20 ─ Lettre à Laurette

131

Chapitre 21 ─ L’homme à gages

135

Chapitre 22 ─ Un autre homme

143

Chapitre 23 ─ Au secours !

149

Chapitre 24 ─ Flagrant délit

155

Chapitre 25 ─ La chute de Corona

161

Chapitre 26 ─ De la grande visite

173

Chapitre 27 ─ Le cauchemar de Blanche

179

Chapitre 28 ─ Un bouton de rose

191

Chapitre 29 ─ Le doute

195

Chapitre 30 ─ Un intrus

199

Chapitre 31 ─ La promesse

207

Chapitre 32 ─ Plaisirs ludiques

217

 

DEUXIÈME PARTIE

 

L’IMPARFAIT S’INSTALLE

225

Chapitre 33 ─ Le voile déchiré

227

Chapitre 34 ─ Les patates

231

Chapitre 35 ─ Sauvée par ses muses

239

Chapitre 36 ─ On fait boucherie

245

Chapitre 37 ─ Noël de bénédictions

251

Chapitre 38 ─ Le plus qu’imparfait

255

Chapitre 39 ─ Espoir

261

Chapitre 40 ─ Vengeance

265

Chapitre 41 ─ Odeur des événements

271

Chapitre 42 ─ Au loup !

279

Chapitre 43 ─ Imprévu

289

Chapitre 44 ─ La confirmation

299

Chapitre 45 ─ Feux d’abattis

309

Chapitre 46 ─ Le trop-plein du cœur

315

Chapitre 47 ─ L’impensable

323

Chapitre 48 ─ Fin d’année scolaire

331

Chapitre 49 ─ Toute une nouvelle

337

Chapitre 50 ─ Confidences

341

Chapitre 51 ─ Du monde charitable

347

Chapitre 52 ─ Revirement de situation

353

Chapitre 53 ─ La fatalité bifurque

361

Chapitre 54 ─ Face à face

369

ÉPILOGUE

381

* * *

 

Au sujet de l’auteure

389

Communiquer avec l’auteure

393

 



 

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT
 

Corona, ma mère, roman, Jeanne Jutras
Fondation littéraire Fleur de Lys



PREMIÈRE PARTIE - LE PRÉSENT QUOTIDIEN

Chapitre 1 (intégral)


Une femme en pays de colonisation



Voici l’Abitibi des années 40 : terre de défrichage, terre d’accueil des pauvres, terre de prédilection des familles nombreuses, terre des déserteurs de la conscription, explosif mélange de fol espoir et de misère noire. Les lointains échos de la Seconde Guerre mondiale qui ravage l’Europe parviennent en sourdine au pays par l’unique biais de la radio que les familles écoutent religieusement le soir, après les durs labeurs. On est à la ration, côté vivres, mais, un peu partout entre les colons et les marchands, le troc s’exerce au noir, adoucissant les effets néfastes de la guerre.

Au pied d’une colline jaunie par l’automne se dresse une minuscule maison de colon. À perte de vue, le ciel déroule sa limpidité bleue, car aucun obstacle ne vient obstruer la visibilité des nuages étalés en strates régulières aujourd’hui. L’électricité avec son polluant cortège de poteaux entortillés de fils n’a pas encore pénétré dans la campagne d’Évain sise à quelques milles de la ville de ROUYN. La pureté de l’air est toute relative cependant, compte tenu du fait que, certains jours, le vent apporte de fortes odeurs de souffre de la mine NORANDA et cela, depuis plus de dix ans. Ces émanations laissent dans la gorge un goût âcre, révélateur du risque qu’on prend à les respirer. Inconscients du danger, les habitants détournent le visage, souhaitant que le vent vire de bord. Ici, on ne parle de pollution que dans les rares dictionnaires réservés aux mieux nantis du village : le curé et les religieuses. La route qui mène aux rangs six et sept sera bientôt fermée par la neige durant quelque six mois. Mais, pour l’instant, engageons-nous sur un chemin étroit clairsemé de cailloux et envahi ici et là par les pousses robustes du plantain, de la camomille et de nombreuses herbes sauvages. Des vaches lourdes ruminent paisiblement à l’ombre d’une vieille grange qui s’allonge à droite de la maison. La chaumière s’élève étroite, pointue, fière sous ses bardeaux noircis par le temps. Dans le but de conserver la chaleur, lors de la rude saison, on a soigneusement recouvert de terre le solage de bois. Ce renchaussement, comme on le nomme, est soutenu par des planches de croûte; il forme un amas insolite où croissent librement des touffes de foin qui mûrissent au soleil. Sans même l’intermédiaire d’une galerie, on accède directement aux planches rudimentaires qui tiennent lieu de pas de porte.

Une délicieuse odeur de soupe aux pois parfume l’air en s’échappant par la fenêtre ouverte en avant de la maison. Soudain, des voix d’enfants fusent dans une agréable cacophonie. Quatre bambins blonds : trois fillettes et un garçonnet font cercle autour de quatre bols de granit bleu foncé déposés sans cérémonie sur une vieille table sombre. En concert, ils piochent allègrement sous cette table défraîchie. L’aîné, Cyrille, a huit ans aujourd’hui. Comme le dit un vieux refrain du terroir, ici, les enfants poussent comme des champignons et ce n’est donc pas coutume de célébrer les anniversaires… Les enfants se chamaillent pour deviner lequel d’entre eux sera servi le premier. Du fond de la cuisine, Corona, la mère, intervient de sa voix lasse :

– La simple logique veut que je commence toujours par la plus jeune. Vous le savez, voyons ! Maman vous l’a souvent expliqué, bonyenne ! Taisez-vous !

Ils se calment un peu, mais Cyrille, l’aîné, rouspète tout de même derrière son coude replié sur la bouche pour assourdir le son. Sa sœur cadette le rappelle à l’ordre d’un retentissant :

– Chut !

Il obtempère au désir de Jeanne en baissant les bras. Quatre paires d’yeux ronds se lèvent vers le gros chaudron en fonte noire rempli de la soupe bouillante que Corona apporte avec précaution. Durant un bref silence, les enfants joignent les mains en attendant presque religieusement la pitance que leur mère partage toujours dans un grand souci d’équité.

L’air avenant, imposante tant par son langage châtié que par sa haute taille, la grande Corona est plantée sur ses longues jambes déjà striées de varices. Son ventre porte encore un léger gonflement de sa grossesse du printemps dernier dont le fruit masculin dort à poings fermés dans la chambre parentale. Pas le temps de s’appartenir pour Corona : ses deux derniers sont nés à un peu plus de dix mois d’intervalle ! Malgré tout, ses yeux sombres et perçants pétillent de malice. Ce matin, elle a attaché en chignon ses cheveux noirs qui portent la vague trace d’une lointaine permanente. Une petite robe de coton noir fait ressortir son teint pâle. On doit reconnaître que Corona est racée et que son port altier lui confère une beauté très spéciale. Elle fait bien quarante-cinq ans cependant, mais, peu lui importe ! À moins de s’arrêter pour y réfléchir, elle ne sait plus très bien si elle a eu trente-cinq, trente-six ou, peut-être, trente-sept ans, en septembre. Par contre, ce qu’elle sait avec une certitude angoissante, c’est qu’elle est toujours en âge de procréer. Cette réalité l’obsède. La pauvre femme se demande avec désarroi comment faire cesser le cycle infernal de ses grossesses sans entrer en conflit avec les règles contraignantes de la religion catholique. Il n’y a pas si longtemps, elle en discutait avec son confesseur qui lui rappela les engagements pris lors de son mariage :

– Vous appartenez corps et âme à votre mari à qui vous avez promis obéissance et soumission. L’œuvre de chair doit s’accomplir dans le seul but de procréer.

– Mais, M. le Curé, il me semble plus péché de mettre des enfants au monde dans la misère noire que d’empêcher la famille…

– Taisez-vous, malheureuse ! Vous blasphémez ! Réjouissez-vous et acceptez d’être cocréatrice avec Dieu. Quelle grande tâche ! Et quelle récompense vous recevrez là-haut ! … Dans le cas contraire, si vous profitez du plaisir de la chair sans en assumer les responsabilités, vous brûlerez dans les éternelles flammes, Corona ! Ne refusez jamais de faire votre devoir envers votre mari. Évitez le plus possible le plaisir malsain de la chair quand vous répondez au désir bien naturel de votre époux. La volonté de Dieu s’accomplira… Les voies de Dieu sont impénétrables aux pauvres humains, vous savez… Repentez-vous, maintenant, de tous vos péchés accusés. Pour votre pénitence, vous réciterez un chapelet, ma fille.

Mais Corona n’avait pas écouté jusqu’à la fin. Elle avait baissé la tête, récité son acte de contrition et fléchi le genou droit avant de quitter l’église en vitesse car elle suffoquait ! C’en était trop : ma fille ! Elle avait bien entendu : ma fille ! Elle ne se sentait pas du tout d’affinité filiale avec cet homme glacial. Malgré les menaces du prêtre, elle allait faire à sa tête, selon sa propre conscience. La femme, blessée dans sa fierté, voyait comme de l’ingérence l’intrusion d’un autre homme dans sa vie intime, cet homme fut-il même le curé de la paroisse !

– Maman, on aimerait ça aller jouer dehors : veux-tu ? supplie la petite Pauline en tirant sur le bas de la robe de sa mère, ce qui ramène aussitôt Corona à la réalité de l’instant.

– Oui, oui ! Profitez de la tiédeur de l’automne; ça sent si bon dehors ces jours-ci !

Elle accompagne leurs cris joyeux d’un grand geste de soulagement. Enfin ! Elle pourra se reposer en dînant, pourvu que son bébé, le petit Michel, lui laisse quelques minutes de répit. Sa grosse théière bosselée l’interpelle sur le réchaud du poêle à bois :

– M’arrêter un peu, juste un peu…

Nonobstant son rêve de repos bien légitime, Corona est brutalement interrompue par l’intrusion de Colette, la cadette de ses filles, qui entre en pleurant, faisant sursauter le bébé. Le temps de changer de couche les deux petits derniers, d’embrasser le gros bobo de Colette, d’avaler en vitesse quelques bouchées et… que le thé attende ! Soudain, Corona vacille… Une nausée sournoise accompagne cet étourdissement inopportun.

– Ah, non ! Bonyenne !… pas encore tombée enceinte ?

Une vague d’inquiétude la submerge subitement. Des grosses larmes roulent sur sa joue et s’écrasent sans bruit sur son vieux soulier brun tout élargi. Corona touche délicatement son ventre qui n’a pourtant pas grossi.

– Mon Dieu, faites que ce ne soit pas vrai !

L’expression désespérée tomber enceinte ne traduit que l’une des multiples facettes de l’ampleur du drame sous-jacent que vit présentement la pauvre Corona.

 

Obtenir un exemplaire

 

 

[ Album du lancement ]

[ Retour au menu ]

 

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

 

Corona, ma mère, roman, Jeanne Jutras
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Cliquez sur les logotypes des médias et/ou site Internet ci-dessous

 

À VENIR

À VENIR
À VENIR À VENIR

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEURE
 

Jeanne Jutras

 

L’auteure est née à Kirkland Lake, Ontario, le 26 novembre 1940. L’année suivante, sa famille retourna au Québec où Jeanne habite depuis. De 1944 à 1951, Jeanne vécut à Évain, en Abitibi, village qui fait maintenant partie de la ville de Rouyn-Noranda. Sa famille, pauvre parmi les pauvres, s’installa donc sur une terre de colonisation. De cette période de sa vie jaillit en l’an 2000 son premier roman, Corona, ma mère. L’auteure est l’aînée de treize enfants dont neuf sont toujours vivants.

Talentueuse, Jeanne rêvait très jeune de devenir ¨maîtresse d’école¨, comme l’avait été sa mère, les dix années précédant son mariage. Spécialisée en français, l’auteure a enseigné durant 35 années à Amos, en Abitibi et à Saint-Jérôme, dans les basses Laurentides. Sa carrière lui a toujours procuré grands succès et entière satisfaction.

Deux garçons, Michel et Sylvain Champagne sont nés de son premier mariage en 1960, à Amos, en Abitibi. Depuis, trois petits-fils se sont greffés à sa cellule familiale initiale : Carl, Félix et Justin Champagne.

En 1969, l’auteure perdait la grande dame de sa vie, Corona Comtois, sa mère. Cette épreuve fut très douloureuse pour elle.

Devant l’échec grandissant de son premier mariage, elle se résigna in extrémis à se séparer en 1974. Heureusement, une bonne étoile brillait dans la noirceur de sa vie amoureuse. Quelques mois plus tard, elle rencontra un jeune professeur originaire de Chicoutimi, Guy Gravel, qui la sauva littéralement. Ils se marièrent civilement en 1983 puis religieusement en 2000 puisqu’elle venait d’obtenir du Tribunal ecclésiastique la nullité de son premier mariage. Elle vit toujours très heureuse avec Guy, depuis.

Le père de Jeanne, Philippe Jutras, mourut à son tour en 1982. L'auteur pensa alors lui avoir pardonné son agressivité, jusqu’à ce que Jeanne débute l’écriture de Corona, ma mère.

L’auteure est sensible, authentique, proche de la nature. Elle vit intensément sa foi et sa spiritualité. À son crédit, Jeanne a cumulé différents champs de bénévolat au cours de sa vie : chef scoute, aide aux malades chroniques et aux mourants, initiation aux sacrements de jeunes du primaire, directrice de chorale de jeunes. Elle a œuvré cinq ans comme agente de pastorale, à Saint-Jérôme.

L’auteure s’est intéressée et s’intéresse toujours à la réflexologie, au toucher thérapeutique, à la respiration consciente et à tout ce qui peut éveiller la conscience.

Jeanne Jutras vient de peaufiner, en 2010, un volumineux recueil de poésie qui paraîtra sous peu sous le titre Quintessence.

Le style clair, précis et chaleureux de cette auteure coule de source. Il émeut incontestablement puisqu’il va droit à l’âme du lecteur.
 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEURE

 

Jeanne Jutras

 

Jeanne Jutras se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique : jeannejutras@hotmail.com

 

 

[ Obtenir un exemplaire ]

[ Retour au menu ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE OU PAPIER

 

Corona, ma mère, roman, Jeanne Jutras
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

Carte de crédit ou transfert bancaire avec Internet

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Commande postale
1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom

(prénom et nom de famille)


Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone

 

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Exemplaire numérique ]    [ Exemplaire papier ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 581-988-7146 (interurbain gratuit abonnés au service téléphonique Vidéotron)

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.