Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

-

Pages personnelles de l'auteur C.Y.G. Bilodeau

1

2

3

4

5

6

Chroniques de la guerre aux Moultrons

Roman de science fiction, 446 pages,

Fondation littéraire Fleur de Lys, 2007.

6 X 9 pouces ou 15 X 23 centimètres   ISBN 2-89612-285-0

Résumé

Extrait Auteur

[ Retour ]

 

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

 

-

 

  Résumé Extrait Auteur

[ Retour ]

 

Joseph est le tout dernier des gardiens de la Voie lactée. Jusqu'à ce jour, son travail consistait à surveiller le pourtour de la galaxie contre les menaces d'après-guerre pouvant encore ressurgir de l'Espace. Mais aujourd'hui est son dernier jour de travail, car on doit fermer sa station. Seul sur son astéroïde, avec pour toute distraction les archives accessibles par l'ordinateur, Joseph décide alors de revoir un enregistrement datant du début de cette guerre insolite qui avait éclaté entre le peuple humain et le peuple moultron. Ce premier enregistrement décrit comment un astronef lactique civil fut lâchement détruit par un ennemi mystérieux. En visionnant cette funeste séquence, Joseph assistera en direct au choc des deux races dominantes de la galaxie. Ensuite, de séquence en séquence, en suivant les récits d'exploits fabuleux et en écoutant des confessions surprenantes, Joseph fera la connaissance des personnages qui ont déclenché cette guerre, qui y ont perdu la vie ou qui en ont modifié significativement le cours. Joseph vibrera au récit de celle qui allait un jour devenir présidente de la fédération lactique. Il saura comment elle a échoué sur une planète hostile alors qu’elle était atteinte du virus le plus mortel que la galaxie ait connu. Il assistera aux aveux du sergent Bello, un homme modeste nommé commandant d’une mission vengeresse qui tourna au cauchemar. Il suivra Amandine Certa dans son périple audacieux dans le secteur ennemi. Finalement, l'heure de son départ approchant, Joseph, pressé par temps, assistera à l'assaut final ainsi qu'aux remarquables événements qui menèrent la guerre à son étonnante conclusion.

 

 

Résumé Extrait Auteur

[ Retour ]

 

Résumé Extrait Auteur

[ Retour ]

 

Chapitre 1
 

Aux confins de l'univers

 

« Dans une heure ou deux, songea Joseph, je serai parti d'ici. Et, cette station avancée, dernière de son étonnante lignée, sera définitivement fermée. On peut dire que cela marque la fin d'une époque! »

 

Joseph était allongé sur le sol sablonneux de son astéroïde. Protégé du froid et du vide par sa combinaison étanche, il contemplait le ciel qui, dans cette partie de l'univers, était exclusivement nocturne. Cette obscurité quasi totale venait du fait qu'il n'y avait aucun soleil à proximité de l'astéroïde, ce rocher cosmique étant situé très loin en bordure de la galaxie. De plus, la base où logeait Joseph était érigée sur la face de l'astéroïde donnant en permanence sur l'extérieur de la galaxie. Donc, à moins de se rendre sur l'autre hémisphère, ce que Joseph n'avait fait que deux fois en quatre ans, il ne pouvait apercevoir la familière traînée de poudre formant le bras extérieur de sa propre galaxie : la Voie lactée.

 

Mais peu lui importait de ne pas voir les étoiles les plus proches, car Joseph préférait de beaucoup admirer les étoiles des mondes extérieurs. Le spectacle était d'autant plus fascinant qu'il était presque immuable. La configuration stellaire visible depuis ce point demeurait pratiquement toujours la même et ce phénomène n’était pas fortuit. Cet astéroïde avait été spécialement désigné pour loger la station de surveillance, car il conservait un angle fixe par rapport aux étoiles extérieures. Cette absence de rotation et de translation expliquait pourquoi le firmament visible depuis n'importe quel point sur la surface était toujours pareil, les étoiles restant figées dans leur position respective comme si elles avaient gelé dans un ciel subitement refroidi.

Il fallait être un contemplatif ou un rêveur pour occuper un poste comme celui de Joseph, loin de tout, isolé, avec pour seul compagnon, l'ordinateur de la base. Joseph était chargé de surveiller le pourtour de la galaxie. Il était donc gardien! Et juste de se trouver là, à la limite extrême de la seule galaxie explorée par l'Homme, donc à l'un des points les plus reculés du centre des planètes colonisées, Joseph avait l'impression d'occuper une position privilégiée. Il pouvait se dire que, d'une certaine façon, juché bien haut sur son minuscule astéroïde, il dominait l'immensité de l'univers connu.

 

Le jeune homme porta son regard vers la station de surveillance qui lui servait à la fois de lieu de travail et de demeure. Cette station, une demi-sphère parfaitement transparente, était surmontée d’une gigantesque coupole radar pointée en permanence vers le cosmos. Lorsqu'on se trouvait à l'intérieur, la large antenne masquait une grande partie du ciel. C'est pourquoi Joseph préférait contempler l’espace depuis l'extérieur.

 

Chaque fois qu'il en avait l'occasion, Joseph exécutait le même rituel. Il extirpait d’abord sa combinaison du désinfecteur à radiations. Il en inspectait soigneusement tous les joints et toutes les articulations, puis il polissait parfaitement la glace garnissant le casque. Bien que ce fût l'opération la moins critique, c'était pourtant celle à laquelle il consacrait le plus de temps, car il tenait à ce que sa vision des étoiles soit parfaite. Ensuite, Joseph enfilait le scaphandre avant de traverser le sas pour aller s'étendre dehors, dans ce sable fin et rougeâtre qui recouvrait tout l'astéroïde. Son scaphandre d’ultraplastique, léger et confortable, était équipé de régénérateurs d'air automatiques ainsi que d'une bonne réserve d'eau. Joseph pouvait y demeurer pendant des heures sans jamais avoir à rentrer à la base. Il s'y sentait parfaitement à l'abri, telle une larve nichée dans un merveilleux et quasi indestructible cocon. La radio intégrée au casque maintenait un contact permanent avec l'ordinateur de la base qui avertissait Joseph durant les séquences de balayage radio ou lors des passages épisodiques du caboteur stellaire, ce mini transporteur spatial qui ramenait Joseph vers le centre de la galaxie deux fois par années.

 

La station de surveillance de Joseph, comme des milliers d'autres pareilles, avait été construite deux siècles plus tôt, afin de scruter en permanence les étoiles des galaxies lointaines : ces mondes tellement reculés qu'ils demeuraient toujours parfaitement inaccessibles aux humains ainsi qu’à leurs astronefs. Les savants du siècle précédent avaient déterminé que les seuls dangers possibles ne pouvaient provenir que de ces univers distants que l'humanité n'avait pas encore explorés.

 

Joseph se réjouissait de son départ imminent. Cela le poussait à réfléchir à l'absurdité de sa situation.

 

« Quelle folie, pensa-t-il, les yeux rivés sur une étoile pâlotte, que de venir installer tout cet équipement coûteux jusqu'ici, en bordure de la galaxie! L'humanité n'en finira donc jamais avec ses peurs puériles? Comme si les Spectres galactiques pouvaient encore revenir aujourd'hui, plus de deux cents ans après la fin de la guerre! »

 

Les Spectres galactiques étaient le nom qu'il fallait obligatoirement utiliser pour décrire ces menaces ancestrales pouvant surgir du cosmos. Joseph s’inventa quelques terrifiants dangers, issus d'un lointain passé, et qui reviendraient maintenant dans le but d'anéantir les humains d'une atroce et épouvantable façon. Il imagina une abomination technologique ayant épousé la forme d'un dragon immortel qui provoquerait d'irréversibles cataclysmes partout où il passerait. Ensuite, Joseph entrevit un puissant rayon désintégrant capable de découper tous les êtres vivants de la galaxie en milliard de petits morceaux, et, pour finir, il rêva d’un poison tellement puissant qu'il suffirait d'en évaporer une goutte dans l'atmosphère d'une planète pour tuer tout ce qui vit à sa surface.

 

« La mort sera bientôt ici, déclara péremptoirement Joseph. Ce sera un magma fabriqué d'énergie pure. Nous l'appellerons : le Spectre lumineux des anciens moultrons. Il va pointer son nez à l'horizon en inondant les canaux tridis de messages menaçants. Il clamera haut et fort : sus à vous, les humains! C'est moi, votre antique cauchemar moultron. Je suis une horrible menace, conçue par vos invincibles ennemis et qui parcourt l'univers à la poursuite de ma cible. Je sais bien que depuis le temps où on m'a lancé, vous vous êtes sûrement rabibochés avec mon peuple. Mais je n'étais pas programmé pour prévoir une chose aussi absurde que la fin de la guerre. Et puis... On ne sait jamais. Les humains sont tellement fourbes qu'il pourrait bien s'agir d'une fausse fin de la guerre. Et si je voyage pendant suffisamment longtemps, je risque de vous retrouver encore en guerre avec quelqu'un d'autre ou bien encore avec vous-mêmes. C'est pourquoi je maintiens le cap! Alors, tenez bien vos chaudrons, car ça va brasser : j'arrive, et je pique droit sur vous! »

 

Joseph frissonna de plaisir. Bien sûr, après des centaines d'années sans n’avoir jamais détecté le moindre danger cosmique, les stations et surtout leurs gardiens, s'étaient grandement ramollis. Et qui plus est, depuis quelques années, les stations elles-mêmes n'avaient plus d'équipement d'interception digne de ce nom. Elles ne comportaient plus que de l'équipement de détection, les intercepteurs étant devenus beaucoup trop chers à entretenir. De plus, au fil des ans, le nombre de stations en service avait continuellement diminué jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'une seule encore active : celle où travaillait Joseph. Et, dans quelques heures, la sienne serait également fermée, mettant ainsi un terme définitif aux procédures extraordinaires d'après-guerre.

 

Joseph ramena les yeux en l'air afin d'observer à nouveau ce ciel noir et glacial parsemé de ses quelques étoiles blafardes. Ces dernières luisaient toutes tellement faiblement qu'on aurait pu croire qu'elles n'étaient qu'une illusion engendrée par un cerveau désirant ardemment les voir apparaître là, plantées dans la voûte céleste si sombre. Pourtant, Joseph savait qu'elles existaient même si elles ne paraissaient être que le fruit de minuscules perforations laissant traverser quelques lumières de l'au-delà à travers ce velours obscur et impénétrable de vide cosmique qui enveloppait le rebord de la galaxie.

 

Joseph prit soudainement conscience qu'il avait pratiquement passé les quatre dernières années à ne rien faire. Il avait observé les étoiles, surveillé la tridi et visionné quelques archives de la bibliothèque galactique en se servant de l'ordinateur de la base qui, par le lien radio hyperondes, avait accès à un vaste réseau d'informations, stockées un peu partout dans la galaxie.

 

Un de ses sujets de recherche préférés était le caboteur stellaire. Il se rappelait avoir visionné quelques enregistrements qui traitaient de ce sujet.

 

 

Résumé Extrait Auteur

[ Retour ]

 
Au sujet de l'auteur Biographie Coordonnée

[ Retour ]

 

Malgré lui, C.Y.G. Bilodeau naquit à Montréal en 1953 et, selon sa maman, qui le tenait du médecin, il était prématuré. Puis, en première année B, de la gentille sœur Marie-Thérèse, il reçut pour son somptueux alignement d’« i » minuscules inclinés, l’estampe de l’ange bleu en marge de son cahier d’exercices. Ce fut suffisant pour faire geindre le nigaud qui habitait de l'autre côté de la ruelle et qui n’avait pas réussi ses « i » minuscules aussi bien. Grâce à la technique pédagogique avant-gardiste de l’estampille gratifiante, notre jeune ami venait de prendre conscience du rapport étroit qui existait désormais entre lui et les « i » minuscules inclinés.

Plus tard, au secondaire, quelques profs furent étonnés par ses compositions françaises. Une des remarques qu’ils firent souvent était : « C’est un texte bien structuré, quoiqu’on ne voie pas du tout où il mène. » Notre auteur ne comprit ce phénomène que plus tard : chacun de ces chers professeurs avait hérité du premier chapitre de ce qu'il aurait pu écrire si on lui avait accordé plus de temps.

Plus tard, ignorant la voie pourtant évidente tracée par les « i » minuscules inclinés et les éternels premiers chapitres, il céda à une fascination dévote pour les sciences et décrocha le baccalauréat en informatique qui à cette époque lointaine était livré par le département de Mathématiques. Il eut donc droit à une surdose de statistiques, de logique booléenne, de programmation linéaire, de recherche opérationnelle et d’analyse numérique. Le projet qui le marqua le plus consistait à concevoir un joueur informatique de poker entièrement écrit en Pascal. Selon ses dires, il n’obtint pas une très bonne note, car le professeur, en essayant le programme, omit d’activer l’option « As à volonté ».

Son métier d’informaticien l’amena à écrire quelques programmes d’ordinateur dont certains étaient franchement farfelus. Par exemple, l’un d’eux braquait un faisceau laser sur une pellicule photographique dans le but de produire une plaque pour imprimer un journal et, détail important, il devait y arriver sans transpercer le journal! Un autre programme contrôlait des convoyeurs servant, soit à trier le courrier, soit à le projeter dans les airs, selon l’humeur du postier-opérateur. D’autres programmes échangeaient des données vitales entre des ordinateurs renfrognés et des usagers incompatibles, à moins que ce fût l’inverse.

Puis, un bon jour, à l’âge des grandes remises en question, émergea cette idée étonnante depuis si longtemps enfouie en lui : l'idée d'écrire.

 

 

Au sujet de l'auteur Biographie Coordonnée

[ Retour ]

 

Au sujet de l'auteur Biographie Coordonnée

[ Retour ]

 

C.Y.G. Bilodeau se fera un grand plaisir de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

 

 

Voici son adresse électronique :

 

contact[@]manuscritdepot.com

 

 

Au sujet de l'auteur Biographie Coordonnée

[ Retour ]

Commander

un exemplaire

Papier

Numérique (fichier PDF)

 

Commander

un exemplaire papier

La qualité de nos exemplaires papier imprimés à la demande

Commande du Canada

Commande d'ailleurs

dans le monde

 

Exemplaire papier

Commande du Canada

LIVRAISON DE SURFACE

Délais de 30 jours maximum

24.95$ canadiens / exemplaire
Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables pour le Canada
(dollars canadiens uniquement)

Mode de paiement

Cliquez sur votre choix

Paiement par chèque personnel envoyé par la poste régulière

Paiement en ligne par carte crédit avec le service PayPal

 

Exemplaire papier

Commande du Canada

Paiement par chèque personnel envoyé par la poste régulière

1. Indiquez sur un papier :

Le titre du livre et le nom de l'auteur

Votre nom (prénom et nom de famille)

Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone
 

2. Complétez votre chèque payable à l'ordre de :

Fondation littéraire Fleur de Lys
 
3. Précisez le montant sur le chèque:

24.95$ canadiens (Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables)
(paiement en dollars canadiens uniquement)
 
4. Adressez-le tout à :

Fondation littéraire
Fleur de Lys,
31, rue St-Joseph,
Lévis, Québec.
Canada.
G6V 1A8
 
5. Livraison

À la réception de votre paiement, nous vous enverrons votre exemplaire par la poste. Votre exemplaire sera protégé par un plastique et posté dans une enveloppe capitonnée.

LIVRAISON DE SURFACE
Délais de 30 jours maximum
 

 

Exemplaire papier

Commande du Canada

Paiement en ligne

par carte crédit

avec le service PayPal

Cliquez sur le bouton ci-dessous

 

N'oubliez pas d'indiquer

le titre de ce livre

 

 

Livraison

À la réception de votre paiement, nous vous enverrons votre exemplaire par la poste. Votre exemplaire sera protégé par un plastique et posté dans une enveloppe capitonnée. Vous recevrez votre exemplaire dans un délai de 30 jours maximum.

Pour une livraison plus rapide, il faut en assumer les frais. Prière de communiquer avec votre librairie, Renée Fournier, à l'adresse suivante :
 
r-fournier[@]videotron.ca
(copiez cette adresse et supprimez les parenthèses)
 

LIVRAISON DE SURFACE

Délais de 30 jours maximum

 

24.95$ canadiens / exemplaire
Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables pour le Canada
(dollars canadiens uniquement)

 

Exemplaire papier

Ailleurs dans le monde

24.95$ canadiens / exemplaire

+ Frais de poste
Paiement en dollars canadiens uniquement

Pour toute demande d'exemplaire papier provenant
de l'extérieur du Canada et connaître les frais de poste à ajouter prière communiquer avec Renée Fournier, librairie,
à l'adresse ci-dessous.

r-fournier[@]videotron.ca
(copiez cette adresse et supprimez les parenthèses)
 

 

Commander un exemplaire numérique

Partout dans le monde

Voir un exemplaire numérique

 

Pour voir cet exemplaire, vous avez besoin du logiciel gratuit Adobe Reader, 7.0 Cliquez sur le logotype ci-dessous pour télécharger ce logiciel.

 

 

Qu'est-ce qu'un exemplaire numérique ?

 

Commander un exemplaire numérique

Partout dans le monde

7.00$ canadiens / exemplaire
Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables pour le Canada
(dollars canadiens uniquement)

Mode de paiement

Cliquez sur votre choix

Paiement par chèque personnel envoyé par la poste régulière

Paiement en ligne par carte crédit avec le service PayPal

 

Exemplaire numérique

Partout dans le monde

Paiement par chèque personnel envoyé par la poste régulière

1. Indiquez sur un papier :

Le titre du livre et le nom de l'auteur

Votre nom (prénom et nom de famille)

Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone
 

2. Complétez votre chèque payable à l'ordre de :

Fondation littéraire Fleur de Lys
 
3. Précisez le montant sur le chèque:

7.00$ canadiens (Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables)
(paiement en dollars canadiens uniquement)
 
4. Adressez-le tout à :

Fondation littéraire
Fleur de Lys,
31, rue St-Joseph,
Lévis, Québec.
Canada.
G6V 1A8
 
5. Livraison

À la réception de votre paiement, nous vous enverrons votre exemplaire par la poste. Votre exemplaire sera protégé par un plastique et posté dans une enveloppe capitonnée.

LIVRAISON DE SURFACE
Délais de 30 jours maximum
 

 

Exemplaire numérique

Partout dans le monde

Paiement en ligne

par carte crédit

avec le service PayPal

Cliquez sur le bouton ci-dessous

 

N'oubliez pas d'indiquer

le titre de ce livre

 

 

Livraison

Votre exemplaire numérique sera envoyé en pièce jointe à un courriel suivant l'adresse indiquée dans le rapport de paiement du service PayPal.

 

Délai de livraison :

48 heures

 

 

 

Important : Nouveau mode de financement - Effectuez vos recherches sur Google à partir de notre site

 

-

 

 

 

  © 2003-2007 Fondation littéraire Fleur de Lys inc., organisme sans but lucratif.

   favicon.ico